Accéder au contenu principal

Le syndrome Balthazar Picsou

Vous connaissez sans doute Balthazar Picsou, Scrooge McDuck [1] en version anglophone, l’oncle de Donald Duck qui se trouve par ailleurs être à la tête d’une fortune estimée par Forbes à environ 44,1 milliards de dollars en 2011. L’oncle Picsou est donc immensément riche mais ce n’est pas tout ; il a une autre particularité, une caractéristique qui tient à sa personnalité : Balthazar Picsou est incroyablement radin.

Jugez par vous-même : depuis le début de sa carrière en 1947, la quasi-totalité des dollars qu’il a gagnés sont allés rejoindre son coffre géant de Donaldville. Cela fait donc 66 ans qu’il amasse des dollars sans jamais dépenser un cent ; 66 longues années qu’il traine la même redingote et le même haut-de-forme élimé. Si je vous en parle aujourd’hui, c’est que la pingrerie de Picsou n’a rien d’anecdotique, ce n’est pas un simple trait de personnalité ; il est en réalité atteint d’une pathologie grave : ci-après, le syndrome Balthazar Picsou.

Description clinique

Pour bien comprendre, je vous invite à considérer un billet de banque – de 5, 10, 20 ou 50 euros ; le premier qui vous tombe sous la main – et à vous poser la question suivante : qu’avez-vous entre les mains si ce n’est un morceau de papier imprimé ? En d’autres termes : par quel miracle ce bout de papier a-t-il de la valeur à vos yeux alors que – par exemple – le journal d’avant-hier n’en a pratiquement aucune ? Eh bien c’est extrêmement simple : c’est uniquement parce que vous savez ; parce que vous avez la certitude que vous pourrez échanger ce billet contre des biens et des services qui rendent votre vie plus agréable.

Si cette idée vous chiffonne, essayez d’imaginer un monde dans lequel vous possédez que baignoire pleine à ras-bord de billets de 100 euros alors que tous les magasins auxquels vous pouvez raisonnablement accéder sont désespérément vides : il n’y a rien à acheter. Auriez-vous le sentiment d’être riche ? Vous ne pouvez acheter ni vêtements, ni nourriture : diriez-vous que votre situation matérielle est enviable ? Probablement pas.

Eh bien pour Balthazar Picsou, comme pour toutes celles et ceux qui sont atteint du syndrome du même nom, c’est exactement le contraire : ils se fichent éperdument des richesses réelles, du confort et du bien-être que leur argent leur permettrait d’acquérir ; ils accumulent de l’argent pour le seul plaisir d’en avoir beaucoup [2]. Autrement dit, pour celui qui est atteint du syndrome Balthazar Picsou, (i) un billet de banque a de la valeur indépendamment des biens et services qu’ils permet d’acheter et (ii) un billet de banque a toujours plus de valeur que les biens et services qu’il permet d’acquérir.

Une explication rationnelle du mercantilisme

Je vous vois sourire d’ici. Vous pensez sans doute que cette histoire de syndrome Balthazar Picsou n’a ni queue ni tête et que ce n’est que pure invention de ma part. Eh bien détrompez-vous : le mal est bien réel et il est infiniment plus répandu que vous ne le pensez. Par exemple, Jean-Baptiste Colbert, Marine le Pen, Arnaud Montebourg, toutes celles et ceux qui pensent que le déficit de notre balance commerciale est un problème et toutes celles et ceux qui plaident ou ont plaidé pour la mise en œuvre de politiques protectionnistes en sont atteints.

Je m’explique : imaginez que nous vivions dans un monde sans argent, un monde de troc où nous échangeons uniquement des produits contre d’autres produits. Dans un tel monde, un déficit de la balance commerciale n’aurait aucun sens n’est-ce pas ? À chaque importation de produit correspondrait une exportation de produit de valeur équivalente (sinon, la transaction n’aurait pas lieu) et la balance commerciale serait, par définition, toujours équilibrée. Et maintenant, imaginez qu’au lieu d’exporter des produits, nous exportons des billets : pourquoi diable cela nous appauvrirait-il ?

