Accéder au contenu principal

Pourquoi le mètre n’a rien à faire en Égypte ancienne

(Cet article fait partie d’une série dans laquelle je m’amuse à démonter les théories ésotériques avancées par Jacques Grimault, principalement dans La révélation des pyramides.)

Une des théories développées par Jacques Grimault, c’est l’idée selon laquelle la coudée égyptienne — ou, pour être plus précis, la coudée royale (j’y reviens) — a été déduite de notre mètre. Dans La révélation des pyramides, la démonstration tombe vers 1:00:30 ; verbatim :

« Si on trace un cercle de diamètre un, alors le périmètre de ce cercle — c’est-à-dire sa longueur — vaut pi, soit 3.1416.
« En divisant cette longueur par 6 on obtient 0.5236, un nombre étonnement semblable à la valeur de la coudée.
« Ce qui reste en vert [les cinq sixièmes restants, en grisé dans mon schéma] vaut le nombre d’or au carré dont il m’avait déjà montré la présence dans la grande pyramide.
« Voilà, selon lui, comment avait été choisie la coudée. »

C’est-à-dire, pour faire plus court, que la coudée royale aurait été définie comme valant un sixième de Pi ($\Pi$, env. 3.141593) mètres — ce qui, arrondi à 4 (ou 5) décimales donne bien 0.5236 sachant que le reste est effectivement égal au nombre d'or ($\Phi$, env. 1.618034) élevé au carré (2.618) à condition, toutefois, d'arrêter la comparaison à la quatrième décimales [1] [1b].

Ce qui frappe au premier abord avec cette démonstration, outre le détour par ce dessin qui semble bien inutile (j’y reviendrai plus tard), c’est bien évidemment qu’elle reste valable avec absolument n’importe quelle unité de distance. Remplacez le diamètre de un (mètre) par un diamètre de un (yard) et vous obtiendrez exactement les mêmes résultats à ceci près que vous en déduirez que la coudée royale égyptienne valait 0.5236 yards. En d’autres termes, ça ne démontre rien du tout : le choix du mètre comme unité de départ est totalement arbitraire.

(Note du 2016-09-06 à 13:40 : le lecteur attentif aura noté que je passe rapidement sur l’idée — hautement improbable — selon laquelle les concepteurs de la grande pyramide de Khéops connaissaient l’existence de $\Pi$ et de $\Phi$ : nous y reviendrons dans un autre épisode.)

Du pyramidion de Dahchour

Sauf erreur de ma part, la seule autre justification qu’apportent les auteurs à cette référence au mètre, c’est la hauteur présumé du pyramidion retrouvé à côté de la pyramide rouge de Dahchour. Je dis bien présumée parce que ledit pyramidion, lorsqu’il a été découvert par Rainer Stadelmann, était dans un état de délabrement catastrophique : on en trouve une photo dans le rapport de l’égyptologue (page 39) :

Le pyramidion, avant restauration

Évidemment, estimer les dimensions d’une telle ruine comporte une certaine dose d’incertitude : les égyptologues supposent manifestement que soit la longueur des côtés, soit la hauteur [2] devait être un chiffre rond en coudées royales ; dans le premier cas, c’est sans doute 3 coudées (soit environ 1.57 mètre), dans l’autre, ça aurait été 2 coudée de haut (soit un peu plus d’un mètre). C’est-à-dire que quand Stadelmann annonce « 1 mètre par 1.57 mètre » (à partir de 52:20), ce n’est pas un chiffre précis — contrairement à ce que dit la vidéo — mais une estimation à la louche.

Mais à la limite peu importe. Même si ce pyramidion mesurait effectivement 100 centimètres, ça ne prouverait toujours rien : sur la masse colossale de cailloux taillés que nous ont laissé les égyptiens, ce serait bien le diable si on en trouvait pas quelques-uns qui mesurent exactement un mètre — et ce, d’autant plus qu'encore une fois 2 coudées royales font 1.047 mètres. Alors qu’un pyramidion parmi d’autres — pyramidion qui, accessoirement, ne peut pas être celui de la pyramide de Khéops [3] — mesure 1 mètre de haut, c’est au mieux une coïncidence amusante.

Du mètre en général

C’est-à-dire que Grimault ne donne pas la moindre preuve concluante que les égyptiens aient eu connaissance du mètre ou que la coudée ait été déduite du mètre par quelqu’un d’autre. Mais comme l’absence de preuve n’est pas preuve de l’absence, il n’est pas inutile d’expliquer pourquoi il est extrêmement improbable, même avec des moyens technologiques extrêmement avancés, qu’une autre civilisation que la nôtre ait utilisé cette unité avant nous. Version courte : le mètre que nous utilisons est le fruit d’un choix arbitraire et d’une erreur de calcul.

