Accéder au contenu principal

Les philosophes et les croyants

Hier, j’ai publié ce graphique depuis mon compte Twitter :

C’est une infographie réalisée par mes soins et basée sur les données de la Banque Mondiale qui montre la proportion d’individus, à l’échelle mondiale, qui vivaient avec plus ou moins de $36,27 par mois en 1981, en 1990, en 1999 et en 2010. Comme le précise la légende, ces données sont exprimées en dollars constants – des dollars de 2005 – c’est-à-dire en dollars corrigés de l’inflation ; dollars qui ont également été ajustés de la parité du pouvoir d’achat pour tenir compte du fait que le pouvoir d’achat d’un dollar à New York n’est pas le même que celui d’un dollar à Calcutta [1].

Le seuil de $36,27 par mois n’a, bien-sûr, pas été choisi au hasard : comme le suggère la première barre en partant de la gauche, c’était le revenu mensuel médian en 1981 – c’est-à-dire qu’à l’époque, 50% de l’humanité vivait avec moins de $36,27 et 50% vivaient avec plus de $36,27.

Une décennie plus tard, la proportion d’individus vivant avec moins de $36,27 par mois avait baissé de 9,5% à 40,5% ; encore dix ans, et ce chiffre baissait encore de 8,8% et, en 2010, seuls 18,8% de nos semblables vivaient encore avec moins de $36,27 par mois. En d’autres termes, ce que ce graphique nous dit, c’est qu’en trois décennies, la proportion d’individus vivant avec moins de $36,27 par mois est passée de 50% à 18,8% - soit une chute de 31,2% - ce qui, au regard de ce que nous savons de l’histoire, est absolument unique : jamais un tel mouvement d’enrichissement massif du commun des mortel n’avait été observé.

L’image a circulé et, en fouillant un peu, j’ai eu l’occasion de lire un certain nombre de commentaires aussi fascinants qu’ils sont critiques. En trois groupes :
(i) « Il faut tenir compte de l’inflation » (No comment) ;
(ii) « $36,27 par mois, c’est une misère » ;
(iii) « La Banque mondiale n’est pas une source objective ».

N’est-ce pas extraordinaire ? Vous publiez un graphique qui tend à montrer que ces trois décennies ont été le théâtre du plus gigantesque enrichissement de l’espèce humaine jamais observé – ce qui, me semble-t-il, est une excellente nouvelle ; une information de nature à susciter un certain enthousiasme – et vous récoltez une bordée de commentaires aussi stupides les uns que les autres qui visent à remettre en cause ce que les chiffres nous enseignent.

Évidemment, ayant quelques expériences du débat public en France, je sais très bien ce que mes contradicteurs ont en tête. En substance : le monde étant réputé, au cours de ces trente années, avoir été dominé par la « doxa néolibérale », rien de bon ne peut en être sorti et donc, toute information visant à démontrer le contraire n’est pas seulement suspecte : elle nécessairement fausse.

La grande force de ces contradicteurs, c’est qu’ils n’ont pas besoin d’instruments de mesure, ils n’ont pas besoin de chiffres ni de la moindre forme de donnée objective : ils ont et, quoi qu’il arrive, auront toujours raison. C’est-à-dire qu’un simple sentiment ou une anecdote trouvée sur un obscur blog idéologiquement orienté auront toujours plus de valeur que n’importe quelle analyse objective des faits. Ils ont raison, c’est un fait établi et incontestable et, partant, le monde se divise en deux groupes : ceux qui corroborent leurs apriori – et qui ont donc raison avec eux – et ceux qui leur apporte un semblant de contractions qui sont – au choix – (i) des suppôts du grand capital, (ii) manipulés par ce derniers ou (iii) des imbéciles qui ne comprennent rien à rien.

Pourtant, si vous y réfléchissez un instant, mon graphique prête le flanc à de solides critiques. Typiquement, si l’on regroupe la population mondiale par déciles de revenu, il n’est absolument pas contradictoire avec le schéma suivant :

En 1981, nous avons bien 50% de la population mondiale qui vit avec moins de $36,27 et l’autre moitié qui vit avec plus et, en 2010, ces proportions sont bien passées à 20% et 80% respectivement. Ce que ce schéma suggère, c’est que (i) les 20% de la population qui vivent toujours avec moins de $36,27 (le groupe rouge) se sont considérablement appauvris entre temps, (ii) les 30% qui sont passé au-dessus de ce niveau de revenu (en violet) ne se sont enrichis que manière très marginale, (iii) les 40% de la population qui vivaient bien au-dessus de notre seuil (en bleue) se sont considérablement appauvris sans pour autant passer en dessous des $36,27 et, enfin, (iv) les 10% les plus riches de 1981 (en vert) sont les seuls à s’être vraiment enrichis dans l’intervalle.

en l’espèce, ce n’est pas du tout l’histoire de ces trois décennies mais, au moins, ce serait une critique intelligente de mon graphique ; un angle d’attaque qui me forcerait à fouiller les données, approfondir mon analyse et – si j’ai raison – à apporter plus de preuves à l’appui de ma théorie.

