Accéder au contenu principal

À propos

Vous trouvez difficile de vous définir en quelques mots ?

Moi aussi.

Je vais donc faire ça façon fiche anthropométrique :

Je suis un homo sapiens à la peau plus ou moins blanche en fonction de la saison, je suis blond, mes yeux sont bleus, je mesure un mètre quatre-vingt et, par pure coquetterie, je prétends habituellement peser quatre-vingt kilos. Je suis marié depuis le début de ce siècle à la mère de mes trois enfants. Professionnellement, je gère un fonds d'investissement en actions américaines et donne des cours de finance et de gestion de portefeuille. Enfin, et pour en finir, je suis libéral — héritier de l’école classique française et de l’école autrichienne d’économie. Vous voilà prévenus.

Vous pouvez me contacter assez facilement Twitter ou utiliser le formulaire prévu à cet effet tout en bas et à droite de cette page.

Avertissements

Ordre Spontané est un blog strictement personnel. Les opinions et analyses qui y sont proposées n’engagent que la responsabilité de leur auteur et ne sont en aucune manière des recommandations d’achat ou de vente d’instruments financiers. En se connectant à ce blog, le lecteur reconnait avoir été averti de la teneur résolument libérale des propos qui y sont tenus et renonce à toute poursuite concernant les éventuels dommages, psychologiques ou physiques, permanents ou temporaires, qui pourraient en résulter. Il est rigoureusement interdit de diffuser tout ou partie du contenu de ce blog sans un accord explicite et écrit de son auteur. Si toutefois vous deviez passer outre cette interdiction, vous en assumeriez entièrement les conséquences et auriez l’obligeance d’indiquer l’adresse de ce blog ainsi que le nom de son auteur. Aucun animal n’a été maltraité sur ce blog. Les photes d’aurtografe sont le résultat d’un système éducatif déficient. Il est possible que, par inadvertance, certaines images publiées sur Ordre Spontané ne soient pas libres de droit ; les ayants droits ou leurs représentants sont invités à me contacter. L’auteur ne saurait garantir la complétude, la fiabilité ou la pertinence des informations ou données contenues sur Ordre Spontané ni que leur transmission ou transcription sur le blog soit exempte de toutes erreurs ou omissions ; ces données et informations ne sont en aucune manière garanties ; elles peuvent changer à tout moment sans avertissements préalables autres que ceux prévus par les textes en vigueur. Les opinions exprimées sur ce blog peuvent ne pas être autorisées dans votre pays ; il appartient au lecteur de se renseigner auprès des autorités de tutelle compétentes afin de déterminer s’il est autorisé à en lire le contenu. L’auteur ne répond qu’aux commentaires qu’il juge intéressants quand son emploi du temps le lui permet ; une absence de réponse ne signifie pas nécessairement que votre commentaire n’était pas digne d’intérêt. L’auteur est doté d’un revêtement en Téflon qui le rend absolument insensible aux insultes, attaques ad hominen et autres procédés propres aux trolls : ne perdez pas votre temps. Pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière, ne mangez pas trop gras, trop sucré, trop salé et évitez les abus d’alcool. La présence de liens hypertextes vers d’autres sites ne saurait engager la responsabilité de l’auteur quant à l’exactitude ou tout autre aspect relatif aux informations contenues sur ces sites. Vos paupières sont lourdes, très lourdes. Le visiteur peut imprimer ou recopier des informations pour un usage strictement personnel ; tout autre usage est soumis à autorisation formelle préalable. Prière de ne pas jeter sur la voie publique et de ne pas tirer sur le pianiste. Conformément à la Loi du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, les informations communiquées par le visiteur ne sont pas diffusées à des tiers. Pour ce que l’auteur en sait, ce blog est susceptible de coller des cookies sur votre ordinateur. C’est très méchant les cookies : soyez prudent.

Commentaires

  1. Bonjour,
    Si vous l'avez déjà fait indirectement dans plusieurs de vos articles, je serais intéressé d'en lire un sur le thème de la finance, mais à vocation très pédagogique : sa naissance, son utilité, son fonctionnement, sa critique... bref, les bases qui permettraient d'en parler sérieusement. C'est une matière qui m'est assez lointaine et dont j'ai du mal à "m'imprégner". En dépit ma lecture assidue de votre blog (difficile parfois quand les articles sont très techniques malgré vos efforts), j'ai une tendance persistante à voir "la finance" comme quelque chose de relativement obscur pour ne pas dire virtuel.
    Je comprends le financement d'une entreprise par la vente d'actions, ma question irait plutôt vers le "jeu en bourse".
    Plus précisément, ma question serait d'éclairer ceci : les traders jouent avec la bourse pour faire fructifier les capitaux de leurs clients. Vu de loin, cela m'évoque le déséquilibre et des effets non désirés voire néfastes sur l'offre et la demande dans l'économie dite réelle.
    Voilà, comme il n'y a pas de questions bêtes, dit-on.

    Je vous remercie par avance sur les éclairages que vous pourrez nous apporter.

    David

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir..... je viens de lire un ancien article de vous toujours d’actualité "Ubu au royaume des médecins". Professionnel de santé je viens justement de décider d'arrêter mon activité suite à des conditions d'exercice qui deviennent intenables (par la multiplication des usines à gaz en tout genre,la mort progressive de l'exercice libéral alors que le système mutualiste et sa gestion dispendieuse se répand peu à peu).Je tenais à vous féliciter pour la qualité et la justesse de votre analyse.Mais il semble que même dans le milieu médical le réchauffement progressif de la bassine aie cuit les grenouilles sans qu'elles ne le réalisent...Conseil de l'ordre,syndicats,tout le monde s'agite dans les mauvaises directions...Bref,simplement pour vous dire que c'est un plaisir de vous lire,et de retrouver un peu de "bon sens près de chez soi" (d'ailleurs en passant cette banque aussi a perdu depuis longtemps le bon sens:un tel slogan pour une établissement qui a fait de telles erreurs si loin de chez elle ça en est presque drôle!).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Merci !
      À l’occasion et si vous le souhaitez, votre témoignage m’intéresse.

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Monsieur Kaplan,
    je vous félicite pour votre blog, je suis un lecteur assidu depuis quelques années. Le contenu de vos articles est toujours brillants, j'ai beaucoup appris grâce à vous.
    à ce propos je ne trouve plus la fonction recherche sur votre blog, et j'en suis très triste, ça me rend l'accès à vos prouesses passées plus difficile

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !
      Bien noté pour la fonction recherche.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…

Non, Salvador Allende n’était pas « sur le point de réussir »

Au centre, Allende et Brezhnev, le 11/12/1972 à Moscou.Parmi les nombreuses tartes à la crème qu’on voit circuler sur les Internets, il y a l’idée prégnante et manifestement reçue par beaucoup selon laquelle Salvador Allende était « sur le point de réussir » quand la CIA l’a remplacé par la junte d’Augusto Pinochet. Non. À moins que par « réussir » vous entendiez « réussir à instaurer une dictature » à la mode cubaine ou soviétique, rien n’est plus faux. Un rapide retour sur ces trois années s'impose.Lorsque Salvador Allende, candidat d’une coalition qui regroupait presque tous les partis de gauche du Chili, arrive premier à l’élection présidentielle du 4 septembre 1970 avec 36.2% des voix, il n’est pas pour autant élu. En effet, la constitution chilienne de l’époque voulait que si aucun candidat n’emportait la majorité des suffrages, les deux premiers seraient départagés par un vote du Congrès. Allende devait donc convaincre les parlementaires chiliens de lui apporter leurs suffr…