Le mètre, officialisé le 26 mars 1791 par l’Académie des sciences, est une unité parfaitement arbitraire. En l’espèce, après quelques tergiversations, il a été défini comme un vingt-millionième de méridien terrestre. Pourquoi cette fraction ? Pourquoi un méridien ? C’est arbitraire : c’est juste une des nombreuses possibilités qui permettait d’obtenir une unité pratique, universelle et stable dans le temps. C’est-à-dire qu’une éventuelle civilisation avancée autre que la nôtre n’aurait eu que très peu de chance de choisir la même convention que nous.

Mais il y a mieux : il se trouve qu’à cause de l’imprécision des outils utilisés à l’époque, on s’est trompé sur la longueur des méridiens terrestres. C’est la raison pour laquelle ils ne mesurent pas 20 000 kilomètres tout rond mais 20 003,932 kilomètres : une erreur de 0.02% sur laquelle on n'est jamais revenu ; le vrai mètre, selon la définition originelle, devrait mesurer 1.0002 de nos mètres actuels. Ça n’a l’air de rien, une erreur de 0.02% mais si vous refaite le calcul de Grimault avec 1.0002 mètres, ça nous donne une coudée de 52.37 centimètres au lieu de 52.36. À votre avis, quelle est la probabilité pour qu’une autre civilisation ait commis exactement la même erreur avant nous ?

Vous me direz peut-être que je chipote. Après tout, du point de vue des bâtisseurs de la grande pyramide de Khéops, que la coudée fasse 52.37 ou 52.36 cm, ça ne faisait pas une grande différence. C’est sans doute vrai. Sauf que pour une civilisation prétendument capable de mesurer le méridien terrestre avec une erreur de seulement 0.02%, ça fait un peu désordre. Idem pour $\Pi$ et $\Phi$ : n’être précis qu’à 4 décimales, pardon de le dire, c’est franchement grossier. Quand nous avons fait notre petite erreur d’estimation du mètre théorique, on était déjà largement au-delà des 30 décimales de $\Pi$ [4].

De la coudée royale

Mais alors, d’où vient-elle cette coudée ? Eh bien en réalité, l’origine des coudées égyptiennes ne laisse guère de place au doute : c’est simplement la longueur d’un avant-bras, mesurée du coude jusqu’au bout du majeur — c’est pour ça qu’on appelle ça une coudée. On retrouve le même principe un peu partout autour de la méditerranée — notamment chez les grecs qui utilisaient une coudée de 46.24 cm — et pour ce qui est des unités de distance basées sur une référence anatomique, souvent royale, c’est un lieu commun de l’histoire.

Je dis « les coudées » parce que les égyptiens en utilisaient plusieurs ; les principales étant la petite coudée de six paumes de quatre doigts chacune — qui mesurait environ 45 cm — et la grande coudée ou coudée royale de sept paumes — soit à peu près 52.5 cm. Notez au passage les termes utilisés : coudée, paume, doigts mais aussi main (5 doigts) et poing (6 doigts) — si vous n’y voyez toujours pas une référence anatomique, je ne sais plus quoi faire.

D’ailleurs, vous pouvez facilement vérifier par vous-même que la largeur des quatre doigts de votre main — une paume — mesure environ 7.5 cm. Multipliez par 6 et vous obtenez bien une petite coudée de 45 cm ; rajoutez encore une coudée et ça vous donne la coudée royale de 52.5 cm. Évidemment, votre avant-bras mesure peut-être plus de 45 cm ; c’est tout à fait normal : les anciens égyptiens étaient, en moyenne, nettement plus petits que nous [5]. Pour ce qui est de la coudée royale, on peut conjecturer que pharaon voulait faire savoir à ses sujets qu’il avait le bras long (et je plaisante à moitié).

Comment sait-on tout ça ? Eh bien c’est très simple : on a retrouvé des exemplaires de règles graduées de l’époque. Ci-dessous, celle qui est conservée au musée de Turin sur laquelle j’ai mis en évidence (en bleu) le hiéroglyphe que les scribes utilisaient pour désigner la coudée : qui se trouve — Ô surprise ! — être un avant-bras à peine stylisé.

