Accéder au contenu principal

Les chemises noires de la revolución

Squadrismo désigne les milices caractéristiques du fascisme italien qui ont donné naissance aux sinistres Milizia Volontaria per la Sicurezza Nazionale, les « chemises noires », connues pour avoir été les bras armés officieux du régime de Mussolini. Officieux seulement parce qu’officiellement, la Parti national fasciste n’avait aucune relation avec ces organisations paramilitaires qui opéraient dans la plus parfaite illégalité ; n’hésitant pas à agresser, torturer et assassiner ceux qui avaient le malheur de s’opposer au futur Duce. À la matraque et à l’huile de ricin, ce sont les chemises moires qui ont porté Mussolini au pouvoir, de la même manière que les chemises brunes — les Sturmabteilung de Ernst Röhm — ont permis à Adolf Hitler de régner en maître dans les rues allemandes.

Les chemises, donc qu’elles soient noires ou brunes étaient, pour reprendre la définition de Carlos Raúl Hernández, des « groupes paramilitaires, des mécanismes répressifs qui ne compromettent pas le gouvernement devant l’opinion internationale. » À ceci près que les groupes paramilitaires qu’évoque ce docteur en sociologie de l’Université centrale du Venezuela ne sont ni italiens ni allemands : ce sont les colectivos, les gardiens du chavisme, ces organisations paramilitaires qui ont juré de défendre coûte que coûte la révolution bolivarienne mais n’ont — officiellement — aucun lien avec le gouvernement de Caracas.

Parmi les plus éminentes, on trouve les Tupamaros — officiellement le chapitre vénézuélien du Movimiento Revolucionario Tupac Amarú (MRTA) — qui soutiennent le processus révolutionnaire depuis les coups d’États ratés de 1992. À leur tête, Alberto « El Chino » Carias, une espèce de molosse qui n’aime rien de mieux que de poser un fusil d’assaut à la main, jure qu’il n’agît que de sa propre initiative même s’il dispose d’un bureau personnel dans le bâtiment de la Commission des sciences et de la technologie (juste à côté du Parlement).

Alberto « El Chino » Carias

Le comandante « Murachi » des Carapaicas et leurs petits camarades des Piedritas, deux autres groupes de colectivos, ne disent d’ailleurs rien d’autre : cagoulés, vêtus de treillis militaires et lourdement armés, tous revendiquent leur totale indépendance et jurent — dans le même mouvement — de défendre le gouvernement Maduro jusqu’à la mort — quitte à avoir recours à des actions « illégales et violentes ».

Mais n’allez pas croire, chers lecteurs, qu’ils soient pour quoi que ce soit dans les violences de cette dernière quinzaine de jours. Si « El Chino » reconnait volontiers que les Tupamaros étaient bien dans la rue pour protéger la révolution contre les hordes d’étudiants fascistes qui menacent la démocratie, il jure que son joyeux groupe de boyscouts n’avaient, à ce moment-là, aucune arme et n’a donc pas pu s’en servir.

Par ailleurs, il serait sans doute mal à propos de se demander pourquoi ces pacifiques gardiens de la révolution semblent jouir d’une totale impunité auprès des tribunaux de la république bolivarienne du Venezuela. Nous ne nous demanderons pas non plus comment ils se procurent des armes de guerre (sagement rangées en lieu sûr, cela va de soi) dans un pays où la pénurie de dollars vide irrémédiablement les étals des magasins. Enfin, il est sans doute déplacé de s’interroger sur l’identité de ces motards que l’on voit un peu partout sur les vidéos chevaucher leur machines rutilantes (et d’un bleue si uniforme qu’on croirait presque à une commande groupée) en tirant les (méchants) étudiants comme des lapins (armés jusqu’aux dents).

Comme ils disaient, « no pasarán ! »

Commentaires

  1. Alain Briens21/02/2014 12:26

    Bonjour Guillaume, et merci de cet éclairage intéressant sur le paradis socialiste vénézuélien. Il est dommage que vous ne fassiez plus profiter les lecteurs de "Causeur" de vos analyses, car si sur les sujets de société un pluralisme de bon aloi est de mise, en ce qui concerne les thèmes économiques, c'est haro sur la mondialisation à longueur de colonne. Sur la révolution bolivarienne, un autre article intéressant sur Atlantico :
    http://www.atlantico.fr/decryptage/venezuela-et-argentine-en-disent-long-france-h16-988870.html

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Pro Macron - lettre ouverte à mes amis libéraux

Pardon pour cette platitude mais le succès d’Emmanuel Macron c’est avant tout l’expression d’un désir de renouvellement de notre classe politique. Je ne crois pas, si vous me permettez cette hypothèse personnelle, que la plupart de ses électeurs aient voté pour son programme et je suis même convaincu que très peu l’ont lu. Emmanuel Macron est avant tout l’incarnation de ce que nombre de nos concitoyens attendent : une nouvelle tête — un candidat dont les débuts en politiques n’ont pas été photographiés en noir et blanc [1] — et, à tort ou à raison, une rupture avec le système politique hérité de la Libération.Et c’est précisément ça qui a, je crois, tué la candidature de François Fillon. Face à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, lors de la primaire, il pouvait aisément passer pour le candidat du renouvellement de la droite et ce, d’autant plus qu’il tenait à l’époque un discours très libéral au regard de ce à quoi nous sommes habitués de la part des Républicains [2]. Seulement voilà : no…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…