Accéder au contenu principal

Les héritiers oisifs de Thomas Piketty

Les 10 premières fortunes mondiales 2016 selon Forbes :

1/ Bill Gates (60 ans, 75 milliards) — Bille Gates est le fils d’un célèbre avocat et d’une femme d’affaire de Seattle. C’est au collège qu’il rencontre Paul Allen avec qui il fondera Microsoft quelques années plus tard. Gates est donc issu d’un milieu très aisé mais sa fortune, il l’a construite seul.

2/ Amancio Ortega Gaona (79 ans, 67 milliards) — Le patron d’Inditex, plus connu pour la marque Zara, est le fils d’un cheminot et d’une femme de chambre. Il a quitté l’école vers 14 ans et commencé à travailler comme petite main chez un fabriquant de chemises local.

3/ Warren Buffet (85 ans, 60.8 milliards) — Le « meilleur investisseur du monde » est le fils d’un petit courtier indépendant en actions devenu membre du Congrès et le petit-fils d’un épicier du Nebraska. C’est en réinvestissant ses premiers salaires qu’il démarre sa carrière d’investisseur.

4/ Carlos Slim (76 ans, 50 milliards) — Né au Mexique d’un père et d’une mère d’origines libanaises, Carlos a eu la chance d’avoir un papa doué pour les affaires et donc, de grandir dans la bonne bourgeoisie mexicaine. Il démarre sa carrière comme Buffet : en investissant ses premiers salaires.

5/ Jeff Bezos (52 ans, 45.2 milliards) — Fils de la fille d’un haut fonctionnaire américain, Bezos hérite son nom de son père adoptif, un émigré cubain, ingénieur dans le pétrole. Il a donc bénéficié d’un environnement familial favorable mais surtout d’une intelligence notoirement hors normes.

6/ Mark Zuckerberg (31 ans, 44.6 milliards) — Le fondateur de Facebook, lui aussi, n’était pas à plaindre : son père était dentiste et sa maman psychiatre. Outre une éducation confortable, la seule contribution de ses parents à Facebook se limite à l’avoir inscrit à Harvard.

7/ Larry Ellison (71 ans, 43.6 milliards) — Élevé par son oncle et sa tante après avoir été abandonné par sa mère à l’âge de 9 mois, Ellison a grandi dans la classe moyenne de Chicago. Il fonde ce qui va devenir Oracle en investissant 1 200 dollars de ses économies sur un capital total de 2 000 dollars.

8/ Michael Bloomberg (74 ans, 40 milliards) — Petit-fils d’immigrés russes et fils d’un comptable, Bloomberg est issu de la classe moyenne de Boston. Après de brillantes études, il démarre une carrière chez Salomon Brothers ; c’est avec sa prime de licenciement qu’il fonde Bloomberg.

9/ Charles & David Koch (80 et 75 ans, 39.6 milliards chacun) — Les frères Koch héritent d’une belle entreprise créée par leur père. Quand Charles succède à son père, en 1967, Koch Industries génère un chiffre d’affaires de 177 millions de dollars ; aujourd’hui, c’est 115 milliards.

On cherche toujours l’héritier oisif qui s’enrichi en comptant ses doigt de pieds que nous décrit M. Piketty…

Commentaires

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cet article encore une fois clair et précis ! Juste une question : les 177 millions en 1967 c'est corrigé de l'inflation ou pas ?

    RépondreSupprimer
  3. Mr Piketty ne s'embarrasse pas de ce que l'on appelle l'honnêteté intellectuelle...

    RépondreSupprimer
  4. Il n'y en a que 9. Certain soutiendrait que ça ruine l'entièreté de l'article...

    (J'ai vu les 2 Koch.)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Pro Macron - lettre ouverte à mes amis libéraux

Pardon pour cette platitude mais le succès d’Emmanuel Macron c’est avant tout l’expression d’un désir de renouvellement de notre classe politique. Je ne crois pas, si vous me permettez cette hypothèse personnelle, que la plupart de ses électeurs aient voté pour son programme et je suis même convaincu que très peu l’ont lu. Emmanuel Macron est avant tout l’incarnation de ce que nombre de nos concitoyens attendent : une nouvelle tête — un candidat dont les débuts en politiques n’ont pas été photographiés en noir et blanc [1] — et, à tort ou à raison, une rupture avec le système politique hérité de la Libération.Et c’est précisément ça qui a, je crois, tué la candidature de François Fillon. Face à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, lors de la primaire, il pouvait aisément passer pour le candidat du renouvellement de la droite et ce, d’autant plus qu’il tenait à l’époque un discours très libéral au regard de ce à quoi nous sommes habitués de la part des Républicains [2]. Seulement voilà : no…

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le prix des sardines quand les pêcheurs ont des téléphones

Soit deux petits villages de pêcheurs de sardines du sud de l’Inde. Chaque nuit, les pêcheurs de chaque bourg partent jeter leurs filets en mer et, le matin venu, ils vendent leurs prises sur la plage à la population de leurs villages respectifs. Parce qu’ils sont relativement distants l’un de l’autre et ne disposent pas de moyens de communication rapide, nos villages vivent en autarcie. C’est-à-dire que leurs habitants n’achètent de sardines qu’aux pêcheurs de leur propre village qui, symétriquement, n’en vendent à personne d’autre qu’à leurs concitoyens.Dans l’état actuel des choses, donc, la ration quotidienne de protéines des habitants de nos villages dépend exclusivement de leurs pêcheurs respectifs. Si la pêche est fructueuse, il est probable que les sardines seront bradées au marché du matin et il n’est pas impossible que les pêcheurs se retrouvent même avec des invendus — c’est-à-dire des poissons bons à jeter. Si, au contraire, la pêche de la nuit a été mauvaise, vous pouvez …