Accéder au contenu principal

Paradoxe de Newcomb : je rejoins le camp des one-boxers

Avant de poursuivre, vous devriez sans doute vous faire votre propre avis en lisant ceci.

Le raisonnement d’un one-boxer consiste à considérer que le devin (ou la super-intelligence qui fait des simulations de vous ou le super-algorithme testé pendant 20 ans par les meilleurs psys) à, par exemple, 90% de chances d’avoir anticipé correctement votre choix. Partant de là, le one-boxer peut facilement estimer des espérances de gain : 101 pour les deux boîtes, 900 pour la boîte A seule ; la cause est entendue.

Du point de vue des two-boxers, la prédiction du devin a peu d’importance : le fait est que, dans tous les cas, choisir les deux boîtes rapporte 1 euro de plus que de choisir la boîte A seule (i.e. l’euro qui se trouve dans la boîte B). Si on part du principe que les deux prédictions possibles du devin sont équiprobables, ça fait une espérance de gain de 500 pour la boîte A seule et de 501 pour les deux boîtes.

D’où le paradoxe.

Après y avoir réfléchis un moment, je rejoins la majorité : je suis définitivement un one-boxer ; voici pourquoi.

Si vous ayez décidé de two-boxer, l’énoncé même du problème vous dit que le devin l’a très probablement prédit. Dans mon exemple, il y a donc 90% de chances pour que la boîte A soit vide ce qui réduit votre espérance de gain aux 101 euros prévus par les one-boxers.

En d’autres termes, la différence entre one-boxers et two-boxers, c’est que ces derniers ignorent une donnée fondamentale du problème : par hypothèse, leurs choix, leurs tergiversations et leurs stratégies ont (très probablement) été prédits.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Un garçon qui n’a jamais eu de métier

Jean-Luc Mélenchon fait ses premières armes en politique à Lons-le-Saunier, en mai 1968. À cette époque il n’est que lycéen — en première littéraire — mais c’est lui, racontent ses anciens camarades de classe, qui va importer les évènements parisiens dans son Jura d’adoption. C’est lors de cette première expérience politique qu’il va réaliser son indiscutable talent d’orateur et se familiariser avec la pensée d’extrême gauche et notamment Karl Marx qui devient son livre de chevet en terminale. Il passe son bac en 1969 et s’inscrit à la faculté des lettres de l’université de Besançon pour y étudier la philosophie.Sitôt inscrit, le jeune Mélenchon se rapproche de l’UNEF et déserte les amphis pour se consacrer au militantisme. Il parviendra quand même à obtenir sa licence en 1972 mais ne poussera pas ses études plus loin : la même année, il rentre formellement en politique en rejoignant l’Organisation Communiste Internationaliste (OCI), une organisation trotskyste de tendance lambertiste…

Nombre d'heures travaillées par an et pour 100 personnes

Selon les données de l’OCDE pour 2015, le taux d’emploi de la population française âgée de 15 à 64 ans était de 63.8%. C’est-à-dire que sur 100 personnes en âge de travailler, un peu moins de 64 ont effectivement occupé un emploi — fût-ce à temps partiel — durant l’année considérée. Par ailleurs, selon la même source, le temps de travail annuel moyen des français qui ont travaillé en 2015 s’établissait à 1 482 heures [1].En croisant ces deux données, on peut facilement estimer le nombre d’heures de travail fournies en une année par 100 français en âge de travailler : ça fait environ 94 552 heures. Juste pour remettre ce chiffre dans son contexte, voici ce que ça donne pour tous les pays pour lesquels les données sont disponibles dans les bases de l’OCDE : Juste pour votre information, pas moins de 84.7% des islandais âgés de 15 à 64 ans travaillent (c’est le record du panel) et ils travaillent en moyenne 1 880 heures par an. Ce sont les mexicains et les coréens (du sud) qui, lorsqu’ils…