Vous aurez beau tourner autour du pot, la seule explication c’est que celles et ceux qui pensent qu’un déficit de la balance commerciale nous appauvrit sont intimement convaincus, sans même le réaliser, que 100 euros en billets de banque ont plus de valeur que 100 euros de marchandises. C’est une manifestation du syndrome Balthazar Picsou. Dans les cas extrêmes, le patient préfère mourir de faim ou de maladie plutôt que d’échanger ses précieux billets contre de la nourriture ou des médicaments.

Rêve de planche à billets

C'est-à-dire que pour les personnes atteintes de cette pathologie, le billet de banque que vous tenez entre vos mains n’est pas un moyen pratique d’échanger, de conserver ou d’évaluer de la richesse, il est la richesse ; à la limite, rien d’autre n’a de valeur. Ainsi, de la même manière que l’opération qui consiste à exporter des billets de banque pour importer de l’or donne lieu, à leurs yeux, à un appauvrissement, le simple fait d’imprimer des billets constitue une source intarissable d’enrichissement.

Naturellement, nous savons vous et moi que ce n’est pas en remplissant nos baignoires de billets que nous garnirons les étals des marchands ni, par voie de conséquence, nos garde-mangers. La théorie quantitative de la monnaie, dûment étayée par quelques siècle d’histoire, nous a clairement apprit qu’à trop multiplier les billets au regard des richesses réelles produites, on obtient qu’un seul effet : la dévaluation de la monnaie, c'est-à-dire de l’inflation. Nous savons, en somme et comme Jean-Jacques Rousseau le résumait si bien que « l’argent n’est pas la richesse, il n’en est que le signe ; ce n’est pas le signe qu’il faut multiplier, mais la chose représentée. [3] »

Mais pour celui qui souffre du syndrome Balthazar Picsou, la monnaie se confondant complètement avec la notion de richesse, il n’est pas de problème qu’il ne pense pouvoir résoudre en imprimant des billets : Les salaires ne sont pas assez élevés ? Imprimons des billets et distribuons-les ! Il y a du chômage ? Imprimons des billets et utilisons-les pour payer des salaires ! l’État est endetté ? Imprimons des billets et utilisons-les pour rembourser la dette publique ! Au bout du compte, lorsque tous cherchent à freiner ses ardeurs, le sujet s’imagine couramment victime d’un obscur complot et sombre dans la paranoïa.

Si, au regard des symptômes exposés ci-dessus, vous pensez être vous-même atteint du syndrome Balthazar Picsou, je ne saurais trop vous encourager à consulter un spécialiste de toute urgence.

---
[1] Si les écossais ont la réputation d’être radins, c’est probablement du à l’extraordinaire efficacité de leur système bancaire et financier entre 1716 et 1845 ; un système de monnaies privées en concurrence qui fonctionnait pratiquement sans aucune régulation.
[2] Balthazar aime aussi s’y baigner mais c’est un autre problème.
[3] Jean-Jacques Rousseau, Du contrat social (1762).

Commentaires

  1. D'où l'importance de donner du sens...je pense donc je suis. Mais il faut faire avec nos caractéristiques bien humaines...la peur, la haine, la colère, le besoin de reconnaissance, de puissance...notre égo! Par delà bien mal...Le sens! Beaucoup trop s'arrêtent en chemin...L'essentiel est entre les lignes!

    RépondreSupprimer
  2. L'homme doit comprendre que la facilité c'est sa perte...ne me parlez pas d'aptitude...si vous êtes arrivé jusque là... chacun de nous à cette force...La mère doit par son amour donner la confiance en son enfant, l'amour... pour trouver cette force...tant que l'enfant le ressent tout va bien...et surtout l'adulte ne devrait pas s'ennuyer...l'ennui c'est mortel. Voilà pour l'ordonnance :) Mais laissons rêver les enfants...

    RépondreSupprimer
  3. La mère j'ai commis une erreur...c'est réducteur...enfin l'idée est là...je crois!

    RépondreSupprimer
  4. Il y manque l'analyse de la symétrie temporelle, ou autrement dit la création monétaire symétrique entre générations, car les hommes meurent et d'autres naissent, et de 1929 à 2013 84 ans se sont passés, tous les hommes sont morts et entièrement régénérés, et il n'y a aucune raison de vivre sur une masse monétaire créée par les morts, tout comme toute l'économie de 2013 n'a que très peu de rapport avec celle de 1929.

