Accéder au contenu principal

Pierre Moscovici et les racines chrétiennes de l’Europe

Ainsi donc, Pierre Moscovici ne croit pas aux racines chrétiennes de l’Europe.

Le christianisme étant né, grosso modo, autour de l’an 30 et l’Europe, au sens géographique comme au sens de ses populations, ayant existé bien avant ça, il est assez évident que les racines de l’Europe ne peuvent être chrétiennes. Concrètement, la christianisation de l’Europe est un phénomène très long qui commence vraiment sous Théodose (l’édit de Thessalonique, en 380) et va se poursuivre au-delà de l’an mil, date à laquelle les peuples scandinaves et slaves seront définitivement christianisés. De ce point de vue, dire que les racines de l’Europe ne sont pas chrétiennes ne relève pas de la croyance mais de l’évidence.

Néanmoins, d’un point de vue culturel et politique, il est tout aussi évident que les racines de l’Europe sont bel et bien chrétiennes. Où que vous alliez en Europe, vous aurez toutes les peines du monde à trouver un village qui n’ait pas son clocher surmonté d’une croix ; aussi loin que vous remontiez jusqu’à l’effondrement de l’Empire romain d’occident, vous aurez autant de mal à trouver une entité politique qui n’ai pas, à l'origine, fondé son unité et sa légitimité sur le christianisme — la France, fille aînée de l’Église, en premier lieu.

De ces deux simples constatations de bon sens, nous pouvons conclure que la sortie de M. Moscovici ne relève ni d’une conviction personnelle ni d’une quelconque démarche intellectuelle. Le commissaire européen cherche simplement à cliver à bon compte en trollant les « de droite » (avec les réactions qu'on devine) pour mieux resserrer les rangs des « de gauche » (idem) derrière son parti. L’histoire récente des hochets sociétaux et autres considérations symboliques dont nous abreuvent nos politiques démontre assez bien que rien ne mobilise mieux la foule bêlante des colleurs d’affiches. Las, une fois encore, ça marche.


Commentaires

  1. Vous intéresser un tant soit peu à la "pensée" de Pierre Moscovici??? Même pour démontrer sa nullitude, c'est encore lui accorder bien trop d' honneur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. plutôt la négavitude ! merci de corriger :-)

      Supprimer
  2. T'as été payé combien par les lobbies pour écrire cet article de merde?
    Bon cancer à toi! Et fait vite que tu nous coûte pas cher à la secu..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ???? Euh quel est le rapport avec cet article sur Moscovici???

      Supprimer
  3. Le problème n'est pas que l'Europe ait des racines chrétiennes, c'est en effet difficile de le contester, mais c'est de réduire les racines de l'Europe aux (ou à la)seules racines chrétiennes. Ce qui fait la grandeur de toute culture ou civilisation, et cela vaut pour la France ou l'Europe, c'est son grand métissage. De nombreuses racines ont forgé l'Europe (celtes, latines, slaves, germaniques, grecs...) et notamment chrétienne mais aussi arabes, pensons outre les apports coloniaux, la transmission des textes grecs, la pensée et l'érudition scientifique arabes aussi que environ entier de l'Europe a fait partie de l'empire Ottoman (et cela sans inclure la Turquie).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OUPS: ...environ entier de l'Europe a fait partie de l'empire Ottoman...
      LIRE:
      ...environ UN TIERS de l'Europe a fait partie de l'empire Ottoman...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le marché des actions US est-il si cher que ça ?

Avec un Price-to-Earnings Ratio (cours sur bénéfices nets) désormais nettement supérieur à 20, le marché des actions américaines apparaît désormais très cher et même, selon nombre de commentateurs, trop chers. Cela fait plusieurs mois que le mot en B (« bulle ») a été prononcé [1] et force est de reconnaître que, sur la seule base de ce ratio, c’est effectivement le cas. Néanmoins, un rapide retour sur la théorie de la valorisation donne un éclairage tout à fait différent.Si le PER est un ratio très couramment utilisé sur les marchés, les chercheurs qui s’intéressent à la valorisation des actions utilisent plus volontiers son inverse : le Earnings Yield. En notant $E$ le niveau actuel des bénéfices nets et $P$ le prix du marché, le Earnings Yield s’écrit simplement : $$\frac{E}{P} $$ C’est donc la même mesure mais exprimée sous forme de taux plutôt que de ratio. Si nous utilisons plus volontiers cette présentation c’est que, contrairement au PER, elle a une signification très précis…

Les prix « avant l’euro »

(J’ai l’intention de compléter cet article au fur et à mesure. Si vous avez des prix à proposer (avec des sources crédibles), n’hésitez pas à le me suggérer dans les commentaires.)L’euro a été introduit en deux temps. La première étape a eu lieu le 1er janvier 1999 à minuit, quand le taux de change irrévocable des différentes monnaies nationales par rapport à l’euro a été fixé définitivement — soit, pour ce qui nous concerne, 1 euro = 6.55957 francs. La seconde étape, l’introduction des pièces et billets en euro, s’est étalée sur un mois et demi : du 1er janvier 2002 au 17 février 2002 ; date à laquelle les espèces en franc ont été privées du cours légal [1] — c’est-à-dire qu’il était interdit de les utiliser ou de les accepter en règlement d’une transaction.SalairesÀ compter du 1er juillet 2000, le SMIC horaire brut était fixé à 42.02 francs soit, pour avec une durée légale du travail de 39 heures par semaine (169 heures par mois), 7 101.38 francs bruts par mois. Le 1er juillet 2001,…