Accéder au contenu principal

Et si Piers Corbyn avait raison ?

Il y a quelques mois, je suis tombé sur un article de Boris Johnson (le maire de Londres) dans lequel il attribuait la bonne gestion des services publics londoniens lors de l’« épisode neigeux » – doux euphémisme – de décembre dernier à un certain Piers Corbyn, météorologue, astrophysicien et fondateur de Weather Action, une petite PME spécialisée dans les prévisions météo à long terme.

En effet, fin novembre 2010, Weather Action avait publié un bulletin dans lequel ils prévoyaient, en totale contradiction avec les prédictions du Met Office (l’équivalent british de Météo France), un mois de décembre « extrêmement froid et exceptionnellement neigeux » et ajoutaient même que le mois de décembre 2010 serait probablement le plus froid des 100 dernières années. La petite boutique de Corbyn ayant la fâcheuse habitude de ridiculiser le Met Office, l’équipe de Johnson avait décidé de prendre en compte cet avertissement en préparant leurs troupes pour des fêtes de Noël particulièrement froides et neigeuses. Bien leur en a prit : Corbyn avait raison. Une fois de plus.

Bien sûr Corbyn a un truc. Et le truc, en l’espèce, c’est un modèle de prévision – le Solar-Lunar-Action-Technique (SLAT) – qui, comme son nom le laisse deviner cherche à établir des prévisions météo en se basant sur l’activité solaire. Je suis bien évidemment parfaitement incapable de vous expliquer comment fonctionne le machin en question mais vous reconnaîtrez que lier le temps qu’il fait sur terre à l’activité solaire, sur le principe, ça ne semble pas complètement délirant. Mais là où ça devient encore plus intéressant c’est que Piers Corbyn fait aussi des prévisions à long terme et que pour lui, la théorie du réchauffement climatique anthropique ne serait rien d’autre qu’une « fraude avec du rouge à lèvre ». Mieux encore, selon lui notre petit problème climatique à venir ne serait pas un réchauffement d’origine humaine mais plutôt… un petit âge glaciaire d’origine solaire.

Comprenons nous bien : je me déclare totalement incompétent en matière de climatologie. J’ai quelques arguments à faire valoir en matière d’économie mais sur l’évolution future du temps qu’il fera sur le troisième caillou en partant du soleil, je suis bien incapable de porter le moindre jugement qui ait une quelconque valeur. En revanche, il y a deux choses que je sais à ce propos : primo, la climatologie n’est pas une science dans la mesure où ses prédictions ne sont pas réfutables [1] et deuxio, les recommandations du GIEC, si elles étaient appliquées, nous mèneraient tout droit à un véritable enfer économique.

Je ne sais pas si Piers Corbyn a raison mais il me semble qu’étant données les deux remarques précédentes, le moins que nous puissions attendre de nos gouvernements c’est de créer les conditions d’un véritable débat contradictoire et non biaisé au sein de la communauté scientifique.

---
[1] Et oui, cette remarque est aussi valable pour la macroéconomie.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le prix des sardines quand les pêcheurs ont des téléphones

Soit deux petits villages de pêcheurs de sardines du sud de l’Inde. Chaque nuit, les pêcheurs de chaque bourg partent jeter leurs filets en mer et, le matin venu, ils vendent leurs prises sur la plage à la population de leurs villages respectifs. Parce qu’ils sont relativement distants l’un de l’autre et ne disposent pas de moyens de communication rapide, nos villages vivent en autarcie. C’est-à-dire que leurs habitants n’achètent de sardines qu’aux pêcheurs de leur propre village qui, symétriquement, n’en vendent à personne d’autre qu’à leurs concitoyens.Dans l’état actuel des choses, donc, la ration quotidienne de protéines des habitants de nos villages dépend exclusivement de leurs pêcheurs respectifs. Si la pêche est fructueuse, il est probable que les sardines seront bradées au marché du matin et il n’est pas impossible que les pêcheurs se retrouvent même avec des invendus — c’est-à-dire des poissons bons à jeter. Si, au contraire, la pêche de la nuit a été mauvaise, vous pouvez …

Le paradoxe des oignons

Cette fois-ci, c’est l’inénarrable Paul Jorion qui s’y colle dans un article publié le 26 septembre 2013 sur challenges.fr : « il faut, nous assène l’histrion médiatique, supprimer la spéculation. »Nous-y revoilà. C’est une antique tradition. Déjà, sous l’Ancien Régime, on avait coutume de faire porter le chapeau des aléas climatiques et des politiques imbéciles aux accapareurs ; aujourd’hui, force est de constater que rien n’a changé et qu’on trouve toujours, à la barre du tribunal révolutionnaire, un accusateur public prêt à dénoncer les méfaits des spéculateurs. Si les prix montent, qu’on les pende ; si les prix baissent, qu’on promène leur tête au bout d’une pique ! Au royaume du mensonge, la dénonciation de l’ennemi du peuple tient toujours lieu de pensée.Plutôt que de rentrer dans un débat théorique, je vous propose une approche purement expérimentale, une vérification empirique qui, si elle ne satisfait sans doute pas les conditions requises sur une paillasse – c’est le lot com…