Accéder au contenu principal

Le bilan de l'État

Au 31 décembre 2015, l’actif de l’État était évalué à 982.3 milliards d’euros.

On y trouve principalement des actifs physiques (terrains, immobilier, infrastructures, notamment routières, matériel, notamment militaire), des participations financières (les très nombreuses participations de l’État, avec ou sans contrôle, mais aussi prêts et avances à des collectivités ou à des États étrangers) et même des immobilisations incorporelles (comme, par exemple, le spectre hertzien, évalué à 8.2 milliards). À cela se rajoutent un actif circulant, composé de stocks (notamment militaires) et de créances et la trésorerie de l’État.

Le passif de l’État est composé à 76.4% de sa dette financière c’est-à-dire des obligations émises pour financer nos 42 ans de déficits budgétaires et, dans une moindre mesure, pour gérer la trésorerie de l’État. À côté de ça, on trouve évidemment un certain nombre de créances (fournisseurs, personnels, retraites, trop-perçus d’impôts etc…), quelques provisions pour risques et charges ainsi que les dépôts réalisés par un certain nombre d’institutions publiques (les correspondants du Trésor) auprès du Trésor.

Au total, ça fait un passif de 2 097 milliards et donc une « situation nette », l’équivalent conceptuel des fonds propres d’une entreprise, négative de — tenez-vous bien — 1 115 milliards d’euros. C’est-à-dire que si, le 31 décembre 2015, nous avions décidé de fermer la boutique : de vendre tout ce que l’État possède et de rembourser les dettes, ça nous aurait laissé une ardoise de 1 115 milliards à régler.

Alors évidemment, pour une entreprise ou un ménage, ce serait une situation inconfortable mais pas insoluble. Avoir plus de dettes que de patrimoine, en soi, ça n’est pas nécessairement dramatique : il suffit d’avoir de bons revenus, de tenir vos dépenses et, ainsi, de rembourser vos dettes et même vous constituer un capital.

Sauf que, s’agissant de l’État, ses dépenses sont très nettement supérieures à ces revenus et ce, depuis 1975. Pire encore : la seule idée de réduire son déficit — sans même oser parler d’équilibrer son budget — est généralement qualifiée de politique d’austérité et donne invariablement lieu à une levée de drapeau spectaculaire de la part de ceux-là même qui, soit dit en passant, estiment que nos dettes sont « illégitimes ».

Et pourtant, ça tient. Là où n’importe quelle entreprise aurait déjà été mise en liquidation judiciaire, alors que votre ménage serait depuis longtemps placé sous tutelle, on trouve encore des fous pour oser nous prêter de l’argent sur des durées extravagantes et à des taux dérisoires.

Il n’y a, je l’ai déjà dit plusieurs fois et je réitère ici, pas de magie en ce bas monde. Si l’État ne peut être comparé à un ménage ou à une entreprise, ce n’est pas parce qu’il est de nature surnaturelle mais parce que, que nous le voulions ou non, nous sommes tous garants des dettes qu’il contracte.

La dette publique, comprenez-le, c’est notre dette à tous. Si l’État, pour une raison ou une autre, devait avoir quelques difficultés à faire face à ses obligations, il dispose d’un gigantesque réservoir de revenus non exploités : vos revenus et votre épargne. C’est là toute la différence : l’État, par définition, jouie du monopole de la coercition et donc de la fiscalité.

N’attendez pas de miracle : il n’y en aura pas. Soit nous mettons nos finances publiques en ordre — et le plus tôt sera le mieux — soit nous finirons par recevoir l’addition, pour ne pas dire la multiplication, de 42 années consécutives d’irresponsabilité budgétaire.

Dans l’état actuel des choses, augmenter les impôts est exclu : nous avons déjà une des pressions fiscale les plus élevée au monde et nous sommes devenus, ses dernières années, les champions du monde en matière d’exil de contribuables fortunés, de créateurs d'entreprises et même d'étudiants diplômés. Le taux de l’impôt en réduit l’assiette, c’est un principe vieux comme le monde.

Renier la dette publique ? C’est de l’ordre du possible mais avant de vous lancer sur cette piste, vérifiez bien que vous n’êtes vous-même pas un créancier de l’État (vous avez un contrat d’assurance-vie en euro ?) et oubliez jusqu’à la notion de déficit public parce qu’après un défaut de paiement, vous ne trouverez plus le moindre créancier.

Quant à l'usage de la planche à billets, rêve délirant des deux fronts, elle revient exactement au même à ceci près que la ponction de notre épargne et de nos revenus ne sera même pas soumise à un contrôle parlementaire. Si vous cherchez un exemple de ce que donnent ce type de politiques, le Venezuela vous en donne un à ceci près qu'il disposent des premières réserves pétrolières mondiales.

Non, il n’y a pas d’autre option : il faut, et de toute urgence, réduire drastiquement nos dépenses publiques, relancer notre économie en levant la chape de plomb réglementaire qui l’étouffe, vendre (en les valorisant au mieux) les actifs qui n’ont rien à faire dans le giron de l’État et nous engager, à long terme, à générer des excédents budgétaires.

C’est encore possible, il n’est pas trop tard, mais continuer à tergiverser serait fatal.

---
NB : les chiffres que je donne ici ne concernent que l'État au sens strict. La réalité est encore pire puisqu'il faut ajouter à ce qui précède les dettes des autres administrations publiques, y compris les centaines (ou milliers) de milliards qui ne sont pas officiellement comptabilisés dans nos dettes publiques.

Commentaires

  1. "après un défaut de paiement, vous ne trouverez plus le moindre créancier"

    Est-ce vraiment un inconvénient? Ou une manière efficace de forcer les dirigeants a enfin équilibrer le budget? Ce qui en plus ne serait pas bien compliqué car la charge de la dette n'est pas loin d'être égale au déficit si je me souviens bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "forcer les dirigeants à enfin équilibrer le budget" que le patron me corrige si je me trompe, mais non, généralement, les dirigeants choisissent la planche à billets.

      Supprimer
  2. LA DETTE
    1981 (Mitterrand) 110 milliards €
    2016 (Hollande) 2200 Milliards €

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…

Non, Salvador Allende n’était pas « sur le point de réussir »

Au centre, Allende et Brezhnev, le 11/12/1972 à Moscou.Parmi les nombreuses tartes à la crème qu’on voit circuler sur les Internets, il y a l’idée prégnante et manifestement reçue par beaucoup selon laquelle Salvador Allende était « sur le point de réussir » quand la CIA l’a remplacé par la junte d’Augusto Pinochet. Non. À moins que par « réussir » vous entendiez « réussir à instaurer une dictature » à la mode cubaine ou soviétique, rien n’est plus faux. Un rapide retour sur ces trois années s'impose.Lorsque Salvador Allende, candidat d’une coalition qui regroupait presque tous les partis de gauche du Chili, arrive premier à l’élection présidentielle du 4 septembre 1970 avec 36.2% des voix, il n’est pas pour autant élu. En effet, la constitution chilienne de l’époque voulait que si aucun candidat n’emportait la majorité des suffrages, les deux premiers seraient départagés par un vote du Congrès. Allende devait donc convaincre les parlementaires chiliens de lui apporter leurs suffr…