La coudée royale de 7 paumes

(Cliquez pour agrandir)

Le problème que pose la coudée royale égyptienne — plus ancienne des mesures standards attestées à ce jour — c’est qu’elle n’était pas tout à fait fixe. Sur la base des différentes règles qu’on a retrouvé, on pense qu’elle a mesuré, en fonction des lieux et des époques [6], entre 52.3 et 52.9 centimètres. Pourquoi évoque-t-on une coudée de 52.35 cm à propos de la pyramide de Khéops ? Eh bien pour une raison toute simple : on suppose que la longueur des côtés de sa base (230.35 mètres) devait être un chiffre rond en coudées ce qui, par itération, nous permet de déduire qu'elle devait mesurer 440 coudées de 52.35 centimètres. C’est aussi simple que ça.

Le truc

Bref, les anciens égyptiens ne connaissaient pas le mètre ni n’en avait déduit leur coudée royale. Toute la pseudo-démonstration de Jacques Grimault n’est qu’une fumisterie. Reste à comprendre par quelle sorte de miracle autant de gens se sont laissé convaincre. La réponse, à mon sens, est très claire : ces deux séquences sont des petits bijoux de manipulation.

Celle du pyramidion repose en partie sur une interprétation malhonnête des propos de Stadelmann (ça c’est facile) mais surtout, sur un bel exemple de manipulation statistique [7]. Pour la séquence du schéma, c’est encore plus fort : après avoir introduit les dimensions présumées de la coudée (vers 58:10), la narratrice attaque sa démonstration sans citer une seule fois l’unité — un diamètre de un quoi ? C’est toute l’utilité du schéma et de la narration qui l’accompagne : comme dans un tour de magie, ils servent à détourner votre attention. Posez ça sous forme d’une simple équation — la coudée est égale à $\Pi / 6$ mètres ou $\Pi - \Phi^2$ mètres (Note 2016-09-06 15:00 c'est l'interprétation privilégiées des auteurs du film), au choix — et vous verrez que ce petit tour de prestidigitation disparaît comme par magie.

---
[1] En effet, arrondis à 5 décimales, cinq sixième de Π donnent 2.61799 tandis que le carré de Φ vaut 2.61803 — ça ne marche plus.
[1b] (Note supplémentaire du 2016-09-09) En fait, Grimault s'appuie sur une double coïncidence : le fait qu'un sixième de Pi donne une valeur proche des estimations courantes de la coudée royale et une coïncidence mathématique que j'explique ici. Il est pas mauvais le gars !
[2] Ça ne peut pas être les deux à la fois pour la simple et bonne raison que ça ne collerait pas avec l’angle d’élévation du pyramidion ; si on suppose que les côtés de la base mesuraient bien 3 coudées, ça donne une hauteur d’environ 1.10 mètres.
[3] Parce qu’il a été retrouvé à des dizaines de kilomètres de la pyramide de Khéops mais aussi parce qu’il ne respecte pas le même angle d’élévation.
[4] En 1621, Willebrord Snellius en était déjà à 34 chiffres après la virgule et, en 1630, Christoph Grienberger est arrivé à 38.
[5] Ramsès II, le plus grand des pharaons dont nous sommes en mesure d’apprécier la taille, mesurait vraisemblablement 1.73 m.
[6] Je rappelle à toutes fins utiles que quand on parle de l’histoire de l’Égypte ancienne, on parle de plusieurs millénaires : qu’une unité de distance connaisse quelques fluctuations n’a absolument rien d’étonnant.
[7] On vous invite à considérer la probabilité pour que le pyramidion fasse exactement un mètre de haut — très faible — alors que la vraie question est de savoir quelle est la probabilité pour qu’au moins un caillou taillé par les égyptiens ait au moins une dimension d'un mètre — ce qui relève d'une quasi-certitude.

Commentaires

  1. Consternant et totalement pathétique.

    “Remplacez le diamètre de un (mètre) par un diamètre de un (yard) et vous obtiendrez exactement les mêmes résultats à ceci près que vous en déduirez que la coudée royale égyptienne valait 0.5236 yards. En d’autres termes, ça ne démontre rien du tout : le choix du mètre comme unité de départ est totalement arbitraire.”

    Donc 1 Yard = 1 mètre ?
    La Coudée Royale vaut 0.5236. J’y reviendrais après.

    “...élevé au carré (2.618) à condition, toutefois, d'arrêter la comparaison à la quatrième décimales”

    En même temps sur une échelle de mesure au dixième de millimètre, cela paraît logique.

    “C’est-à-dire que quand Stadelmann annonce « 1 mètre par 1.57 mètre »”

    C’est faux puisque Stadelmann annonce 100cm et 157cm. Je ne vois pas pourquoi il préciserait l'échelle au cm pour en fait arrondir grossièrement sa valeur.

