Accéder au contenu principal

Chronique de l’horreur écologique

Luc Rosenzweig nous propose sur Causeur.fr un article qui, outre le fait qu’il est merveilleusement bien écrit, pose (ou plutôt re-pose) le principe même de la démarche scientifique : le doute et le débat contradictoire. Le réchauffement climatique d’origine anthropique est une théorie - et en aucune manière une certitude absolue ou une vérité révélée – et il est sain, normal et même important que cette théorie soit scientifiquement contestée. Les ayatollahs « réchauffistes » qui prétendent faire taire ou discréditer leurs adversaires se comportent, en effet, comme les propagandistes d’une idéologie totalitaire. S’ils devaient avoir raison, les conséquences des solutions qu’ils proposent sur le genre humain seraient – et je pèse mes mots – apocalyptiques ; Et s’ils se trompaient ?

Commentaires

  1. Cette conférence d'un professeur du MIT est un excellent éclairage sur le sujet :
    http://www.youtube.com/watch?v=ZAkM_dV6CFs

    RépondreSupprimer
  2. Salut A2LBD et merci pour le lien ;)

    RépondreSupprimer
  3. Par l'usage même du terme "ayatollah" pour nier les thèses que vous contestez vous me paraissez tomber dans une basse controverse idéologique. Dommage.

    Par ailleurs, les thèses scientifiques à la différence des opinions ne se discutent pas ailleurs que dans les publications scientifiques. Bien sûr, elles peuvent être contestées par d'autres scientifiques par des publications scientifiques et non des ouvrages destinés au grand public qui rapportent un beau pécule à leurs auteurs, fût-ce en trafiquant des courbes.

    Pour l'heure, la majorité des publications scientifiques convergent vers un probable réchauffement. Reste à la minorité de convaincre.

    Enfin, les rapports du GIEC font plusieurs milliers de pages. Les avez-vous lus ? ou vous êtes-vous contenté de lire les compte-rendus de la presse qui ne font que quelques dizaines de mots ? (soit une information diluée d'un facteur 2000 au moins).

    RépondreSupprimer
  4. Pour « ayatollah », vous avez raison ; disons que j’use sur eux de leurs propres armes – ce n’est pas très élégant, j’en conviens.
    Je n’ai ni les compétences nécessaires, ni le temps de lire les rapports du GIEC. J’observe qu’un nombre grandissant de gens compétents mettent en cause ses conclusions et lui reproche ses méthodes et – d’un point de vue purement épistémologique – je pense que la structure même du GIEC est inadaptée.
    C’est un très vaste débat ; je ne demande rien d’autre qu’il ait effectivement lieu plutôt que de voir une armée de scientifiques plus ou moins proches du GIEC vouloir faire taire Courtillot ou Allègre...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le salaire minimum à 15 dollars de Seattle

En général, la (fonction de densité de la) distribution des salaires ressemble à quelque chose comme ça : C’est-à-dire que relativement peu de gens touchent des salaires très bas (à gauche de la distribution), la plupart perçoivent un salaire proche du salaire médian (au milieu) et, plus on monte dans l’échelle des rémunérations (vers la droite), plus ça devient rare. Sur un graphique de ce type, le P.-D.G. d'une société du CAC 40 ou un joueur international de football se promènent à quelques dizaines de centimètres à droite de votre écran mais ces cas sont si exceptionnels que le trait bleu est invisible à l’œil nu.Le point MinW indique le niveau du salaire minimum légal. À gauche de ce point, en rouge, vous trouvez toutes les personnes dont le travail vaut moins que le salaire minimum. Typiquement, ce sont des gens peu qualifiés, peu expérimentés et même souvent les deux. C’est-à-dire qu’étant donné le niveau du salaire minimum, ces gens-là sont tout simplement inemployables. C&#…

L'océan de cash

Du 4 juillet 2007 au 5 juillet 2017, le total du bilan de la Federal Reserve [1] est passé de 860 à 4 4 trillions de dollars — c’est à dire qu’il a quintuplé. À l’actif de la banque centrale étasunienne, cette croissance phénoménale se traduit par l’explosion de son portefeuille d’obligations émises par le Department of the Treasury — lequel atteint aujourd’hui 2,5 trillions — auquel se rajoutent les titrisations de créances hypothécaires (Mortage-Backed Securities) rachetées à Fannie Mae et Freddie Mac pour environ 1,8 trillions.Il s’agit, bien sûr, des conséquences d’une politique monétaire historiquement accommodante qui a conduit la Fed à intervenir massivement sur le marché obligataire. Très schématiquement : la Fed a créé des dollars ex-nihilo, ce qui ne lui coûte presque rien, et c’est servi de la monnaie ainsi créée pour racheter massivement les obligations qui se trouvent aujourd’hui sur son bilan. L’objectif, naturellement, étant de faire baisser les taux et ainsi — du moins…