Accéder au contenu principal

Craquer iOS, ça ne sert à rien

« However beautiful the strategy,
you should occasionally look at the results. »

— Attribué à Winston Churchill

Supposons un instant qu’Apple et Google finissent par rendre les armes et, comme l’exigent le FBI, Yann Galut et Éric Ciotti, permettent aux autorités de casser la sécurité de leurs smartphones dans le cadre d’enquêtes anti-terroristes. À quoi, Ô lecteur, sommes-nous en droit de nous attendre ?

C’est très simple : les terroristes cesseront immédiatement, si ce n’est pas déjà le cas, d’utiliser les appareils dont la sécurité sera désormais compromise. C’est aussi simple que ça.

Ça vous surprend ? Voyons, souvenez-vous : il y a quelques années, nous avons tous appris avec stupeur que le gouvernement des États-Unis s’était doté d’un système d’espionnage des données numériques qui transitent par les serveurs des entreprises américaines — c’est-à-dire la plupart. Que s’est-il passés ensuite ? Eh bien une explosion de la demande (et de l’offre) de VPN, de machines virtuelles, de système de cryptage des disques durs, de messageries instantanées sécurisées (Cryptocat, Wickr, Telegram…), de services de courrier électronique cryptés (GhostMail, Tutanota…), de navigateurs anonymes (Tor) et autres serveurs proxy.

C’est-à-dire qu’à la fin de l’histoire, mesdames et messieurs les politiques, vous n’aurez absolument rien. Dès que la sécurité des données stockées sur un iPhone ou un téléphone tournant sous Android sera compromise, les premiers à quitter le navire seront les terroristes : ils s’empresseront de changer de technologie à supposer, encore une fois, qu’ils ne l’aient pas déjà fait. Vous pouvez compter là-dessus ; c’est une certitude : vous ne trouverez plus la moindre donnée compromettante sur aucun des appareils ciblés.

Comprenez bien, mesdames et messieurs les politiques, qu’à chaque mouvement que vous faites en ce sens, vous créez de plus en plus de demande et de plus en plus d’offre. Lorsque vous ciblez la sécurité d’iOS ou d’Android, ce ne sont pas seulement les terroristes qui vont chercher une alternative ; c’est à peu près tout le monde. Juste un exemple au hasard : que feront les chinois [1] quand ils apprendront que leur gouvernement peut désormais fouiller le contenu de leur smartphone ? À votre avis ?

Ce que ça signifie concrètement, c’est que vous êtes en train de créer une demande massive et solvable pour des systèmes de communication sécurisés ; laquelle permettra l’émergence d’une offre ; laquelle, que vous le vouliez ou non, finira par servir les desseins des terroristes. À force de raisonner à court terme et de gesticuler sans réfléchir, vous obtiendrez exactement l’inverse de ce que vous semblez espérer.

---
[1] On estime le nombre d’utilisateurs de smartphones en Chine à environ 563.3 millions — soit à peu près 27% du marché mondial.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le marché des actions US est-il si cher que ça ?

Avec un Price-to-Earnings Ratio (cours sur bénéfices nets) désormais nettement supérieur à 20, le marché des actions américaines apparaît désormais très cher et même, selon nombre de commentateurs, trop chers. Cela fait plusieurs mois que le mot en B (« bulle ») a été prononcé [1] et force est de reconnaître que, sur la seule base de ce ratio, c’est effectivement le cas. Néanmoins, un rapide retour sur la théorie de la valorisation donne un éclairage tout à fait différent.Si le PER est un ratio très couramment utilisé sur les marchés, les chercheurs qui s’intéressent à la valorisation des actions utilisent plus volontiers son inverse : le Earnings Yield. En notant $E$ le niveau actuel des bénéfices nets et $P$ le prix du marché, le Earnings Yield s’écrit simplement : $$\frac{E}{P} $$ C’est donc la même mesure mais exprimée sous forme de taux plutôt que de ratio. Si nous utilisons plus volontiers cette présentation c’est que, contrairement au PER, elle a une signification très précis…

Les prix « avant l’euro »

(J’ai l’intention de compléter cet article au fur et à mesure. Si vous avez des prix à proposer (avec des sources crédibles), n’hésitez pas à le me suggérer dans les commentaires.)L’euro a été introduit en deux temps. La première étape a eu lieu le 1er janvier 1999 à minuit, quand le taux de change irrévocable des différentes monnaies nationales par rapport à l’euro a été fixé définitivement — soit, pour ce qui nous concerne, 1 euro = 6.55957 francs. La seconde étape, l’introduction des pièces et billets en euro, s’est étalée sur un mois et demi : du 1er janvier 2002 au 17 février 2002 ; date à laquelle les espèces en franc ont été privées du cours légal [1] — c’est-à-dire qu’il était interdit de les utiliser ou de les accepter en règlement d’une transaction.SalairesÀ compter du 1er juillet 2000, le SMIC horaire brut était fixé à 42.02 francs soit, pour avec une durée légale du travail de 39 heures par semaine (169 heures par mois), 7 101.38 francs bruts par mois. Le 1er juillet 2001,…