Accéder au contenu principal

Microagressions partout

« 14 civils dont quatre de race blanche. » C’est par ces mots qu’Hamed Bakayoko, ministre de l’intérieur de Côte d’Ivoire, confirmait le bilan macabre de l'attaque terroriste de Grand-Bassan.

On comprend donc que dix des victimes étaient vraisemblablement « de race noire » — puisque le ministre ne juge pas utile de préciser plus [***] — et que la nationalité des quatre « de race blanche » n’est pas encore tout à fait établie ; ce que le ministre s’empresse d’ailleurs de confirmer : « nous avons identifié une (d’elles) de nationalité française et une allemande » — il reste donc deux victimes « de race blanche » dont on ne connait pas à ce moment la nationalité.

Alors bien sûr, on pourrait rétorquer à M. Bakayoko qu’en français moderne, le terme de « race » ne s’applique qu’aux espèces animales domestiques et donc, que l’usage de ce mot n’est pas approprié. On pourrait mais on ne le fera pas parce qu’avec deux doigts de jugeote, on imagine bien, d’une part, que le ministre de l’intérieur ivoirien a un peu autre chose à faire que de se perdre en considérations sémantiques alors que son pays est victime du terrorisme et, d’autre part, on comprend bien qu’il nous donne les informations dont il dispose à ce moment : concrètement, dix victimes ont la peau (à peu près) noire et quatre autres ont la peau (à peu près) blanche.

Personnellement et étant « blanc » moi-même, je ne me sens en rien microagressé par cette référence à des personnes « de race blanche » ; je n’y vois aucune forme de racisme ni de volonté de dénigrer l’histoire de ma famille et encore moins ma culture. J’y vois un ministre sous pression qui expose des faits. Point barre.

Sauf que voilà, quand 20Minutes.fr reprend cette déclaration ministérielle en omettant, il est vrai, de la mettre entre guillemets, cette même phrase prend étrangement une toute autre dimension. Le canard a à peine le temps de publier son papier que son titre — berbatim : « Côte d’Ivoire : L’attaque d’une station balnéaire revendiquée par Aqmi, 14 civils tués dont 4 blancs. » — fait immédiatement l’objet d’une campagne d’indignation dont seuls les Guerriers de la Justice Sociale ont le secret. Quoi ? Comment ? « Vous n’avez pas honte ? » s’insurgent en chœurs les chasseurs de fascistes et autres suspects habituels.

Pourtant, 20Minutes.fr a essayé de bien faire. Si vous y prêtez attention, vous observerez que le mot « race » a disparu de la citation (telle qu’elle apparait dans le titre et dans l’article original) ce qui, incidemment, explique parfaitement bien pourquoi les guillemets ont disparu dans les deux cas.

Alors quoi ? Que reproche-t-on à 20Minutes.fr exactement ? De ne pas avoir remplacé « blancs » par « de type caucasien » ? Un ministre ivoirien pourrait donc utiliser la notion de « race blanche » sans que personne ne s’en offusque tandis qu’un journal français n’aurait pas le droit de parler de « blancs » ? Accuse-t-on 20Minutes.fr de donner plus d’importance à la mort de quatre « blancs » qu’à celle de dix « non-blancs » ? Fait-on le même procès d’intention à M. Bakayoko ?

Non. En réalité, on ne reproche rien à 20Minutes.fr. Ils n’ont fait que leur métier : informer un public français que, lors d’un attentat commis dans un pays d’Afrique dans lequel vivent beaucoup de nos compatriotes, « quatre blancs » figurent parmi les victimes.

Bref, cette micro-vague de micro-indignation collective confine au ridicule le plus achevé ; elle est, encore une fois, le fait d'un quarteron de crétins qui se sont juré de dénicher des racistes partout ; même s’il n’y en a objectivement pas la moindre trace ; même si, pour se faire, il diffament publiquement des innocents ; même si, à force de jouer à ce petit jeu, ils crédibilisent le discours de ce même Front National qu’ils prétendent combattre.

[***] 2016-03-05 @ 12:10 : On me signale qu'en fait, le ministre a bien précisé que les 10 autres victimes étaient de « race noire » (la vidéo est ici, vers 1:30).

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Pro Macron - lettre ouverte à mes amis libéraux

Pardon pour cette platitude mais le succès d’Emmanuel Macron c’est avant tout l’expression d’un désir de renouvellement de notre classe politique. Je ne crois pas, si vous me permettez cette hypothèse personnelle, que la plupart de ses électeurs aient voté pour son programme et je suis même convaincu que très peu l’ont lu. Emmanuel Macron est avant tout l’incarnation de ce que nombre de nos concitoyens attendent : une nouvelle tête — un candidat dont les débuts en politiques n’ont pas été photographiés en noir et blanc [1] — et, à tort ou à raison, une rupture avec le système politique hérité de la Libération.Et c’est précisément ça qui a, je crois, tué la candidature de François Fillon. Face à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, lors de la primaire, il pouvait aisément passer pour le candidat du renouvellement de la droite et ce, d’autant plus qu’il tenait à l’époque un discours très libéral au regard de ce à quoi nous sommes habitués de la part des Républicains [2]. Seulement voilà : no…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…