Accéder au contenu principal

Faites confiance aux politiciens

Pour mémoire, une des propositions phares du candidat Nicolas Sarkozy en 2007.

(cliquez pour profiter d'une meilleure définition)

Commentaires

  1. Faites confiance aux économistes : pour mémoire les belles déclarations et promesses de 2007, puis la douche froide de 2008 !

    RépondreSupprimer
  2. "Faites confiance aux économistes" :

    Ça dépend lesquels. Il n'en manque pas pour avoir prononcé des mises en garde sous les quolibets des bien-pensants, de ceux qui nous expliquaient (et expliquent encore) qu'un état ne peut pas faire faillite.

    RépondreSupprimer
  3. Citations d'un économiste assez connu ici :

    http://robvstate.com/2010/01/04/bernanke-quotes/

    RépondreSupprimer
  4. 1/2


    Certains économistes ont vu les problèmes avec acuité. Voir ainsi :

    Un article de 1999 par Steven Holmes sur la pression dangereuse du gouvernement Clinton sur Fannie Mae
    http://www.nytimes.com/1999/09/30/business/fannie-mae-eases-credit-to-aid-mortgage-lending.html?sec=&spon=&pagewanted=1

    Un article de 2002 par Robert Blumen sur les dangers de "massive systemic risk" dus à Fannie Mae
    Fannie Mae Distorts Markets
    http://mises.org/story/986

    Un article de 2003 rapportant les mises en garde de Gregory Mankiw
    http://www.marketwatch.com/story/bush-adviser-warns-of-fannie-mae-freddie-mac-risks

    Répétition de la mise en garde de Mankiw en 2004
    http://www.economics.harvard.edu/faculty/mankiw/files/fanfred_ft.pdf

    Un article de 2004 par Antony Mueller sur la politique insensée de la Fed encouragée par le pouvoir politique
    Mr Bailout
    http://mises.org/story/1627

    Un article de 2004 par Christopher Mayer sur l'encouragement systémique à l'irresponsabilité des banques
    The Widening Safety Net
    http://mises.org/story/1474

    Un autre article de 2004 par Frank Shostak également sur les raisons des comportements irresponsables
    Who Made the Fannie and Freddie Threat?
    http://mises.org/story/1463

    RépondreSupprimer
  5. 2/2


    Un article de 2007 par Christopher Westley sur les prêts hypothécaires (subprimes)
    The Mortgage Market Mess
    http://mises.org/story/2555

    Un article de 2007 par Robert Blumen sur l'ineptie qu'il y a à vivre dans un monde de conte de fées où on pourrait magiquement suppléer à l'épargne par la consommation basée sur l'inflation via une dette gagée sur rien
    The Financial Apocalyptics Are Back
    http://mises.org/story/2637

    Peter Schiff was right in 2006, 2007 (sur la richesse artificielle ; un économiste perspicace prend le contrepied des affirmations irresponsables de gens qui parfois lui rient au nez, dont Arthur Laffer : Schiff prétend qu'il faut produire et épargner)
    http://www.youtube.com/watch?v=A92VUmEw-gU

    -------------

    La majorité des économistes ont été peu perspicaces, étant prisonniers d'idées qui leur faisaient croire à une illusion de l'abondance perpétuelle. Quelques exemples :


    La réponse à la question n° 1 du NABE Economic Policy Survey (échantillon d'économistes américains) d'août 2006
    (National Association for Business Economics, Washington)
    http://nabe.com/publib/pol/06/08/pol0608data.pdf

    DSK, directeur du FMI : la crise des subprimes ne menace pas la croissance, juin 2008
    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique_eco/20071001.OBS7482/dsk__la_crise_des_subprimene_menace_pas_la_croissance.html

    L'aveu un peu tardif (mai 2009) d'une politique monétaire laxiste
    http://online.wsj.com/article/SB124208327133908471.html

    RépondreSupprimer
  6. Curmudgeon,
    M'enverriez-vous un petit mail ?

    RépondreSupprimer
  7. A propos des machines à mouvement perpétuel, et pour rire un peu : cette vidéo qui a un petit succès aux Etats-Unis. Un interviewer pince-sans-rire très très irritant, Jan Helfeld, fait l'andouille. Il n'arrête pas de poser une question à un membre de la Chambre des Représentants, Pete Stark (Californie), très imbu de sa personne, et arrive à coincer ce dernier.

    Helfeld veut faire confirmer par Stark que sa doctrine est bel et bien : "plus on est endetté, plus on est riche" [quand il s'agit d'un Etat, bien sûr , car là, des processus magiques opèrent]. Stark finit par péter les plombs. Ça finit par : "Foutez-moi le camp vite fait ou je vous passe par la fenêtre".

    On compatit : si maintenant on ose exiger des réponses claires, sensées et cohérentes des politiciens, où va-t-on ?

    http://www.youtube.com/watch?v=UjbPZAMked0

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Culture et détente

Cher Monsieur Dubouchon [1],Ainsi donc, vous appelez Lacordaire à la rescousse en me rappelant qu’« entre le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur, c'est la liberté qui opprime, et la loi qui affranchit. »Au risque de vous surprendre et de vous déplaire encore un peu plus : vous n’êtes pas le premier. Cette citation du Révérend-Père, voilà des années que tout ce que la toile compte d’antilibéraux primaires nous la sert, dans sa forme longue, dans sa forme abrégée ou dans une forme plus ou moins modifiée selon les circonstances. À titre personnel, elle m’a été jetée au visage par des communistes hilares, par des socialistes révolutionnaires, par des sociaux-démocrates inquiets, par des conservateurs en un seul mot, par des souverainistes indignés, par des nationaux-socialistes hésitants et même par un catholique décroissant.Je ne sais pas vraiment où vous classer dans cet inventaire – nous nous connaissons si peu – mais vous m’avez suffisam…

Comment j’ai déprogrammé l’obsolescence

C’est arrivé ce matin. Notre lave-vaisselle familial, que nous avions programmé pour tourner la nuit dernière, n’avait pas fonctionné. Mon épouse, étonnée par cette inhabituelle défaillance, a essayé de le relancer : rien à faire, le bestiau ne fonctionnait plus. Dépités, nous convînmes donc, ma dulcinée et moi-même, qu’il était temps de lui trouver un remplaçant. Cette fois ci, nous disions nous pas plus tard que ce matin, nous n’achèterons pas la première camelote venue à 300 euros : rendez-vous fût pris en début de soirée pour faire l’acquisition d’une bête de course qui, nous l’espérions, durerait vingt ans, comme celle de belle-maman.Dans les entrailles de la bêteMais la journée avançant, cette histoire ne sortait pas de ma tête. Le lave-vaisselle en question, nous l’avions tout de même acheté il y a à peine plus de trois ans : ce n’est pas Dieu possible que ce machin, même s’il ne nous avait objectivement pas coûté grand-chose, nous lâche aussi vite. Si ça se trouve, me disais-j…