Accéder au contenu principal

Bégaiements

Je me suis livré sur mon fils à une petite expérience. Voici le protocole expérimental : lorsqu’il est rentré de l’école, je lui ai proposé un verre d’eau pour dix centimes. Comme il avait soif et que, par ailleurs, il est habitué à mes excentricités, il a accepté de souscrire à cette proposition et l’échange à bien eu lieu.

Mais lorsque je lui ai proposé un second verre d’eau au même prix, étrangement, il l’a refusé gentiment. Selon les recommandations du petit manuel de macroéconomie néo-keynésienne, j’ai décidé de lui proposer un broc entier d’eau fraîche à cinq centimes. Sans succès : refus poli de mon garçon. Un brin agacé par cet échec, j’ai bien tenté de lui vendre une bassine pleine d’eau pour un centime mais rien n’y fît : il n’en voulait pas plus.

De cette expérience, j’ai conclu que j’aurais beau augmenter les quantités disponibles et baisser le prix, si mon fils n’a pas soif, il n’en achètera pas une goutte.

Remplacez mon fils par les entreprises et ménages américains et l’eau par du crédit bancaire et vous obtenez l’explication la plus limpide qui me vienne à l’esprit de l’échec majeur de la politique que la Federal Reserve a tenté de mettre en œuvre ces dernières années. Bill Gross, dans ses derniers commentaires, le résume tout aussi bien : « S’il n’y avait qu’un dollar à prêter et si quelqu’un désespérait de l’avoir, le taux d’intérêt serait usuraire. S’il y avait des trillions de dollars de crédit mais si personne, pour une raison ou une autre, ne voulait les emprunter, alors le taux serait de 0,01% comme il l’est aujourd’hui et l’a été au cours des cinq dernières années. »

Très simplement, la valeur marginale d’un dollar emprunté est tombée à zéro : la Fed a eu beau injecter des trillions de dollars dans le système bancaire, personne n’a jugé bon de les emprunter pour investir et si personne ne juge bon d’investir c’est probablement que l’environnement — notamment fiscal et règlementaire — ne s’y prête pas.

Bref, l’enchaînement de causes à effets prévus par le petit manuel de macroéconomie néo-keynésienne n’a pas eu lieu. C’est donc un échec qui, si j’ai bien compris ce qu’est supposé être une démarche scientifique, devrait amener ses auteurs à remettre en cause leur théorie.

Pour autant, nous ne dirons pas que la baisse des Fed Funds, les différents rounds de Quantitative Easing et les POMO (pour Permanent Open Market Operations) n’ont eu aucun effet. On peut en lister au moins trois.

Primo, c’est — et de très loin — le plus gigantesque bail-out de l’industrie bancaire qui ait jamais eu lieu. Naturellement, on m’opposera que la Fed n’avait, en l’occurrence, pas le choix : on ne pouvait décemment pas laisser les banques américaines faire faillite et ruiner au passage leurs déposants. C’est sans doute vrai mais notez bien que ce faisant, l’aléa moral qui avait permis auxdites banques de s’endetter à bon compte avec la garantie implicite de l’épargnant en dollars s’en trouve d’autant plus renforcé.

Deuxio, l’opération aura permis de réduire considérablement le coût des emprunts qu’oncle Sam a contracté au cours de ces cinq années ; ce qui, au regard de son déficit budgétaire, n’est pas négligeable. Considération à laquelle il faut rajouter le fait que, la Fed étant devenue le premier créancier de l’État fédéral, une grande partie des intérêts payés par le département du trésor étasunien lui sont désormais reversés par la banque centrale — au titre de 2013, ce sont 77,7 milliards de dollars que la Fed a restitué au trésor ; soit 98% de ses bénéfices ou 19% du coût total de la dette publique étasunienne.

Tercio et c’est là que nous rentrons de plein pied dans l’actualité la plus brûlante : il semble bien que la politique accommodante de le Fed — c’est un euphémisme — ait eu pour troisième conséquence de provoquer une fuite des capitaux américains vers les pays émergents. C’est-à-dire qu’en l’absence de rendements aux États-Unis, ces derniers sont allés financer la croissance ailleurs et maintenant que le tapering des POMO se confirme, ils risquent de provoquer une crise monétaire majeure en rentrant au bercail.

L’histoire, dit-on, ne se répète pas. Vous m’accorderez néanmoins qu’il lui arrive de bégayer et que ce scénario rappelle furieusement cet été 1997, celui du déclenchement de la « crise asiatique » et, dans la foulée, de la formation d'une gigantesque bulle spéculative, avec ceci de différent toutefois que cette fois-ci, les montants injectés par nos banques centrales sont hors de toutes proportions.

Commentaires

  1. Très bien. En partant du principe qu’une crise majeure se profile à l’horizon, que faire pour s’y préparer au mieux ?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le prix des sardines quand les pêcheurs ont des téléphones

Soit deux petits villages de pêcheurs de sardines du sud de l’Inde. Chaque nuit, les pêcheurs de chaque bourg partent jeter leurs filets en mer et, le matin venu, ils vendent leurs prises sur la plage à la population de leurs villages respectifs. Parce qu’ils sont relativement distants l’un de l’autre et ne disposent pas de moyens de communication rapide, nos villages vivent en autarcie. C’est-à-dire que leurs habitants n’achètent de sardines qu’aux pêcheurs de leur propre village qui, symétriquement, n’en vendent à personne d’autre qu’à leurs concitoyens.Dans l’état actuel des choses, donc, la ration quotidienne de protéines des habitants de nos villages dépend exclusivement de leurs pêcheurs respectifs. Si la pêche est fructueuse, il est probable que les sardines seront bradées au marché du matin et il n’est pas impossible que les pêcheurs se retrouvent même avec des invendus — c’est-à-dire des poissons bons à jeter. Si, au contraire, la pêche de la nuit a été mauvaise, vous pouvez …

Le paradoxe des oignons

Cette fois-ci, c’est l’inénarrable Paul Jorion qui s’y colle dans un article publié le 26 septembre 2013 sur challenges.fr : « il faut, nous assène l’histrion médiatique, supprimer la spéculation. »Nous-y revoilà. C’est une antique tradition. Déjà, sous l’Ancien Régime, on avait coutume de faire porter le chapeau des aléas climatiques et des politiques imbéciles aux accapareurs ; aujourd’hui, force est de constater que rien n’a changé et qu’on trouve toujours, à la barre du tribunal révolutionnaire, un accusateur public prêt à dénoncer les méfaits des spéculateurs. Si les prix montent, qu’on les pende ; si les prix baissent, qu’on promène leur tête au bout d’une pique ! Au royaume du mensonge, la dénonciation de l’ennemi du peuple tient toujours lieu de pensée.Plutôt que de rentrer dans un débat théorique, je vous propose une approche purement expérimentale, une vérification empirique qui, si elle ne satisfait sans doute pas les conditions requises sur une paillasse – c’est le lot com…