    Ce Pyramidion fut retrouvé auprès de la Pyramide rouge de Snefrou qui n’est autre que le père de Khoufou. Coïncidence, je ne pense pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « En même temps sur une échelle de mesure au dixième de millimètre, cela paraît logique. »
      Pour les bâtisseurs de la GP, certes. Pour une civilisation prétendument capable de mesurer à la vitesse de la lumière et d’utiliser une mesure qui tombe (comme par hasard) sur un vingt millionième de méridien terrestre, ça fait très clairement désordre. C’est soit Pi/6 soit Pi-Phi^2.
      « C’est faux puisque Stadelmann annonce 100cm et 157cm. »
      Non, Stadelmann n’a jamais dit ni écrit nulle part que ce pyramidion mesurait précisément 100 cm de haut dans son état d’origine. Et pour cause : c’est incohérent avec les dimensions de sa base (157 cm de côté) et son angle d’inclinaison (54°30’ soit un seked de 5 paumes). Avec deux sous de bon sens on conclue comme Corinna Rossi qu’il devait mesurer un peu moins de 1.1 mètre.
      « Ce Pyramidion fut retrouvé auprès de la Pyramide rouge de Snefrou qui n’est autre que le père de Khoufou. Coïncidence, je ne pense pas. »
      L’hypothèse la plus vraisemblable est que ce pyramidion avait été conçu pour la pyramide rhomboïdale, également à Dahshour (elle est à 2 km de la pyramide rouge) et également attribuée à Snéfrou. La raison en est fort simple ; cette pyramide a été construite en 3 étapes : d’abord avec seked de 4 paumes mais ça n’a pas tenu ; dans un second temps, ils l’ont élargie et ont augmenté le seked à 5 paumes mais ça restait trop lourd ; raison pour laquelle elle finalement cette forme si particulière. Le pyramidion était donc prévu pour la phase 2 mais n’a, du coup, pas été utilisé.

      Supprimer
  2. Démonstration de la Coudée Royale Égyptienne de l’ancien Empire.
    L'Egypte Antique couvre une période de plus de 2500 ans
    La Coudée Royale estimée à 52.9 date de la XXVIe Dynastie soit environ -664 à -525 Av JC. Cette Coudée Royale n’a donc rien à voir avec la Coudée en question.
    La Coudée Royale Égyptienne vaut 28 Doigts ou 7 Paumes

    Selon deux Égyptologues, Bernard Mathieu et Pierre Grandet qui sont deux Égyptologues chevronnés dont leurs biographies respectives sont disponibles sur Wikipédia, ont écrit le Cours d’Égyptien Hiéroglyphique, Khéops, 2003, page 290, il est mentionné deux longueurs qui vont nous intéresser grandement.

    Le Khètennouh ou en abrégé le Khèt vaut 100 Coudées Royales et il est estimé à 52.3m
    L’itérou vaut 20 000 Coudées Royales et il est estimé à 10.46 km.

    Dans le premier cas, la Cr = 52.3m/100 = 52.3 cm
    Dans le second cas, la Cr = 10,46km/20 000 = 52.3 cm

    Le doigt vaut soit 1.86cm, 1.87cm ou 1.88cm d'après les mesures effectuées. Nous parlons au dixième de millimètre soit une erreur probable selon les mesures effectuées.

    Calcul avec 1.86 donne 52.04 qui est très éloigné des 52.3
    Calcul avec 1.88 donne 52.64 qui est très éloigné des 52.3

    Calcul avec 1.87 donne 52.36 précisément sans tricher dans les arrondis.

    Le Khètennouh étant une valeur donnée également à 10.47km selon certaines sources. Ce qui corrobore les 0.5236.

    La Coudée de la Grande Pyramide est estimée et calculée entre 0.5235 et 0.5236.

    Calculons ainsi les valeurs :

    Voyons dans un premier temps les marges d’erreur de ses valeurs :
    – 230.454 soit 440.13369 coudées au Sud soit 440 coudées à +/- 07 cm
    – 230.253 soit 439.749809 coudées au Nord soit 440 coudées à +/- 13.19 cm
    – 230.357 soit 439.948434 coudées à l’Ouest soit 440 coudées à +/- 02.7cm
    – 230.394 soit 440.019099 à l’Est soit 440 coudées à +/- 1.05cm

    Ces 4 valeurs donnent 921.458 mètres de périmètre et une valeur moyenne de 230.3 645 mètres.

    La tolérance dimensionnelle du bâtiment se calcule donc à 5.985cm de moyenne. Sois beaucoup plus précis que n’importe quel bâtiment moderne soit 0.026% de marge d’erreur.

