Accéder au contenu principal

Trump surfe une vague de réactance

Une des grandes marques de fabrique de Donald Trump, c’est sa propension à pulvériser rageusement tous les codes du politiquement correct en vigueur aux États-Unis. Tout y passe : xénophobie, misogynie, homophobie… Il transgresse une à une et plutôt deux fois qu’une toutes les règles patiemment élaborées ces dernières décennies qui définissent les bornes de la liberté d’expression outre-Atlantique et les figures imposées du discours public.

Bien sûr, me direz-vous, tout le monde parle des dérapages verbaux de Trump et il ne se passe pas une journée sans que sa dernière sortie fasse le tour des réseaux sociaux ou, à défaut, qu’on nous fasse une rétrospective des précédentes. Seulement voilà, justement, il est tout à fait possible que ces discours transgressifs ne soient pas des dérapages mais procèdent au contraire d’une stratégie aussi volontaire que parfaitement maîtrisée.

Qu’on parle de Trump en bien ou en mal, peu importe ; l’essentiel, c’est qu’on parle de Trump. Si ses dérapages sont bien des dérapages contrôlés, il assez vraisemblable que la forme de ses discours relève, au moins en partie, de ce type de stratégie — d’ailleurs, admettons-le, ça fonctionne assez bien. Pourtant et sans que ça contredise cette première hypothèse, je suspecte le trublion de jouer un jeu plus fin.

Que fait un partisan de Trump quand est pris à parti sur les propos de son champion ? Eh bien très souvent, pour peu que je puisse en juger, il commence par prendre ses distances sur ce sujet bien précis juste avant de le soutenir en général au motif que « y’en a marre du politiquement correct ! » C’est-à-dire que Trump, sans doute bien moins idiot qu’on se plait à le croire, surfe sur une énorme vague de réactance.

Si vous suivez un peu l’actualité américaine, vous observerez sans doute que l’emprise du politiquement correct — notamment dans les universités — a atteint un tel degré (notamment dans l’absurdité) qu’il suscite désormais un rejet presque viscéral d’une part grandissante des américains et fini même, dans certains cas, par provoquer l’effet exactement inverse à celui qui était recherché. C’est ce que les psychologues appellent de la réactance : à force de se voir imposer le discours et les normes du politiquement correct, une grande partie des américains en sont venus à adopter des convictions parfaitement orthogonales.

Et ça, Trump le sait et il le sait d’autant plus qu’il fait sans doute lui-même partie de la vague qu’il surfe. Son discours outrancier ne vise pas tellement à convaincre sur le fond — qui est d’ailleurs d’une pauvreté abyssale — mais plutôt à rallier sur la forme. Les ingénieurs sociaux ont cru qu’en censurant et en imposant leur novlangue ils parviendraient à modeler la société américaine selon leurs désirs. Ils ont obtenu un Trump.

---
Le phénomène Trump fait, assez légitimement il me semble, couler beaucoup d’encre ces derniers jours. L’émergence de cet improbable personnage sur le devant de la scène politique américaine suscite bon nombre de réflexions particulièrement intéressantes (qui, à mon humble avis, s’appliquent en grande partie à la montée du Front National chez nous). Je vous recommande en particulier The rise of American authoritarianism d’Amanda Taub sur vox.com et Homogénéité et aveuglement : ce que Donald Trump nous apprend sur les surprises stratégiques de Philippe Silberzahn sur son blog.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le marché des actions US est-il si cher que ça ?

Avec un Price-to-Earnings Ratio (cours sur bénéfices nets) désormais nettement supérieur à 20, le marché des actions américaines apparaît désormais très cher et même, selon nombre de commentateurs, trop chers. Cela fait plusieurs mois que le mot en B (« bulle ») a été prononcé [1] et force est de reconnaître que, sur la seule base de ce ratio, c’est effectivement le cas. Néanmoins, un rapide retour sur la théorie de la valorisation donne un éclairage tout à fait différent.Si le PER est un ratio très couramment utilisé sur les marchés, les chercheurs qui s’intéressent à la valorisation des actions utilisent plus volontiers son inverse : le Earnings Yield. En notant $E$ le niveau actuel des bénéfices nets et $P$ le prix du marché, le Earnings Yield s’écrit simplement : $$\frac{E}{P} $$ C’est donc la même mesure mais exprimée sous forme de taux plutôt que de ratio. Si nous utilisons plus volontiers cette présentation c’est que, contrairement au PER, elle a une signification très précis…

Les prix « avant l’euro »

(J’ai l’intention de compléter cet article au fur et à mesure. Si vous avez des prix à proposer (avec des sources crédibles), n’hésitez pas à le me suggérer dans les commentaires.)L’euro a été introduit en deux temps. La première étape a eu lieu le 1er janvier 1999 à minuit, quand le taux de change irrévocable des différentes monnaies nationales par rapport à l’euro a été fixé définitivement — soit, pour ce qui nous concerne, 1 euro = 6.55957 francs. La seconde étape, l’introduction des pièces et billets en euro, s’est étalée sur un mois et demi : du 1er janvier 2002 au 17 février 2002 ; date à laquelle les espèces en franc ont été privées du cours légal [1] — c’est-à-dire qu’il était interdit de les utiliser ou de les accepter en règlement d’une transaction.SalairesÀ compter du 1er juillet 2000, le SMIC horaire brut était fixé à 42.02 francs soit, pour avec une durée légale du travail de 39 heures par semaine (169 heures par mois), 7 101.38 francs bruts par mois. Le 1er juillet 2001,…