Accéder au contenu principal

IRPP, ISF et recettes de l’État

« Oh, tu sais, me dit-il en tirant une bouffée de sa cigarette taxée à 80%, moi, de toute manière, je ne suis pas imposable. »

Beaucoup de nos concitoyens pensent qu’ils sont non-imposables et vous avez sans doute observé comme moi que le débat public se focalise quasi-exclusivement sur l’Impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPP) et l’Impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Une petite mise en perspective s’impose.

Sur la base des données de l’Insee pour l’exercice 2011, l’IRPP et l’ISF représentaient 5,41% des recettes totales de nos administrations publiques.

Règle #1 : rien n’est gratuit, il y a toujours quelqu’un qui paie ;
Règle #2 : si vous ne savez pas qui, c’est que c’est probablement vous.

Commentaires

  1. Merci pour ces rappels.
    Question : est-ce que vous donnerez quelques conseils pour "investir intelligent" en 2013 ? Merci d'avance.

    RépondreSupprimer
  2. Règle #1 : en tant qu’investisseur, votre objectif est de gagner de l’argent après impôts et net d’inflation.
    Règle #2 : il n’existe rien de tel qu’une martingale ; les investisseurs sont rémunérés pour les risques qu’ils prennent.
    Règle #3 : tenez-vous à l’écart du risque politique et ne faites jamais confiance à l’État.

    Perso, je privilégie les actions US.

    RépondreSupprimer
  3. Alain Briens16/01/2013 13:40

    C'est bien le défaut majeur des impôts indirects...le système US où les prix à la consommation sont affichés hors taxes et les taxes rajoutées au moment du paiement permet de remédier à ce problème.
    Dans le même ordre d'idée, des pratiques comme le tiers payant participent à la perte de conscience du coût de la sécurité sociale.
    Mais la pratique la plus nuisible est bien celle des charges dites "patronales". Le manque de culture économique aidant, la plupart des Français sont persuadés que ces charges sont vraiment payées par les patrons. Qu'attend-on pour instaurer le "salaire intégral" que les gens puissent mesurer la ponction réelle de la "solidarité nationale" sur le fruit de leur travail ?

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour ces conseils.
    Sur les actions US, avez vous des fonds de prédilection, étant bien entendu que les performances passées ne préjugent pas des performances futures? :-)

    RépondreSupprimer
  5. Ça, c’est la question qui tue. La réponse est oui : celui que je gère ;)

    RépondreSupprimer
  6. Je crois que cette conversation pourrait devenir carrément "non-compliant"...je n'attends pas plus de détail !

    RépondreSupprimer
  7. Oh, ce n’est pas tellement ça. C’est plutôt qu’il y a deux moi : celui qui écrit ici et celui qui gère un fonds d’actions US. Je n’ai pas encore fait mon coming out ;)

    RépondreSupprimer
  8. En quelques clics sur Google, j'ai fini par identifier le fonds d'actions US et l'identité de son gérant... Je vais regarder ça !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le prix des sardines quand les pêcheurs ont des téléphones

Soit deux petits villages de pêcheurs de sardines du sud de l’Inde. Chaque nuit, les pêcheurs de chaque bourg partent jeter leurs filets en mer et, le matin venu, ils vendent leurs prises sur la plage à la population de leurs villages respectifs. Parce qu’ils sont relativement distants l’un de l’autre et ne disposent pas de moyens de communication rapide, nos villages vivent en autarcie. C’est-à-dire que leurs habitants n’achètent de sardines qu’aux pêcheurs de leur propre village qui, symétriquement, n’en vendent à personne d’autre qu’à leurs concitoyens.Dans l’état actuel des choses, donc, la ration quotidienne de protéines des habitants de nos villages dépend exclusivement de leurs pêcheurs respectifs. Si la pêche est fructueuse, il est probable que les sardines seront bradées au marché du matin et il n’est pas impossible que les pêcheurs se retrouvent même avec des invendus — c’est-à-dire des poissons bons à jeter. Si, au contraire, la pêche de la nuit a été mauvaise, vous pouvez …

Le paradoxe des oignons

Cette fois-ci, c’est l’inénarrable Paul Jorion qui s’y colle dans un article publié le 26 septembre 2013 sur challenges.fr : « il faut, nous assène l’histrion médiatique, supprimer la spéculation. »Nous-y revoilà. C’est une antique tradition. Déjà, sous l’Ancien Régime, on avait coutume de faire porter le chapeau des aléas climatiques et des politiques imbéciles aux accapareurs ; aujourd’hui, force est de constater que rien n’a changé et qu’on trouve toujours, à la barre du tribunal révolutionnaire, un accusateur public prêt à dénoncer les méfaits des spéculateurs. Si les prix montent, qu’on les pende ; si les prix baissent, qu’on promène leur tête au bout d’une pique ! Au royaume du mensonge, la dénonciation de l’ennemi du peuple tient toujours lieu de pensée.Plutôt que de rentrer dans un débat théorique, je vous propose une approche purement expérimentale, une vérification empirique qui, si elle ne satisfait sans doute pas les conditions requises sur une paillasse – c’est le lot com…