Accéder au contenu principal

UC Berkeley, de la théorie macroéconomique à la réalité budgétaire

Au 1er janvier 2016, le salaire minimum en Californie est passé de 9 dollars de l’heure à 10 dollars [1]. Le 4 avril 2016, le Fair Wage Act of 2016 signé par le gouverneur Jerry Brown prévoit une augmentation jusqu’à 15 dollars en 2022. La mise en œuvre de cette hausse est laissée à l’initiative des autorités locales : San Francisco, par exemple, entend atteindre cet objectif en 2018 tandis que Los Angeles se donne jusqu’en 2020. À Berkeley, siège historique de l’Université de Californie, le salaire minimum est déjà fixé à 11 dollars depuis le 1er octobre 2015.

Juillet 2015 — Dans un communiqué publié sur son site, l’Université de Californie (UC), annonce que le salaire minimum de ses employés (et des employés de ses fournisseurs) sera augmenté de 9 à 15 dollars de l’heure au cours des trois années qui suivent. Cette augmentation doit avoir lieu en trois étapes : le salaire minimum a été augmenté à 13 dollars le 1er octobre 2015 (soit 3 dollars de plus que le minimum californien et 2 dollars de plus que les autres employeurs de Berkeley), il doit passer à 14 dollars le 1er octobre 2016 puis à 15 dollars le 1er octobre 2017. Avec 195 000 employés répartis sur dix campus, UC est le troisième employeur de Californie (après l’État fédéral et l’État californien) et entend, en devançant la législation, « devenir la première université publique des États-Unis à établir volontairement un salaire minimum à 15 dollars. »

Mars 2016 — Michael Reich, Sylvia Allegretto, Ken Jacobs et Claire Montialoux du Centre de Recherche sur le Travail et l’Emploi d’UC Berkeley publient un article qui soutient sans ambigüité la hausse du salaire minimum californien et, en creux, la politique volontariste de l’université qui les emploie. Dans leur conclusion, ils notent : « Nos résultats indiquent qu’un salaire minimum de 15 dollars à l’échelle de l’État génèrera une augmentation salariale moyenne de 23.4% pour 3.16 millions de travailleurs. Cette hausse du niveau de vie compensera plus que largement le petit effet sur l’emploi. »

Avril 2016 — On apprend qu’UC Berkeley compte se passer des services de 500 de ses salariés d’ici deux ans — soit une réduction de 6% de son effectif. Les raisons invoquées par le chancelier Nicholas Dirks sont tout à fait claires : le budget d’UC Berkeley au titre de l’année 2016 est très largement déficitaire et il faut donc faire des économies ; M. Dirks espère réduire son trou budgétaire de 50 millions avec cette mesure. Le fait est que le budget de l’université était déjà tendu et que cet accroissement (tout à fait volontaire) de la masse salariale n’a évidemment pas arrangé cette situation.

---
[1] Le salaire minimum à l’échelle fédérale est fixé à 7.25 dollars de l’heure ; 29 États imposent un salaire minimum supérieur à ce niveau ; la Californie et le Massachusetts, à 10 dollars de l’heure, ont le salaire minimum le plus élevé des États-Unis.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le prix des sardines quand les pêcheurs ont des téléphones

Soit deux petits villages de pêcheurs de sardines du sud de l’Inde. Chaque nuit, les pêcheurs de chaque bourg partent jeter leurs filets en mer et, le matin venu, ils vendent leurs prises sur la plage à la population de leurs villages respectifs. Parce qu’ils sont relativement distants l’un de l’autre et ne disposent pas de moyens de communication rapide, nos villages vivent en autarcie. C’est-à-dire que leurs habitants n’achètent de sardines qu’aux pêcheurs de leur propre village qui, symétriquement, n’en vendent à personne d’autre qu’à leurs concitoyens.Dans l’état actuel des choses, donc, la ration quotidienne de protéines des habitants de nos villages dépend exclusivement de leurs pêcheurs respectifs. Si la pêche est fructueuse, il est probable que les sardines seront bradées au marché du matin et il n’est pas impossible que les pêcheurs se retrouvent même avec des invendus — c’est-à-dire des poissons bons à jeter. Si, au contraire, la pêche de la nuit a été mauvaise, vous pouvez …

Le paradoxe des oignons

Cette fois-ci, c’est l’inénarrable Paul Jorion qui s’y colle dans un article publié le 26 septembre 2013 sur challenges.fr : « il faut, nous assène l’histrion médiatique, supprimer la spéculation. »Nous-y revoilà. C’est une antique tradition. Déjà, sous l’Ancien Régime, on avait coutume de faire porter le chapeau des aléas climatiques et des politiques imbéciles aux accapareurs ; aujourd’hui, force est de constater que rien n’a changé et qu’on trouve toujours, à la barre du tribunal révolutionnaire, un accusateur public prêt à dénoncer les méfaits des spéculateurs. Si les prix montent, qu’on les pende ; si les prix baissent, qu’on promène leur tête au bout d’une pique ! Au royaume du mensonge, la dénonciation de l’ennemi du peuple tient toujours lieu de pensée.Plutôt que de rentrer dans un débat théorique, je vous propose une approche purement expérimentale, une vérification empirique qui, si elle ne satisfait sans doute pas les conditions requises sur une paillasse – c’est le lot com…