Accéder au contenu principal

Le salaire minimum à 15 dollars de Seattle

En général, la (fonction de densité de la) distribution des salaires ressemble à quelque chose comme ça :

C’est-à-dire que relativement peu de gens touchent des salaires très bas (à gauche de la distribution), la plupart perçoivent un salaire proche du salaire médian (au milieu) et, plus on monte dans l’échelle des rémunérations (vers la droite), plus ça devient rare. Sur un graphique de ce type, le P.-D.G. d'une société du CAC 40 ou un joueur international de football se promènent à quelques dizaines de centimètres à droite de votre écran mais ces cas sont si exceptionnels que le trait bleu est invisible à l’œil nu.

Le point MinW indique le niveau du salaire minimum légal. À gauche de ce point, en rouge, vous trouvez toutes les personnes dont le travail vaut moins que le salaire minimum. Typiquement, ce sont des gens peu qualifiés, peu expérimentés et même souvent les deux. C’est-à-dire qu’étant donné le niveau du salaire minimum, ces gens-là sont tout simplement inemployables. C'est une des raisons pour lesquelles le taux de chômage des jeunes et des moins diplômés est considérablement plus élevé que la moyenne.

Une étude récente menée au Danemark illustre très bien cette idée en s’intéressant au taux d’emploi des jeunes autour de 18 ans. La raison en est qu’avant 18 ans, les différents accords de branche en vigueur au Danemark imposent un salaire minimum de 73 couronnes (DKK) en moyenne mais que, sitôt passé 18 ans, ce chiffre passe à 119 couronnes.

Un graphique résume parfaitement le résultat : à gauche, le salaire horaire moyen (en couronnes) des salariés de 16 à 20 ans en fonction de leur âge exact ; à droite le taux d’emploi correspondant. Très clairement : à 18 ans, le salaire moyen augmente de 40% — presqu’exclusivement à cause de la mise en œuvre des salaires minimum — et le taux d’emploi s’effondre de 33%.

Partant, vous comprenez sans difficulté qu’il y a deux façons de traiter le problème. La première, c’est de déplacer la zone rouge vers la droite c’est-à-dire de faire en sorte que ces gens acquièrent les compétences et/ou l’expérience qui leur manquent pour être employables à MinW. On parle, bien sûr, de formation et de tout dispositif propre à faire en sorte que les jeunes puissent mettre le pied à l’étrier et acquérir de l’expérience. L’autre solution, évidemment, c’est de baisser MinW (le déplacer vers la gauche).

Symétriquement, toujours selon la même idée, une hausse de MinW devrait toutes choses égales par ailleurs entraîner une hausse du chômage : ce sont les gens immédiatement à droite du salaire minimum qui vont voir leurs heures réduites ou carrément perdre leur travail.

Le contre-argument de celles et ceux qui plaident pour une augmentation du salaire minimum consiste à dire qu’en payant mieux les bas salaires — qui ont, habituellement, tendance à consommer une plus importante fraction de leurs revenus que les autres (qui en épargnent une partie) — on créé un surcroît de demande ; lequel va se retrouver dans le carnet de commande des entreprises qui, dès lors, embaucheront et compenseront l’effet décrit ci-dessus.

Tout le problème est là : cet effet revenu induit par la hausse du salaire minimum existe-t-il et si oui, compense-t-il l’effet prix sur les salaires ? En théorie, c’est assez difficile à dire mais une expérience en cours dans l’État de Washington apporte quelques éléments de réponse.

Comme vous le savez peut-être, le salaire minimum en vigueur à Seattle est passé de 9.47 dollars (USD) de l’heure à 11 dollars le 1er avril 2015 puis à 13 dollars le 1er janvier 2016 — une augmentation de plus de 37% en 9 mois — et il a atteint 15 dollars le 1er janvier 2018.

Or, il se trouve que l’État de Washington collecte des données extrêmement précises sur l’état du marché du travail local. En particulier, c’est un des rares États de l’union à recenser le nombre d’heures travaillées par les salariés. Un groupe de chercheurs de l’Université de Washington a donc profité de cette opportunité pour mesurer précisément l’impact des deux premières hausses du salaire minimum sur l’emploi des salariés les moins bien payés — en l’occurrence, celles et ceux qui touchent moins de 19 dollars de l’heure.

Si la première hausse — de 9.47 à 11 dollars, soit 16.2% — semble avoir eu un effet limité, la seconde — de 11 à 13 dollars — s’est accompagnée d’une réduction de 9% des heures travaillées par les bas salaires — soit qu’ils aient perdu leur emploi soit qu’on ait réduit leurs temps de travail. Au total, la hausse du salaire horaire ne compense pas cette perte d’heures et ces salariés ont subi, en moyenne, une perte de revenus de l’ordre de 125 dollars par mois.

C'est-à-dire que pour l'instant, il y a bien un effet revenu mais il est négatif. Le 1er janvier de cette année, le salaire minimum à Seattle est passé à 15 dollars ; on va voir ce que ça donne mais il a quelques raisons de ne pas être très optimiste. Les résultats devraient tomber ici.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les prix « avant l’euro »

(J’ai l’intention de compléter cet article au fur et à mesure. Si vous avez des prix à proposer (avec des sources crédibles), n’hésitez pas à le me suggérer dans les commentaires.)L’euro a été introduit en deux temps. La première étape a eu lieu le 1er janvier 1999 à minuit, quand le taux de change irrévocable des différentes monnaies nationales par rapport à l’euro a été fixé définitivement — soit, pour ce qui nous concerne, 1 euro = 6.55957 francs. La seconde étape, l’introduction des pièces et billets en euro, s’est étalée sur un mois et demi : du 1er janvier 2002 au 17 février 2002 ; date à laquelle les espèces en franc ont été privées du cours légal [1] — c’est-à-dire qu’il était interdit de les utiliser ou de les accepter en règlement d’une transaction.SalairesÀ compter du 1er juillet 2000, le SMIC horaire brut était fixé à 42.02 francs soit, pour avec une durée légale du travail de 39 heures par semaine (169 heures par mois), 7 101.38 francs bruts par mois. Le 1er juillet 2001,…

Comment j’ai déprogrammé l’obsolescence

C’est arrivé ce matin. Notre lave-vaisselle familial, que nous avions programmé pour tourner la nuit dernière, n’avait pas fonctionné. Mon épouse, étonnée par cette inhabituelle défaillance, a essayé de le relancer : rien à faire, le bestiau ne fonctionnait plus. Dépités, nous convînmes donc, ma dulcinée et moi-même, qu’il était temps de lui trouver un remplaçant. Cette fois ci, nous disions nous pas plus tard que ce matin, nous n’achèterons pas la première camelote venue à 300 euros : rendez-vous fût pris en début de soirée pour faire l’acquisition d’une bête de course qui, nous l’espérions, durerait vingt ans, comme celle de belle-maman.Dans les entrailles de la bêteMais la journée avançant, cette histoire ne sortait pas de ma tête. Le lave-vaisselle en question, nous l’avions tout de même acheté il y a à peine plus de trois ans : ce n’est pas Dieu possible que ce machin, même s’il ne nous avait objectivement pas coûté grand-chose, nous lâche aussi vite. Si ça se trouve, me disais-j…