Accéder au contenu principal

Choc fiscal : les dividendes

Officiellement, sur la base des informations du PLF 2013, la fiscalité des dividendes perçus par des particuliers se décompose comme suit :

  1. Les prélèvements sociaux (CSG, CRDS…) à hauteur de 15,5% du montant du dividende brut ;
  2. L’impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPP) calculé selon la barème progressif et assis sur 45,1% (40% d’abattement et 5,1% de CSG déductible) du montant du dividende brut.

Bien sûr, avant de verser un dividende, toute entreprise domiciliée en France paye un impôt sur les sociétés (IS) qui réduit d’autant le montant dudit dividende. Le taux normal de cet impôt est de 33% 1/3 auquel il faut rajouter une contribution sociale de 3,3% du montant de l’IS ; soit un taux effectif de 34,43%. Néanmoins, certaines sociétés échappent à cette contribution sociale [1] et peuvent bénéficier d’un taux réduit d’IS de 15% pour la fraction de leur bénéfice net avant impôt qui est inférieure à 38 120 euros [2].

Le calcul du taux de fiscalisation réel des dividendes impose donc de tenir compte de l’IS. Naturellement, ce dernier étant payé avant le versement d’un éventuel dividende, il est impossible de dire s’il a impacté plutôt le montant du dividende ou plutôt le montant réinvestit par les actionnaires. La seule méthode neutre consiste à considérer que la fraction d’IS à affecter aux dividendes est égale au taux de distribution après impôt. On considère donc qu’en l’absence d’impôt, les actionnaires auraient touché un dividende théorique égal au dividende réel augmenté de cette fraction d’IS. Exemple :

Une entreprise réalisé un bénéfice net avant impôt de 100k euros. Sur ce total, elle doit payer 34.43k euros d’IS et dispose donc de 65,57k euros de résultat net qu’elle peut choisir de distribuer ou de réinvestir. Si par hypothèse, elle décide de verser la moitié de cette somme (32,79k euros) à ses actionnaires, on considèrera qu’en l’absence d’IS, elle aurait également distribué la moitié de son bénéfice ; soit 50k euros. Dès lors, la part d’IS imputable aux dividendes est égale au produit du taux de distribution (ici 50%) et du montant total d’IS payé. Dans notre exemple 34.43k x 50% ; soit 17,22k euros. Du point de vue de l’actionnaire : sur un dividende théorique de 50k, il payé 17,22k d’IS (34,43%) et va maintenant devoir régler 15,5% de prélèvements sociaux et son IRPP.

Le taux de fiscalisation des dividendes le plus faible s’établit, selon mes calculs, à 28,2% du dividende théorique. Ce cas limite correspond à un dividende versé par une société éligible au taux réduit de l’IS (15%) qui a réalisé un bénéfice net avant impôt inférieur à 38 120 euros et versé ce dividende à un contribuable exempté d’IRPP [3]. Pour un dividende versé par une société soumise au taux normal de l’IS, le taux de fiscalisation minimum est d’environ 45%.

À l’opposé du spectre, le taux de fiscalisation des dividendes tends vers (sans jamais l’atteindre) 60,79% à mesure que les revenus fiscaux du contribuable augmente. Cette situation correspond aux dividendes d’entreprises soumises au taux normal de l’IS (34,43%) versés à des contribuables dont l’écrasante majorité des revenus sont taxés au taux marginal de l’IRPP (45%).

À titre d’exemple, un dividende de 1 000 euros payé par une société soumise au taux normal de l’IS (soit un dividende théorique avant IS de 1 525.1 euros) sera fiscalisé à plus de 50% pour les contribuables dont le revenu fiscal par part (hors ce dividende) est supérieur à 37 000 euros ; à plus de 55% au-delà d’un revenu fiscal de 110 000 euros et à plus de 60% pour les revenus fiscaux supérieurs à 878 000 euros.

---
[1] Chiffre d’affaires hors taxes inférieur à 7,63 millions d’euros.
[2] Capital entièrement libéré et détenu à 75 % au moins par des personnes physiques ou des sociétés présentant ces mêmes caractéristiques.
[3] Revenu fiscal par part inférieur à 5 936 euros, dividende inclus.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Pro Macron - lettre ouverte à mes amis libéraux

Pardon pour cette platitude mais le succès d’Emmanuel Macron c’est avant tout l’expression d’un désir de renouvellement de notre classe politique. Je ne crois pas, si vous me permettez cette hypothèse personnelle, que la plupart de ses électeurs aient voté pour son programme et je suis même convaincu que très peu l’ont lu. Emmanuel Macron est avant tout l’incarnation de ce que nombre de nos concitoyens attendent : une nouvelle tête — un candidat dont les débuts en politiques n’ont pas été photographiés en noir et blanc [1] — et, à tort ou à raison, une rupture avec le système politique hérité de la Libération.Et c’est précisément ça qui a, je crois, tué la candidature de François Fillon. Face à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, lors de la primaire, il pouvait aisément passer pour le candidat du renouvellement de la droite et ce, d’autant plus qu’il tenait à l’époque un discours très libéral au regard de ce à quoi nous sommes habitués de la part des Républicains [2]. Seulement voilà : no…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…