    La monnaie pour être respectueuse donc des 3 libertés économiques en relation avec la régénération humaine au bout d'une espérance de vie se doit d'être basée sur un Dividende Universel dont la valeur dépend directement de l'espérance de vie de la zone économique considérée.

    http://www.creationmonetaire.info/2012/07/dividende-universel-et-symetrie.html

    RépondreSupprimer
  5. Alain Briens15/01/2013 12:07

    bonjour Georges,

    Merci de cet article convaincant. Maintenant que vous nous avez expliqué ce que le déficit de la balance des paiements n'était pas, ce serait non moins intéressant que vous écriviez une suite pour nous dire ce qu'il est.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Alain,
    Vous avez raison ; je manque à tous mes devoirs. Juste un petit teaser rien que pour vous : la balance commerciale n’est rien d’autre qu’une information comptable ; le déficit de cette dernière est un faux problème de pays riche ;)

    RépondreSupprimer
  7. Picsou n'est pas mercantiliste. Son coffre ne représente qu'une partie de sa richesse.

    1) Le vieux canard écossais possède de nombreuses entreprises et participations dans des compagnies cotées.

    2) Garder un peu d'or (et non des billets) chez soi est le meilleur moyen d'éviter de voir sa fortune confisquée par l’État ou autre nationalisation de banque.

    Le lien de Forbes le dit d'ailleurs, Picsou ne jure que par le Gold Standard.

    RépondreSupprimer
  8. c'est un peu bancal comme raisonnement car la balance commercial indique aussi l'etat du marche du travail des cotisation sociale et du niveau de dette en bref un raisonnement de bande dessinée

    RépondreSupprimer
  9. .Arnaud Montebourg ne fait à l'évidence pas parti de ceux là contrairement à Nicolas Sarkosy par exemple et beaucoup trop de personnes travaillant dans les banques. L'auteur de ce blog est soit inculte soit manipulateur.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le marché des actions US est-il si cher que ça ?

Avec un Price-to-Earnings Ratio (cours sur bénéfices nets) désormais nettement supérieur à 20, le marché des actions américaines apparaît désormais très cher et même, selon nombre de commentateurs, trop chers. Cela fait plusieurs mois que le mot en B (« bulle ») a été prononcé [1] et force est de reconnaître que, sur la seule base de ce ratio, c’est effectivement le cas. Néanmoins, un rapide retour sur la théorie de la valorisation donne un éclairage tout à fait différent.Si le PER est un ratio très couramment utilisé sur les marchés, les chercheurs qui s’intéressent à la valorisation des actions utilisent plus volontiers son inverse : le Earnings Yield. En notant $E$ le niveau actuel des bénéfices nets et $P$ le prix du marché, le Earnings Yield s’écrit simplement : $$\frac{E}{P} $$ C’est donc la même mesure mais exprimée sous forme de taux plutôt que de ratio. Si nous utilisons plus volontiers cette présentation c’est que, contrairement au PER, elle a une signification très précis…

Les prix « avant l’euro »

(J’ai l’intention de compléter cet article au fur et à mesure. Si vous avez des prix à proposer (avec des sources crédibles), n’hésitez pas à le me suggérer dans les commentaires.)L’euro a été introduit en deux temps. La première étape a eu lieu le 1er janvier 1999 à minuit, quand le taux de change irrévocable des différentes monnaies nationales par rapport à l’euro a été fixé définitivement — soit, pour ce qui nous concerne, 1 euro = 6.55957 francs. La seconde étape, l’introduction des pièces et billets en euro, s’est étalée sur un mois et demi : du 1er janvier 2002 au 17 février 2002 ; date à laquelle les espèces en franc ont été privées du cours légal [1] — c’est-à-dire qu’il était interdit de les utiliser ou de les accepter en règlement d’une transaction.SalairesÀ compter du 1er juillet 2000, le SMIC horaire brut était fixé à 42.02 francs soit, pour avec une durée légale du travail de 39 heures par semaine (169 heures par mois), 7 101.38 francs bruts par mois. Le 1er juillet 2001,…