    La valeur de la Coudée vaut donc 230.3645/440 = 0.5235558 soit 0.5236 arrondi au dixième de millimètre près.

    Les mesures Intérieures de la GP donne une valeur estimée à environ 0.5235 mais la plupart des relevés donnent 0.5236 comme pour 20 coudées = 10.47m

    Le mètre est connu des bâtisseurs pour une autre raison mais encore faut-il rechercher par soit même. Un indice : elle ne correspond pas au 1/10000 d’un quart de méridien comme vous le pensez.
    Le mètre est présent aussi dans les calculs suivants :

    En mètres : Hauteur + ½ Base ≈ 100 φ²
    280+220 = 500 x 0.5236 = 261.8 mètres soit 100m x 2.618 (φ²)

    En mètres : Hauteur – ½ Base ≈ 10 x π
    280 – 220 = 60 x 0.5236 = 31.416 ou 10 x π

    Ainsi En mètres :
    π - Phi² = La Coudée
    π - Phi + 1 = La Coudée le tout exprimé en mètre, même le 1.
    Le résultat avec les valeurs de π et Phi sans arrondi donne la valeur de 0.52355866… ou arrondi au dixième de millimètre près 0.5236 selon les règles d'arrondis mathématiques.
    En arrondissant π et Phi au dixième de millimètre, nous obtenons la valeur de 0.5236m.

    Périmètre de la chambre du Roi = π x 10
    Les dimensions de la chambre haute joue également avec π et le nombre d’Or :
    Périmètre de cette pièce = 20 coudées de longueur et 10 coudées de largeur.
    20+10×2 = 60 coudées
    60 coudées x 0,5236 = 31,416 mètres soit ≈ π x 10
    Périmètre chambre Haute - Largeur= 60 – 10 = 50cr x 0,5236 = 26.18 mètres soit 10 x φ² en mètres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coquille : Périmètre de la Chambre Haute = (20+10)x2=60 Coudées

      J'ai oublié de préciser que cela correspond aux relevés des mesures de la chambre Haute.

      Supprimer
    2. Ça vous est déjà arrivé de calculer la validité statistiques de vos résultats ? ou vous préférez rester dans l'amateurisme et le biais de confirmation ? Aucun chercheur digne de ce nom d'oserait supposer que ses résultats sont significatifs parce qu'intuitivement il en a l'impression. Il existe des méthodes mathématiques voir informatiques pour savoir si vos résultats sont significatifs... En attendant, je préfère supposer qu'ils ne signifient rien....

      Si je prends toutes les expériences pour lesquelles on a l'impression qu'une corrélation ou qu'une valeur particulière apparaît alors, j'ai 100% de chances que ça ne veuille rien dire.... Oui, il existe une telle infinité de corrélation positive non significative que la probabilité atteint exactement la valeur 100%....

