Accéder au contenu principal

Chers tous

Chers tous,

Nous n’avons aucune revendication à formuler. Rien. Nous n’attendons rien de vous. Faites ce que vous voulez.

Mais soyez prévenus : nous ne produirons plus rien ; pas en France du moins. Nous ne créerons plus d’entreprises, nous n’écrirons plus de musique et nous ne publierons plus de livres. Vous n’aurez rien à taxer ; pas un centime. Vous devrez trouver un autre moyen. Sans nous.

Nous allons cesser de vous exploiter, de vous vendre des produits dont, à ce qu’il parait, vous ne voulez pas. Si vous voulez un travail et de quoi remplir votre garde-manger, demandez à l’État. Si vous voulez un toit sous lequel dormir, demandez à l’État. Si vous voulez des vêtements pour vous protéger du froid, demandez à l’État. Après tous, n’est-ce-pas ce que vous vouliez ?

Nous allons cesser de gagner de l’argent. Nous vous laissons vos euros. Prenez-les tous jusqu’au dernier et assurez-vous de n’en oublier aucun. Quand vous aurez faim, nos restaurants seront fermés ; vous pourrez manger vos euros. Quand votre toit s’effondrera ; vous pourrez vous abriter sous vos euros. Quand vos enfants seront malades ; donnez-leur donc quelques euros.

Vous allez enfin vivre dans le monde dont vous avez rêvé. Un monde sans nous ; sans exploiteurs, sans marketing, sans marchés, sans capitalisme, sans liberté. Vous allez enfin pouvoir expérimenter vous-même les conséquences logiques de votre morale. Vous allez enfin pouvoir décroître et vous sacrifier – vous et vos enfants – à un idéal plus noble que la poursuite de votre bien-être matériel.

Mais ce sera sans nous. Nous ne serons plus là pour régler vos factures. Nous allons nous contenter de regarder votre monde s’effondrer. Nous ne ferons rien. Ne vous inquiétez pas pour nous. Nous n’avons pas besoin de vous.

Commentaires

  1. Si seulement c'était vrai... :)

    Au pire, ne vous inquiétez pas, on se démerdera sans vous.

    Bisous

    RépondreSupprimer
  2. Cher anonyme, lisez "La Grêve" D'ayn Rand, et revenez poster votre commentaire

    RépondreSupprimer
  3. Je crois qu'anomyme rêve de vivre dans une société de type soviétique.

    RépondreSupprimer
  4. Je crois qu'Anonyme SAIT qu'on vit dans une société de plus en plus soviétique :)

    RépondreSupprimer
  5. Je crois qu’Anonyme s’en fout. Il est du bon coté : le parti de ceux qui ont une Ethique. Le parti de ceux qui méprisent les biens matériels.
    Le parti de ceux qui pensent aux autres. Le parti de ceux qui pensent que l’Etat doit assurer une égalité de fait plutôt qu’une égalité en dignité et en droit. Le parti de ceux qui pensent que l’Etat doit imposer cette égalité, quitte à couper des têtes. Le parti de ceux qui sont du bon coté du fusil. De ceux qui le tiennent et ne se rendent plus compte de leur barbarie.

    Pythéas

    RépondreSupprimer
  6. Je pense qu'anonyme a raison. Barrez vous, les coopérative sans patrons ça existe. Tchao.

    RépondreSupprimer
  7. « Vous allez enfin pouvoir décroître et vous sacrifier – vous et vos enfants – à un idéal plus noble que la poursuite de votre bien-être matériel. »

    Le problème, c'est que le but du socialisme est aussi le bien-être matériel de tous, objectif qu'il a en commun avec le capitalisme (quoique celui-ci arrive bien plus efficacement à cette fin).

    Les détenteurs d'un idéal plus noble que le bien-être matériel sont les religieux par exemple, qui ne taxent pas les biens d'autrui puisqu'ils se moquent de ces biens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "sont les religieux par exemple"

      Vraiment ?
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Dîme

      Supprimer
    2. cela ressemble au monde que critique le Pape à chacune de ses homélies du nouvel an, il s'en prend à la société matérialiste, au pouvoir de l'argent, un véritable anarchiste ce Pape. Pourtant vous le suivez lui sans broncher.

      Supprimer
  8. C'est le retour de John Galt ? Qui est-ce ?

    RépondreSupprimer
  9. Merci pour votre superbe article. Je vais l'encadrer dans mon bureau.
    J'avais déja beaucoup aimé votre dernier article dans Causeur (pourquoi je ne vous embaucherai pas) mais là c'est encore plus extra. Merci.

    RépondreSupprimer
  10. Qu'Anonyme se souvienne que l'Etat redistribuait 56% de la richesse nationale sous Sarko... On est loin de l'accaparement des richesses par la bourgeoisie, sauf si on parle d'un Etat Bourgeois... La Cour est immense, avec ses 4M de fonctionnaires, ses 250.000 associations subventionnées, sa presse subventionnée, etc... Que de privilèges distribués au nom de l'égalité. Ces privilèges au petit nombre, payés par le plus grand nombre.

