Accéder au contenu principal

Yahoo!, causes et effets

Ça y est : j’ai reçu, moi aussi, ce mail de Yahoo! qui annonce la réorganisation de ses activités en Europe. Marissa Mayer considère manifestement que le modèle éclaté qu’avait privilégié la firme de Sunnyvale jusqu’ici coûte trop cher et elle a donc décidé que toutes les activités de Yahoo! pour l’Europe, l’Afrique et le Moyen Orient seraient désormais centralisées à un seul endroit. Et cet endroit c’est l’Irlande.

Il y a donc deux choses : d’abord, la volonté de Mme Mayer de rationaliser le structure de l’entreprise qui, s’agissant d’un prestataire de services sur internet, relève à mon humble avis du bon sens. Ensuite, il y a le choix de l’Irlande qui n’a bien sûr rien à voir avec la bière et les moutons.

Quelqu’un se demande-t-il sérieusement pourquoi ils ont choisi Dublin ?

Retournons le couteau dans la plaie : (i) parce que l’environnement fiscal y est nettement plus attractif (la corporation tax irlandaise varie de 10 à 25% des profits), (ii) parce que l’environnement règlementaire y est plus simple, plus stable et beaucoup moins couteux et (iii) parce qu’enfin nos amis irlandais ont compris depuis bien longtemps que pour attirer de l’activité économique sur leur île il fallait déjà commencer par ne pas la faire fuir.

Sur quelle sorte de miracle de la nature comptiez-vous pour espérer qu’une entreprise comme Yahoo! décide de centraliser ses activités en France ? Pensiez-vous qu’ils viendraient pour le plaisir de payer les taxes, impôts, charges et autres prélèvements obligatoires parmi les plus élevés d’Europe ? Est-ce en notre inflation législative ou notre administration tentaculaire que vous placiez vos espoirs ? Avez-vous cru que la présence d’un Arnaud Montebourg en liberté — souvenez-vous de Dailymotion — était de nature à séduire Mme Mayer ?

Et maintenant que c’est fait, qu’allez-vous faire ? Augmenter encore un peu les impôts ? Voter une nouvelle bordée de lois ? Envoyer Montebourg installer des barbelés au frontières pour empêcher Yahoo! de passer ?

« Dieu, écrivait Bossuet, se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. »

Commentaires

  1. A mon avis les irlandais étaient encore paysans ou éleveurs il n'y a pas si longtemps, ils en on gardé un fond de sagesse paysanne millénaire: on n'attrape pas des mouches avec du vinaigre. Evidemment la sagesse sophistiquée qu'on apprend a l'ENA ne s'arrête pas a des considérations aussi triviales. C'est vraiment dommage que de voir que dans la guerre de la sagesse c'est le paysan, ou l'épicière ou encore l'histrion qui gagnent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Robert Marchenoir16/02/2014 06:07

      Peuples libéraux :

      Suisses : paysans et soldats.
      Américains : cultivateurs et cow-boys.

      Peuple socialiste :

      Français : écrivains, communistes et énarques.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le salaire minimum à 15 dollars de Seattle

En général, la (fonction de densité de la) distribution des salaires ressemble à quelque chose comme ça : C’est-à-dire que relativement peu de gens touchent des salaires très bas (à gauche de la distribution), la plupart perçoivent un salaire proche du salaire médian (au milieu) et, plus on monte dans l’échelle des rémunérations (vers la droite), plus ça devient rare. Sur un graphique de ce type, le P.-D.G. d'une société du CAC 40 ou un joueur international de football se promènent à quelques dizaines de centimètres à droite de votre écran mais ces cas sont si exceptionnels que le trait bleu est invisible à l’œil nu.Le point MinW indique le niveau du salaire minimum légal. À gauche de ce point, en rouge, vous trouvez toutes les personnes dont le travail vaut moins que le salaire minimum. Typiquement, ce sont des gens peu qualifiés, peu expérimentés et même souvent les deux. C’est-à-dire qu’étant donné le niveau du salaire minimum, ces gens-là sont tout simplement inemployables. C&#…

L'océan de cash

Du 4 juillet 2007 au 5 juillet 2017, le total du bilan de la Federal Reserve [1] est passé de 860 à 4 4 trillions de dollars — c’est à dire qu’il a quintuplé. À l’actif de la banque centrale étasunienne, cette croissance phénoménale se traduit par l’explosion de son portefeuille d’obligations émises par le Department of the Treasury — lequel atteint aujourd’hui 2,5 trillions — auquel se rajoutent les titrisations de créances hypothécaires (Mortage-Backed Securities) rachetées à Fannie Mae et Freddie Mac pour environ 1,8 trillions.Il s’agit, bien sûr, des conséquences d’une politique monétaire historiquement accommodante qui a conduit la Fed à intervenir massivement sur le marché obligataire. Très schématiquement : la Fed a créé des dollars ex-nihilo, ce qui ne lui coûte presque rien, et c’est servi de la monnaie ainsi créée pour racheter massivement les obligations qui se trouvent aujourd’hui sur son bilan. L’objectif, naturellement, étant de faire baisser les taux et ainsi — du moins…