Accéder au contenu principal

L'Économie positive - Copyright J. Attali

Invité sur BFM Business ce lundi 16 septembre, l’inénarrable Jacques Attali – polytechnicien, énarque, haut fonctionnaire, professeur, écrivain, acteur, chef d’orchestre et d’entreprise [1] et accessoirement conseiller spécial du prince – nous dévoilait un coin de l’épais mystère qui enveloppe le rapport sur l’Économie positive qu’il doit remettre au Président de la République ce 21 septembre de l’an de grâce 2013.

À commencer par la question que tout le monde se pose – du moins dans les lieux suffisamment éloignés du pouvoir pour ne pas être au courant mais pas assez pour s’en moquer éperdument – à savoir : mais qu’est-ce donc que l’Économie positive ? Eh bien, « l’économie positive, nous révèle l’intéressé, c’est l’économie qui s’intéresse au long terme, c’est-à-dire qui prend ses décisions en fonction de l’intérêt des générations suivantes. »

Nous voilà édifiés.

Quoi que… Peut être une illustration serait-elle utile pour mieux comprendre de quoi il retourne ; c’est l’indéboulonnable Jacques qui nous la donne : l’Économie positive c’est, par exemple, « faire en sorte que l’entreprise elle-même ne soit la plus la propriété seulement de ses actionnaires mais qu’elle reflète l’intérêt de toutes les parties prenantes et en particulier qu’elle donne un droit de vote (en quelques sortes) aux générations suivantes. »

Les choses sont beaucoup plus claires : c’est encore une énorme fumisterie.

Un rapide tour sur le site du mouvement attalien permet d’y découvrir son équipe de penseurs pluridisciplinaires : on y retrouve quelques noms connus comme ceux – par ordre alphabétique – de Christine Albanel (lichen parasitaire), Michel Barnier (pécheur européen), Daniel Cohen (économiste hollandiste), Jean-Louis Étienne (explorateur en eaux froides), Paul Jorion (comique troupier), Brice Lalonde (sous-secrétaire biodégradé), Maurice Lévy (publicitaire rémunéré), Matthieu Ricard (moine bouddhiste) et bien sûr l’inévitable Jeffrey Sachs (moraliste malthusien) [2]. Bref, une véritable dream team propre à enthousiasmer tout ce que notre pays compte de doux rêveurs, de philosophes barbus et de victimes de l’effet Dunning-Kruger.

Cerise sur le gâteau, quand Hedwige Chevrillon suggère que l’Économie positive devrait être développée au niveau européen, notre grand Jacques lui répond – définitif – que « tant qu’il y a une dictature idéologique du libéralisme en Europe, on ne peut le faire qu’au niveau français. »

Rendez-vous, donc, le 21 septembre sur ecoplus.tv [3] pour y découvrir l’ampleur de la catastrophe.

---
[1] Il est aujourd’hui président de A&A, une société de « conseils en stratégie », et de PlaNet Finance, une « organisation de solidarité internationale ».
[2] J’avoue, en revanche, être plus surpris par la présence de Hernando de Soto (rien à voir avec le conquistador) au nombre de ces têtes chercheuses.
[3] Notez dans le menu de gauche : « Consom’action », « Human’idées » et « Volon’terre »…

Commentaires

  1. Jacques Attali est le Talleyrand de notre époque, passant d'un président à l'autre avec dextérité... Il ne lui manque plus que d'être évêque pour que son CV ne soit - véritablement - complet...

    RépondreSupprimer
  2. Daniel Cohen me parait tout aussi malthusien que sachs, sauf que lui n'est pas moraliste (vraiment?) mais économiste.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Pro Macron - lettre ouverte à mes amis libéraux

Pardon pour cette platitude mais le succès d’Emmanuel Macron c’est avant tout l’expression d’un désir de renouvellement de notre classe politique. Je ne crois pas, si vous me permettez cette hypothèse personnelle, que la plupart de ses électeurs aient voté pour son programme et je suis même convaincu que très peu l’ont lu. Emmanuel Macron est avant tout l’incarnation de ce que nombre de nos concitoyens attendent : une nouvelle tête — un candidat dont les débuts en politiques n’ont pas été photographiés en noir et blanc [1] — et, à tort ou à raison, une rupture avec le système politique hérité de la Libération.Et c’est précisément ça qui a, je crois, tué la candidature de François Fillon. Face à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, lors de la primaire, il pouvait aisément passer pour le candidat du renouvellement de la droite et ce, d’autant plus qu’il tenait à l’époque un discours très libéral au regard de ce à quoi nous sommes habitués de la part des Républicains [2]. Seulement voilà : no…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…