Accéder au contenu principal

Pas de faille Monsieur Cazeneuve ? Vraiment ?

Monsieur le Ministre,

Comme malheureusement trop peu de nos concitoyens, j’ai pris le temps de lire avec attention le rapport de la commission d’enquête relative aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter contre le terrorisme présidée par M. Georges Fenech est publiée ce mardi 5 juillet 2016.

Je voudrais, si vous le permettez, vous citer deux courts extraits issus des comptes rendus des auditions qui me semblent particulièrement importants. Verbatim :

« Des attentats comme ceux du 13 novembre marquent bien un échec du renseignement extérieur. »

et :

« Les attentats de 2015 représentent un échec global du renseignement. »

Qui sont les auteurs de ses sévères jugements ? Eh bien il s’agit de Messieurs Bernard Bajolet et Patrick Calvar, respectivement directeur général de la DGSE et directeur général de la DGSI.

C’est-à-dire que ces messieurs à qui l’on peut, vous me l’accorderez, prêter quelques compétences en la matière nous informent sans aucune ambiguïté possible que les services de renseignement — services dont ils étaient l’un et l’autre en charge au cours de l’année et demi écoulée — ont globalement foiré.

Vous comprendrez donc, Monsieur le Ministre, que vos affirmations réitérées selon lesquelles il n’y aurait pas eu de faille dans notre lutte contre le terrorisme en général et en matière de renseignement en particulier résonne — comment dire ? — douloureusement à la lecture de ces propos.

Voilà une année et demie, Monsieur le Ministre, que le simple citoyen que je suis s’intéresse à cet ennemi qui nous veut tant de mal et aux moyens mis en œuvre par l’État pour le contrer. N’ayant, en la matière, pas la moindre compétence, je fais ce que font les gens raisonnablement éduqués font en pareille occasion : je lis avec la plus grande attention ce qu’en disent les experts et je croise leurs opinions pour me faire un avis.

Or, Monsieur le Ministre, tous les experts du terrorisme en général et du djihadisme en particulier que j’ai eu à lire jusqu’ici s’accordent sur un point : sans un renseignement efficace, point de salut. C’est, pour autant que je puisse en juger, l’unanimité et c’est aussi une des principales conclusions de la commission d’enquête citée plus haut.

Du renseignement Monsieur le Ministre. Du vrai renseignement et pas du chalutage sur Internet, méthode qui — n’importe statisticien vous le confirmera — n’aura aucun autre effet que de noyer les analystes de nos services sous un raz-de-marée de faux-positifs. Du vrai renseignement comme nous savions si bien le faire avant que Monsieur Sarkozy nous prive de cette première et si essentielle ligne de défense. Du vrai renseignement qui, des rues de Raqqa aux caves de nos cités, collecte de l’information, la traite efficacement et l’utilise dans le cadre de nos lois.

Monsieur le Ministre, le fait est que la politique menée jusqu’ici est un échec patent dont le coût se mesure maintenant en centaines de vies humaines et que la seule ligne de conduite que vous nous proposez consiste à faire encore plus de ce qui ne marche manifestement pas. J’observe, par ailleurs, qu’une commission d’enquête animée par l’excellent réflexe qui consiste à se faire conseiller par des spécialistes vous a fait un certain nombre de propositions ; propositions que vous avez balayé d’un revers de main.

Il va falloir vous justifier Monsieur le Ministre ; il va falloir vous justifier sérieusement et, de grâce, supprimer ce « pas de faille » de votre langage.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…

Non, Salvador Allende n’était pas « sur le point de réussir »

Au centre, Allende et Brezhnev, le 11/12/1972 à Moscou.Parmi les nombreuses tartes à la crème qu’on voit circuler sur les Internets, il y a l’idée prégnante et manifestement reçue par beaucoup selon laquelle Salvador Allende était « sur le point de réussir » quand la CIA l’a remplacé par la junte d’Augusto Pinochet. Non. À moins que par « réussir » vous entendiez « réussir à instaurer une dictature » à la mode cubaine ou soviétique, rien n’est plus faux. Un rapide retour sur ces trois années s'impose.Lorsque Salvador Allende, candidat d’une coalition qui regroupait presque tous les partis de gauche du Chili, arrive premier à l’élection présidentielle du 4 septembre 1970 avec 36.2% des voix, il n’est pas pour autant élu. En effet, la constitution chilienne de l’époque voulait que si aucun candidat n’emportait la majorité des suffrages, les deux premiers seraient départagés par un vote du Congrès. Allende devait donc convaincre les parlementaires chiliens de lui apporter leurs suffr…