      Supprimer
    3. Reprenons :
      1. On sait que la base de la pyramide forme un carré presque parfait (230.328 au nord, 230.369 à l’est, 230.372 au sud et à l’ouest ; source : Rainer Stadelmann) — ce petit écart n’étant, bien sûr, pas volontaire.
      2. On sait par ailleurs que, pour des raisons purement pratiques, il y a de fortes chances pour que l’architecte ait prévu des chiffres ronds en coudées royales.
      3. On sait aussi que l’angle d’élévation des faces était mesuré en seked et que, au regard de ce que nous pouvons facilement observer, c’est un seked de 5 ½ qui a été choisi pour la GP (i.e. comme celui de Meïdoum).
      4. On sait enfin grâce aux nombreuses règles graduées retrouvées que la coudée royale mesurait, grosso modo, entre 52 et 53 cm (la CR de 529 mm est plus tardive : vers la XIIème dynastie).
      Partant de là :
      5. Avec (1), (2) et (4), on peut déduire la valeur de la coudée utilisée pour la GP. Vous vérifierez facilement qu’avec une coudée de 52 cm on obtient des faces de 443 coudées en moyenne, qu’avec 53 cm ça donne du 434.6 coudées et qu’on obtient le meilleur résultat avec une coudée de 52.35 cm : ça fait des côtés de 440 coudées.
      6. De là, en tenant compte de (3), on déduit la hauteur initiale de la GP : si je connais les dimensions de la base et l’angle d’élévation (env. 51,84 degrés), je sais à quelle hauteur se trouve l’apex. En l’occurrence, ça donne 280 coudées pile poil (Ô, divine surprise : la hauteur de la GP est définie comme une coudée géante avec des doigts de 10 coudées) et donc 146.58 mètres.
      Ceci étant dit, il va de soi que les ingénieurs de la GP ne raisonnaient pas au dixième de millimètre. La meilleure preuve étant qu’en appliquant le même raisonnement à la chambre funéraire de la GP — 10 coudées par 20 — on trouve une coudée royale de 52.4 centimètres ; soit un demi-millimètre de plus.
      Bref, peu importe. Le fait est que les proportions de la GP sont un cas d’école d’architecture égyptienne : de toute évidence le raisonnement suivi par l’architecte de Khéops a consisté à reprendre le seked de 5 ½ de Meïdoum (pyramide à degrés conçue pour son grand-père et transformée en pyramide à faces lisses par son père) et à l’appliquer sur une hauteur de 280 coudées ; c’est-à-dire 28 doigts géants de 10 coudées chacun. C’est tellement gros, tellement évident qu’il faut faire preuve d’un aveuglement sans borne pour ne pas le voir.
      Or, il se trouve que (2*220)/ 280 = 22/7 donne une bonne approximation de Pi et il se trouve aussi que 5/6*Pi donne un chiffre proche de Phi^2. Pures coïncidences mathématiques au même titre que sqrt(Phi) vaut à peu près 4/Pi.
      Et non, les égyptiens ne connaissaient sans doute pas Phi.
      Et non, le papyrus de Rhind n’utilise pas Pi = 3.16 mais approche la surface d’un disque en passant par un octogone irrégulier (je signale en passant que 3.16-Phi^2 ça fait une coudée de 54.2 cm…)
      Et non, outre les aspects purement techniques, il est totalement invraisemblable que les égyptiens aient utilisé le mètre, unité de mesure parfaitement arbitraire dont la définition, de surcroît, est entachée d’une erreur de mesure.

      Supprimer
    4. Vous ne prouvez rien par votre réponse, uniquement. C'est un raisonnement totalement biaisé dans le sens où vous ne prenez que ce qui vous arrange, lorsque nous prenons un ensemble de connaissance que vous ignorez totalement ou faites croire d'ignorer.

      La Coudée Royale de l'ancien Empire est bien de 52.3 environ et mes données le prouve. Mes mesures proviennent de sources officielles de l'égyptologie. Les contredire devient donc ridicule de votre part

      Le mètre ne dépend nullement des dimensions de notre planète. Il dépend de tout autre chose beaucoup plus embêtant pour vos futurs debunks et explications. Peut être un jour vous viendra l'idée de chercher par vous même... Qui sait ?

      Je connais le Papyrus de Rhind, celui qui parle du rapport périmètre diamètre à 3.16 et le crétin qui a écrit l'article au dessus sans aucune référence.

      Vous n'êtes même pas à 10% du raisonnement et vous prétendez que nous avons tord.

      Concernant les Seked, ce n'est juste qu'une méthode permettant que je connais qui permet de mettre en relation les données voulues comme π et Phi² qui l'essence de tout, d'autres Seked amène également ses relations, c'est juste une manière de dissimuler discrètement les rapports de hauteur.

      La probabilité pour que l'ensemble s'emboîte, et je ne parle pas uniquement de ma démonstration ultra light, sera drôle à calculer.

      Supprimer
    5. Ah ! Vous ne me décevez donc pas ! Dès les premiers mots me voilà biaisé (vous pas) en plus d’être ignorant ou malhonnête (vous pas). On va bien s’amuser ensemble !

      « La Coudée Royale de l’ancien Empire est bien de 52.3 environ et mes données le prouve. Mes mesures proviennent de sources officielles de l’égyptologie. Les contredire devient donc ridicule de votre part »
      Faut-il vraiment que je passe trois heures à aller vous chercher les dimensions et datations de toutes les règles graduées qu’on a retrouvé et qui établissent clairement que la CR valait entre 52 et 53 centimètres en fonction de l’époque et du lieu ?

      « Le mètre ne dépend nullement des dimensions de notre planète. Il dépend de tout autre chose beaucoup plus embêtant pour vos futurs debunks et explications. Peut-être un jour vous viendra l’idée de chercher par vous-même... Qui sait ? »
      J’en tremble. Vous me permettrez néanmoins d’en rester à ce que je sais déjà : « une longueur de 3 pieds 11,296 lignes de la Toise de l’Académie » (a.k.a toise du Pérou), soit la « dix millionième partie du quart du méridien terrestre » tel que mesuré par Delambre et Méchain — c’est-à-dire avec une erreur de 0.2mm — puis, en 1960 et à la seule fin d’être plus précis, un truc avec l’atome de krypton 86 et, enfin, en 1983, la vitesse de la lumière dans le vide à raison de 1 mètres en 1/299792458ème de seconde. J’attends votre théorie avec gourmandise.