Seulement voilà, et c’est justement là le nœud gordien de toute cette affaire, mes contradicteurs se fichent éperdument des démonstrations que je pourrais verser au dossier. Jusqu’ici aucun d’entre eux n’a eu l’intelligence – et sans doute même pas l’idée – de m’opposer un argument raisonné. Et pour cause, ces gens-là ne sont pas des philosophes, ce ne sont pas des scientifiques : ce sont des croyants et la foi, quand elle est solidement chevillée au cœur de celui qui croit, se passe de toute forme de démonstration.

L’excellent Thomas Sowell a résumé cet état d’esprit en trois phrases :
« le problème n’est pas que Johnny ne sait pas lire.
Le problème n’est même pas que Johnny ne sait pas penser.
Le problème, c’est que Johnny ne sait pas ce que penser signifie ; il confond avec ressentir. »

---
[1] La mesure est certes imparfaite et souffre forcément d’un certain degrés d’imprécision mais elle a l’avantage d’être objective et, à défaut de mieux, d’exister.

Commentaires

  1. Quel était le revenus moyen en 2010 ? Et par extension
    quels sont les pourcentages d'individus vivant avec plus et moins? Il est certain que l'humanité c'est enrichie, surtout l'Asie où réside le gros de la population mondiale.
    Il est vrai aussi que plus on en a plus on en veut. Ce qui hier était exceptionnel est aujourd'hui la norme...quand aux individus, comme vous le dite ils ressentent et tout est fait pour qu'ils se vautrent dans le ressenti et l'émotionnel. ils pourraient se mettre à penser, mais alors ils voteraient certainement différemment.

    RépondreSupprimer
  2. j'aime beaucoup la conclusion sur "Johnny" (c'est la conversation sur Twitter avec les "croyants" qui m'a conduit ici)

    RépondreSupprimer
  3. et ça continue... http://www.boursier.com/actualites/economie/inegalites-les-1-des-personnes-les-plus-riches-detiennent-pres-de-la-moitie-des-richesses-22708.html

    typiquement l'article ne présente qu'une partie des faits, ne conclue rien, laisse supposer...

    RépondreSupprimer
  4. Mon hypothèse est que le petit plus qui à été gagné par beaucoup(?) de miséreux sort directement des poches des déclassés des pays occidentaux avec ponction oligarchique au passage;

    RépondreSupprimer
  5. A lire les commentaires, on pourrait remplacer je pense donc je suis, par je crois donc j'ai raison.

    Peu importe les démonstrations, beaucoup diront que tout va plus mal pour tout le monde parce que c'est ce qu'ils ressentent pour eux (et sans doute parce que cela nourrit leur rejet d'un système qu'ils détestent alors même qu'ils ont du mal à le décrire).

    RépondreSupprimer
  6. "Celui qui sait qu'il ne sait pas, éduque le. Celui qui sait qu'il sait, écoute le. Celui qui ne sait pas qu'il sait, éveille le. Celui qui ne sait pas qu'il ne sait pas, fuis le."

    Se Ma-fa, Règles, IV ; IVe s. av. J.-C.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le marché des actions US est-il si cher que ça ?

Avec un Price-to-Earnings Ratio (cours sur bénéfices nets) désormais nettement supérieur à 20, le marché des actions américaines apparaît désormais très cher et même, selon nombre de commentateurs, trop chers. Cela fait plusieurs mois que le mot en B (« bulle ») a été prononcé [1] et force est de reconnaître que, sur la seule base de ce ratio, c’est effectivement le cas. Néanmoins, un rapide retour sur la théorie de la valorisation donne un éclairage tout à fait différent.Si le PER est un ratio très couramment utilisé sur les marchés, les chercheurs qui s’intéressent à la valorisation des actions utilisent plus volontiers son inverse : le Earnings Yield. En notant $E$ le niveau actuel des bénéfices nets et $P$ le prix du marché, le Earnings Yield s’écrit simplement : $$\frac{E}{P} $$ C’est donc la même mesure mais exprimée sous forme de taux plutôt que de ratio. Si nous utilisons plus volontiers cette présentation c’est que, contrairement au PER, elle a une signification très précis…

Les prix « avant l’euro »

(J’ai l’intention de compléter cet article au fur et à mesure. Si vous avez des prix à proposer (avec des sources crédibles), n’hésitez pas à le me suggérer dans les commentaires.)L’euro a été introduit en deux temps. La première étape a eu lieu le 1er janvier 1999 à minuit, quand le taux de change irrévocable des différentes monnaies nationales par rapport à l’euro a été fixé définitivement — soit, pour ce qui nous concerne, 1 euro = 6.55957 francs. La seconde étape, l’introduction des pièces et billets en euro, s’est étalée sur un mois et demi : du 1er janvier 2002 au 17 février 2002 ; date à laquelle les espèces en franc ont été privées du cours légal [1] — c’est-à-dire qu’il était interdit de les utiliser ou de les accepter en règlement d’une transaction.SalairesÀ compter du 1er juillet 2000, le SMIC horaire brut était fixé à 42.02 francs soit, pour avec une durée légale du travail de 39 heures par semaine (169 heures par mois), 7 101.38 francs bruts par mois. Le 1er juillet 2001,…