Accéder au contenu principal

Le mystérieux bilan de la Fed

Parmi les légendes urbaines qui font florès ces dernières années, il en est une qui voudrait que le bilan de la Federal Reserve [1] soit entouré d’un épais mystère et que personne, en dehors de quelques élus mis dans la confidence, ne saurait ce que la banque centrale des États-Unis détient à son actif. Comme annoncé ci-dessus, c’est un mythe ; on peut sans doute reprocher beaucoup de choses à la Fed mais certainement pas un manque de transparence.

Avec une simple connexion internet, je puis vous affirmer qu’au 24 juin 2015, l’actif total de la Fed atteignait 4 495.055 milliards de dollars. Il était composé essentiellement d’un portefeuille d’emprunts d’État étasuniens pour 2 460.911 milliards de dollars (54.7% du total) et, à hauteur de 1 746,393 milliards (38.9%), des fameuses Mortgage-backed securities [2] rachetées aux banques durant la crise. Ces chiffres sont mis à jour chaque semaine (le jeudi) sur la base des positions de la veille.

Si vous souhaitez avoir plus de détails et, notamment, savoir ce que valent vraiment ces titres sur le marché, rien n’est plus facile : il suffit de vous rendre sur le site de la Fed de New York où vous trouverez rien de moins que l’intégralité du portefeuille, ligne par ligne et avec les codes Cusip de chaque titre. Vous pouvez ainsi vérifier avec moi que parmi les emprunts d’État détenus par la Fed, on trouve une position de 7 158 553 000 dollars [3] sur la US T-Note 4-5/8 15 Fév. 2017 (Cusip : 912828GH7) qui, au prix du marché ce jour-là, aurait pu se revendre pour un peu plus de 7.753 milliards (avec le coupon couru).

Bref, on a absolument tout ou, du moins, tout ce qui est nécessaire pour évaluer très précisément ce que contient et ce que vaut vraiment le portefeuille de la Fed et ce, mis à jour chaque mercredi. En matière de transparence, c’est même tout à fait remarquable.

Alors évidemment, il se trouvera forcément quelqu’un pour imaginer que ces positions sont fictives et que le Board of Governors dont les sept membres, je le rappelle, sont nommés par le président des États-Unis et confirmés par le Sénat, s’amusent à mentir à tout le monde en inventant de toutes pièces ce portefeuille. Mauvaise pioche : il est audité. En 2014, c’est Deloitte & Touche qui s’y est collé. Vous pensez que l’auditeur n’est pas vraiment indépendant ? Pas de problème : le Government Accountability Office (GAO), l’agence qui audite pour le compte du Congrès [4], repasse régulièrement derrière.

Bref, non, oubliez ça.

---
[1] Il s’agit ici, bien sûr, du bilan consolidé de l’ensemble du Federal Reserve System ; c’est-à-dire des douze Federal Reserve Banks.
[2] Ce sont des titrisations d’emprunts hypothécaires (a.k.a. actifs toxiques) c’est-à-dire, pour faire simple, des crédits immobiliers transformés par les banques en obligations négociables sur les marchés.
[3] C’est un chiffre exact : la valeur nominale d’une T-Note américaine est toujours de 1 000 dollars.
[4] C’est important : le GAO est aux ordres du législateur et pas de l’exécutif.

Commentaires

  1. et est ce qu'il y a moyen de savoir si l'or physique que les banques centrales étrangères (buba par expl) ont déposé dans les coffres de la Fed de NY y figure toujours ? ou il aurait été prêté (le carry trade sur l'or des banques d’investissement qui empruntait l'or à la Fed contre une commission pour se financer à un taux très compétitif)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors ça, honnêtement, pas la moindre idée ^^

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…

Non, Salvador Allende n’était pas « sur le point de réussir »

Au centre, Allende et Brezhnev, le 11/12/1972 à Moscou.Parmi les nombreuses tartes à la crème qu’on voit circuler sur les Internets, il y a l’idée prégnante et manifestement reçue par beaucoup selon laquelle Salvador Allende était « sur le point de réussir » quand la CIA l’a remplacé par la junte d’Augusto Pinochet. Non. À moins que par « réussir » vous entendiez « réussir à instaurer une dictature » à la mode cubaine ou soviétique, rien n’est plus faux. Un rapide retour sur ces trois années s'impose.Lorsque Salvador Allende, candidat d’une coalition qui regroupait presque tous les partis de gauche du Chili, arrive premier à l’élection présidentielle du 4 septembre 1970 avec 36.2% des voix, il n’est pas pour autant élu. En effet, la constitution chilienne de l’époque voulait que si aucun candidat n’emportait la majorité des suffrages, les deux premiers seraient départagés par un vote du Congrès. Allende devait donc convaincre les parlementaires chiliens de lui apporter leurs suffr…