      « Je connais le Papyrus de Rhind, celui qui parle du rapport périmètre diamètre à 3.16 et le crétin qui a écrit l’article au dessus sans aucune référence. »
      Oh que non, ce bon Ahmès ne parle nulle part du « rapport périmètre diamètre à 3.16 ». Il propose une série de calculs (exercices 41, 42, 43, 48 et 50) et leurs résultats ; calculs qui aboutissent à établir que la surface d’un disque de 9 khets de diamètre est de 64 khets-carrés — soit, implicitement, une valeur de 3.1605… pour Pi. Sauf que la démonstration de notre bon scribe (en gros : « soustrayez un neuvième de son diamètre, soit 1. Le reste fait 8. Multipliez pas 8 pour obtenir 64 ») est pour le moins difficile à interpréter. En fait, il est assez probable qu’ils aient approché l’aire du cercle par celui d’un octogone irrégulier — méthode approximative, bien sûr, mais loin d’être ridicule.

      « Vous n'êtes même pas à 10% du raisonnement et vous prétendez que nous avons tord. »
      Vous vouliez sans doute dire « à (exp(pi) – pi)/2 % » du raisonnement.

      « Concernant les Seked, ce n'est juste qu'une méthode permettant que je connais qui permet (sic) de mettre en relation les données voulues comme π et Phi² qui l'essence de tout, d'autres Seked amène également ses relations, c'est juste une manière de dissimuler discrètement les rapports de hauteur. »
      Ben voyons. Un seked, c’est exactement le concept d’une pente mais pris à l’envers ; c’est juste la façon la plus intuitive et la plus simple de mesurer des angles.

      Supprimer
    6. La Grande Pyramide de Gizeh fût érigée en -2500 Av JC. Pourquoi vouloir prendre une valeur différente et variable selon les époques et les lieux ? Je connais la réponse, uniquement pour tromper le novice lecteur. Ici la prise de la Coudée Royale avant la réforme du 7e/6e siècle avant JC (ou devrais je dire avant l'ère du Poisson).

      La Coudée Royale qui nous intéresse est donc celle des bâtisseurs de Gizeh simplement car le film traite des Pyramides de Gizeh. Rien depuis logique à vrai dire.

      Concernant la connaissance du mètre, elle est bien plus étendue que vous semblez le nier.

      Il y a d'autres pentes de Seked qui redonnent π, le nombre d'Or. Et elle se retrouve dans d'autres Pyramidions, Pyramides.

      J'ai fais une réponse groupée ici mais cela concernait également l'article sur π

      "
      soit il connait effectivement une valeur approchée de Pi — auquel cas il utilise 3.16 — soit il approche tout simplement l’aire du disque par celle d’un octogone irrégulier sans avoir besoin de Pi."

      Vulgariser pour bien manipuler. Tout en mélangeant les dates, que ce soit de la Coudée Royale aux techniques mathématiques et géométriques. C'est ça que je dénonce de ce blog. Habituel chez tous les détracteurs. Quand l'argumentation devient difficile, les attaques sur la personne arrivent comme toujours.

      Supprimer
    7. Cadeau :
      http://ordrespontane.blogspot.fr/2016/09/un-peu-de-geometrie-pyramidale.html

      Supprimer
    8. "La probabilité pour que l'ensemble s'emboîte, et je ne parle pas uniquement de ma démonstration ultra light, sera drôle à calculer."

      En d'autres termes, vous n'avez rien fait. Mais c'est la première chose qu'on fait avant de publier un résultat ????

      Le cerveau humain est un organe ultra-biaisé qui ne sait absolument pas appréhender les probabilités..... Toute démonstration n'est qu'enfantine tant qu'elle n'a pas été validée épistemologiquement ou en terme de probabilités/statistiques.

      Regardez le problème de Monty Hall. Il ne nécessite que des outils niveau collège voir primaire et pourtant, la plupart des gens buttent dessus avant d'avoir vu la réponse. Et vous, vous pensez prouver qu'un évènement est peu probable aléatoirement car ça vous semble intuitif.... Heureusement que les vrais chercheurs n'appliquent pas votre méthode...

