Accéder au contenu principal

Plan pour Rééquilibrer la Balance Commerciale etc.

Lettre à Madame Nicole Bricq,
Ministre du Commerce extérieur.

Madame,

Vous annonçâtes ces jours-ci une réduction du déficit de la balance commerciale au titre de l’an 2012, qui serait, selon vos propres termes, « un premier signal encourageant qui doit nous permettre de reprendre confiance. » J’avoue bien volontiers, Madame, que mes compétences limitées ne me permettent pas de comprendre en quoi, exactement, ce fameux déficit de la balance commerciale serait un problème. Néanmoins, soucieux de participer au Redressement Productif National & de mobiliser mon énergie en sens, je crois pouvoir vous apporter mon aide.

Aussi, permettez-moi donc, Madame, de mettre mes modestes moyens au service de la grande et noble cause que vous, ainsi que MM. Moscovici & Montebourg, servez avec tant d’abnégation & de courage ; laissez moi, dis-je, vous exposer mon Plan pour Rééquilibrer Définitivement la Balance Commerciale & en Contrôler le Solde en toute Occasion & avec Grande Précision : ci-après, le Plan. Il est, vous en jugerez, d’une extrême simplicité & peut se résumer en trois étapes.

Dans un premier temps, votre serviteur se propose de déménager avec femme & enfants & de s’installer dans le pays qui nous cause le plus de tort en exportant chez nous des produits scandaleusement peu onéreux. Par hypothèse & pour simplifier la lecture de ce qui suit, supposons que l’objet de votre juste courroux soit l’Empire du Milieu ; auquel cas, obéissant à votre commandement, j’élirai domicile en Chine.

Cette première étape accomplie, je serai alors en mesure d’y ouvrir un compte bancaire libellé en Renminbi sur lequel vous voudrez bien, Madame, me verser chaque année un montant équivalent au déficit de la balance commerciale tel qu’estimé par vos services – soit, si j’en crois les chiffres que vous communiquâtes vous-même récemment, environ 67 milliards d’euros. Bien sûr, pour ce faire, il faudra que vous ayez au préalable pris soin d’échanger cette somme contre des yuans ce qui permettra, au passage, de dévaluer l’euro par rapport à la monnaie chinoise.

C’est à ce stade que le Plan révèle son indiscutable efficacité puisque, Madame, je m’engage à dépenser l’intégralité de cette somme, jusqu’au dernier centime, sur des produits français & même, si vous m’en donnez l’ordre, dument labélisés Made in France par M. Montebourg. Ainsi donc, vous l’aurez compris, nous créerons chaque année un flux d’exportation de la France vers la Chine d’un montant équivalent au déficit de notre balance commerciale ; c'est-à-dire que nous comblerons ledit déficit.

Comme vous pouvez le constater, Madame, ce Plan est imparable. C’est mathématique. Par ailleurs, il va de soi que je n’en tirerai aucun bénéfice personnel puisque je ne garderai pas un seul des euros que vous aurez bien voulu me confier : je rendrai tout à la France en payant les produits que j’aurai importé en Chine. Enfin, si l’un ou l’autre de vos conseillers devait s’inquiéter de ce que mes paiements risquent d’entrainer une hausse de l’euro, il convient de noter que ce risque est entièrement stérilisé par l’opération de change que vous aurez vous-même effectuée pour me virer des yuans.

Je crois, Madame, pouvoir rendre ainsi un grand service à notre Économie Nationale & à son Redressement Productif & cette perspective est pour moi un tel honneur qu’il serait superflu de me verser le moindre salaire. Outre le rétablissement de notre balance commerciale, ce sera pour nous l’occasion de promouvoir les marinières à rayures horizontales Made in France dans l’Empire du Milieu & de faire voir au monde entier les trésors d’ingéniosité dont est capable votre Gouvernement. Ainsi donc, dans l’attente d’une réponse de votre part qui ne peut être que positive, je demeure avec respect,

Madame,

Votre très humble et très obéissant serviteur,

Georges Kaplan

Commentaires

  1. alain briens07/02/2013 22:58

    Et les 67 milliard d'euros convertis en renmimbi que vous priez cette estimable ministresse de vous virer, doukisortent ?

    RépondreSupprimer
  2. Peu importe puisqu'ils reviendront en France. 67 milliards sortent, puis reviennent créer des emplois : où est le problème ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est juste qu'il faut préalablement SORTIR ces 67 Mlrds, donc l'opération est nulle.
      -67 + 67 =0
      Plus pragmatique :
      -67 existants et encore -67 a sortir pour provisionner = -134 auquel reviennent les 67 de produits achetés = au final -67 ...

      Plus sérieusement, l'IEE est une arme pour relocaliser et faire venir les investisseurs, c mieux que "Made in France" http://jesaispasquivoter.blogspot.fr/2013/05/liee-la-nouvelle-arme-contre-la-crise.html

      Du moins, c'est plus plausible il me semble.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le prix des sardines quand les pêcheurs ont des téléphones

Soit deux petits villages de pêcheurs de sardines du sud de l’Inde. Chaque nuit, les pêcheurs de chaque bourg partent jeter leurs filets en mer et, le matin venu, ils vendent leurs prises sur la plage à la population de leurs villages respectifs. Parce qu’ils sont relativement distants l’un de l’autre et ne disposent pas de moyens de communication rapide, nos villages vivent en autarcie. C’est-à-dire que leurs habitants n’achètent de sardines qu’aux pêcheurs de leur propre village qui, symétriquement, n’en vendent à personne d’autre qu’à leurs concitoyens.Dans l’état actuel des choses, donc, la ration quotidienne de protéines des habitants de nos villages dépend exclusivement de leurs pêcheurs respectifs. Si la pêche est fructueuse, il est probable que les sardines seront bradées au marché du matin et il n’est pas impossible que les pêcheurs se retrouvent même avec des invendus — c’est-à-dire des poissons bons à jeter. Si, au contraire, la pêche de la nuit a été mauvaise, vous pouvez …

Le paradoxe des oignons

Cette fois-ci, c’est l’inénarrable Paul Jorion qui s’y colle dans un article publié le 26 septembre 2013 sur challenges.fr : « il faut, nous assène l’histrion médiatique, supprimer la spéculation. »Nous-y revoilà. C’est une antique tradition. Déjà, sous l’Ancien Régime, on avait coutume de faire porter le chapeau des aléas climatiques et des politiques imbéciles aux accapareurs ; aujourd’hui, force est de constater que rien n’a changé et qu’on trouve toujours, à la barre du tribunal révolutionnaire, un accusateur public prêt à dénoncer les méfaits des spéculateurs. Si les prix montent, qu’on les pende ; si les prix baissent, qu’on promène leur tête au bout d’une pique ! Au royaume du mensonge, la dénonciation de l’ennemi du peuple tient toujours lieu de pensée.Plutôt que de rentrer dans un débat théorique, je vous propose une approche purement expérimentale, une vérification empirique qui, si elle ne satisfait sans doute pas les conditions requises sur une paillasse – c’est le lot com…