    Mais les privilèges ne sont ils pas l'opposé de l'égalité ?

    Anonyme, ils t'ont pris pour un c... et tu ne t'en es pas encore rendu compte...
    L'ennemi n'est pas celui que tu crois : l'entreprise distribue des richesses de façon bien plus égalitaire, mais certes en fonction du mérite de chacun. Souviens toi de la part de ton salaire qui sert à alimenter les privilèges, et tu comprendras que ton patron n'est pas le salaud que tu croyais... L'Etat en revanche est un vampire, il bouffe les requins et autres loups. Il est au sommet de la chaîne alimentaire.

    RépondreSupprimer
  11. Cette salope de Pythéas oublie que dans son monde y a plus personne pour produire fusils et munitions et qu’a la fin il lui restera juste les pierres à lancer et les feuilles des arbres pour bouffer et se torcher.

    RépondreSupprimer
  12. les coopératives sans patron, ça existe, mais jamais très longtemps: entre ceux qui s'en foutent et ne participent pas aux réunions (dont il y a pléthore), ceux qui s'en préoccupent et oublient assez vite leurs idéaux pour enculer les autres, et les querelles de factions... les scop ça existe en effet, et dès que ça dépasse un effectif de 4 ou 5, genre pour gérer une boutique, où chacun surveille les autres en plus, ça devient le merdier et ça coule. Ca a été testé en vraie grandeur, à l'échelle d'un pays entier, les "coopératives sans patron", en Yougoslavie, et non seulement elles n'ont pas empêché l'apparition d'une nomenklatura bien maffieuse dont Milosevic fut le dernier rejeton, mais elles ont toutes foiré lamentablement et le pays a connu la misère des décennies entières. Mais vous les gauchos vous n'avez aucune mémoire, vos idéaux sont bâtis sur le refus du réel et la recherche de boucs-émissaires, qui fait l'Ange fait la Bête dirait Nietzche, et ce que vous voulez, c'est les ronds sans avoir à travailler trop dur ni exercer de responsabilités, et ça, ça ne s'obtient que par le pillage. Et quand il n'y a plus rien à piller, hein, vous vous bouffez entre vous, bande de gros cons jaloux et minables. Ce n'est pas la peine de sortir des raisonnements et de vous prendre pour des intellectuels et des défenseurs du peuple, voilà votre nature, à vous les gauchistes.

    Yul

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Comment j’ai déprogrammé l’obsolescence

C’est arrivé ce matin. Notre lave-vaisselle familial, que nous avions programmé pour tourner la nuit dernière, n’avait pas fonctionné. Mon épouse, étonnée par cette inhabituelle défaillance, a essayé de le relancer : rien à faire, le bestiau ne fonctionnait plus. Dépités, nous convînmes donc, ma dulcinée et moi-même, qu’il était temps de lui trouver un remplaçant. Cette fois ci, nous disions nous pas plus tard que ce matin, nous n’achèterons pas la première camelote venue à 300 euros : rendez-vous fût pris en début de soirée pour faire l’acquisition d’une bête de course qui, nous l’espérions, durerait vingt ans, comme celle de belle-maman.Dans les entrailles de la bêteMais la journée avançant, cette histoire ne sortait pas de ma tête. Le lave-vaisselle en question, nous l’avions tout de même acheté il y a à peine plus de trois ans : ce n’est pas Dieu possible que ce machin, même s’il ne nous avait objectivement pas coûté grand-chose, nous lâche aussi vite. Si ça se trouve, me disais-j…

Les prix « avant l’euro »

(J’ai l’intention de compléter cet article au fur et à mesure. Si vous avez des prix à proposer (avec des sources crédibles), n’hésitez pas à le me suggérer dans les commentaires.)L’euro a été introduit en deux temps. La première étape a eu lieu le 1er janvier 1999 à minuit, quand le taux de change irrévocable des différentes monnaies nationales par rapport à l’euro a été fixé définitivement — soit, pour ce qui nous concerne, 1 euro = 6.55957 francs. La seconde étape, l’introduction des pièces et billets en euro, s’est étalée sur un mois et demi : du 1er janvier 2002 au 17 février 2002 ; date à laquelle les espèces en franc ont été privées du cours légal [1] — c’est-à-dire qu’il était interdit de les utiliser ou de les accepter en règlement d’une transaction.SalairesÀ compter du 1er juillet 2000, le SMIC horaire brut était fixé à 42.02 francs soit, pour avec une durée légale du travail de 39 heures par semaine (169 heures par mois), 7 101.38 francs bruts par mois. Le 1er juillet 2001,…