      Supprimer
  3. Je vous signale par ailleurs que pour calculer la hauteur, la connaissance de π fût nécessaire, ou alors il faudra commencer à calculer les probabilités que tout s'emboîte de la sorte correctement.
    Pour rappel :
    La Hauteur visible = le Rayon du cercle ayant le périmètre égal à la base de la Pyramide

    Périmètre de la base carrée de la Pyramide = 440 x 4 = 1760 coudées

    Au centre de ce carré, on trace un cercle qui a pour périmètre 1760 comme notre carré. Pour connaître le diamètre du cercle, il faut faire P = diamètre x π ou P / π = diamètre soit 1760/3,1416 = 560 coudées.
    r = d/2 = 560/2 = 280 Coudées.

    Nota : 880/280 = 22/7 soit la fraction simplifié de π valant 3.142857. Comme les Égyptiens utilisaient les Fractions, cette valeur n’est pas si anodine que vous le prétendait.
    La valeur de π à 3.16 par le Papyrus de Rhind datant de la Deuxième période intermédiaire est donné pour des dates à plus de 1000 ans après la construction supposée de la GP par Khoufou :
    “La Deuxième Période intermédiaire, caractérisée par une période d'instabilité dans l'histoire de l'Égypte antique, se situe entre le Moyen Empire et le Nouvel Empire entre 1650 et 1550 av. J.-C.”

    Ce serait comme prendre des valeurs du Moyen ge pour nous les attribuer. Dans le genre fiabilité de vos sources : Bonjour.

    Vous remarquerez que je n’ai pas eut besoin d'âge du capitaine. Le bon argument des Débunkers qui ressort tout le temps.

    À bon entendeur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « Je vous signale par ailleurs que pour calculer la hauteur, la connaissance de π fût nécessaire, ou alors il faudra commencer à calculer les probabilités que tout s'emboîte de la sorte correctement. »
      Ben voyons : je me donne un objectif de 280 coudées de hauteur (ce que je veux) et un seked de 5 ½ paumes (soit une pente de 28/22) et j’ai besoin de Pi pour calculer la longueur des côtés ? Mouwahahaha !

      Supprimer
  4. Pour ma part, une personne affirmant contre l'avis des experts que l'occurence d'une valeur est significative, doit montrer, sa significativité statistiques (e.g. valeur p, etc.). Tout le reste est inutile et ne mérite qu'on s'y attarde. Si vous saviez le nombre d'expérience dont leurs auteurs pensaient que les résultats étaient positifs qui se sont fait contredire parce que la significativité n'était finalement pas suffisante... Et là, il n'y a pas le moindre calcul de significativité...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le marché des actions US est-il si cher que ça ?

Avec un Price-to-Earnings Ratio (cours sur bénéfices nets) désormais nettement supérieur à 20, le marché des actions américaines apparaît désormais très cher et même, selon nombre de commentateurs, trop chers. Cela fait plusieurs mois que le mot en B (« bulle ») a été prononcé [1] et force est de reconnaître que, sur la seule base de ce ratio, c’est effectivement le cas. Néanmoins, un rapide retour sur la théorie de la valorisation donne un éclairage tout à fait différent.Si le PER est un ratio très couramment utilisé sur les marchés, les chercheurs qui s’intéressent à la valorisation des actions utilisent plus volontiers son inverse : le Earnings Yield. En notant $E$ le niveau actuel des bénéfices nets et $P$ le prix du marché, le Earnings Yield s’écrit simplement : $$\frac{E}{P} $$ C’est donc la même mesure mais exprimée sous forme de taux plutôt que de ratio. Si nous utilisons plus volontiers cette présentation c’est que, contrairement au PER, elle a une signification très précis…

Les prix « avant l’euro »

(J’ai l’intention de compléter cet article au fur et à mesure. Si vous avez des prix à proposer (avec des sources crédibles), n’hésitez pas à le me suggérer dans les commentaires.)L’euro a été introduit en deux temps. La première étape a eu lieu le 1er janvier 1999 à minuit, quand le taux de change irrévocable des différentes monnaies nationales par rapport à l’euro a été fixé définitivement — soit, pour ce qui nous concerne, 1 euro = 6.55957 francs. La seconde étape, l’introduction des pièces et billets en euro, s’est étalée sur un mois et demi : du 1er janvier 2002 au 17 février 2002 ; date à laquelle les espèces en franc ont été privées du cours légal [1] — c’est-à-dire qu’il était interdit de les utiliser ou de les accepter en règlement d’une transaction.SalairesÀ compter du 1er juillet 2000, le SMIC horaire brut était fixé à 42.02 francs soit, pour avec une durée légale du travail de 39 heures par semaine (169 heures par mois), 7 101.38 francs bruts par mois. Le 1er juillet 2001,…