Accéder au contenu principal

Le nombre de Dunbar

Selon Robin Dunbar, la taille de notre néocortex limite le nombre de personnes avec lesquelles nous pouvons entretenir une relation stable à (environ) 150 individus. Trivialement, ça signifie que ceux d’entre nous qui ont plus de 150 « amis » sur Facebook ne connaissent pas vraiment, ou n’ont pas de relations suivies avec, une proportion significative desdits amis.

Une conséquence plus pratique de la théorie de Dunbar, c’est que plus la taille d’un groupe humain augmente, plus les coûts afférents au maintien de sa cohésion interne — coordination, communication, fête du village, stage de base-jumping en entreprise… — augmentent. Selon les estimations de l’anthropologue, basées sur des communautés humaines composées d’individus qui ont de très fortes incitations personnelles à rester groupés [1], il semble que dès ce seuil de 150 individus les efforts nécessaires à maintenir la cohésion du groupe consomment, à eux seuls, 42% du temps de travail.

Augmentez la taille du groupe et il ne vous reste plus que trois méthodes pour tenter de maintenir un semblant de cohésion : y consacrer un temps considérable (sous forme de « communication interne »), créer des incitations individuelles (i.e. la méthode libérale) ou utiliser la contrainte (i.e. la méthode socialiste).

Considérez maintenant l’hypothèse communiste, une société dans laquelle, de leur plein grès, tous les membres coordonnent leurs efforts afin d’atteindre une sorte d’optimum de Pareto, « l’intérêt général », sur lequel ils s’accordent tous. L’existence même de cette société repose sur l’idée selon laquelle il est possible d’atteindre cet optimum sans coercition ni incitations individuelles et le projet communiste consiste à instaurer cet ordre social à grande échelle.

Que savons-nous objectivement de toutes les tentatives d’avènement du communisme ?

(i) C’est un type de société qui a fonctionné et fonctionne sans doute encore sur de petites populations — de la taille d’un clan — mais qui n’a jamais pu être mise en œuvre à grande échelle.

(ii) Toutes les tentatives à grande échelle se sont caractérisées par d’immenses efforts de propagande interne (grands rassemblement, embrigadement des jeunes, campagnes d’affichages etc.)

(iii) Toutes les tentatives à grande échelle ont systématiquement dégénéré en états totalitaires. Par totalitaire, on entend une forme de dictature qui cherche à modeler les pensées de ses sujets.

Très clairement, tout ce passe comme si la limite du communisme était le nombre de Dunbar. C’est-à-dire qu’au-delà d’une petite communauté dans laquelle la cohésion du groupe est relativement peu coûteuse à obtenir, le projet communiste se heurte systématiquement au même écueil : coordonner les efforts d’une large population sans coercition ni incitations individuelles.

---
[1] Village de subsistance, unités militaires (les centuries romaines) etc.

Ce papier doit plus que beaucoup à Fanfan qui m’en a soufflé l’idée.

---
Addendum (2014-02-14) :

Un exemple concret de communautés qui pratiquent une forme de communisme, ce sont les huttériens, un mouvement chrétien anabaptiste né au XVIe dans le Tyrol mais qui est aujourd’hui essentiellement présent au Canada et aux États-Unis.

D’après Wikipédia, on compte environ 465 colonies huttériennes composées chacune de 60 à 150 personnes. Au-delà de 150 membres, les huttériens estiment qu’il devient impossible de maintenir la cohésion de la colonie et ont donc pour habitude de la séparer en deux en créant une colonie « sœur ».

Commentaires

  1. Tres intéressants ces deux derniers articles, merci !

    RépondreSupprimer
  2. Oui on sait que la démocratie est faisable jusqu'à 150. Au-dela s'instaure un
    quelconque totalitarisme. Le système du clan comme finalité?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…

Non, Salvador Allende n’était pas « sur le point de réussir »

Au centre, Allende et Brezhnev, le 11/12/1972 à Moscou.Parmi les nombreuses tartes à la crème qu’on voit circuler sur les Internets, il y a l’idée prégnante et manifestement reçue par beaucoup selon laquelle Salvador Allende était « sur le point de réussir » quand la CIA l’a remplacé par la junte d’Augusto Pinochet. Non. À moins que par « réussir » vous entendiez « réussir à instaurer une dictature » à la mode cubaine ou soviétique, rien n’est plus faux. Un rapide retour sur ces trois années s'impose.Lorsque Salvador Allende, candidat d’une coalition qui regroupait presque tous les partis de gauche du Chili, arrive premier à l’élection présidentielle du 4 septembre 1970 avec 36.2% des voix, il n’est pas pour autant élu. En effet, la constitution chilienne de l’époque voulait que si aucun candidat n’emportait la majorité des suffrages, les deux premiers seraient départagés par un vote du Congrès. Allende devait donc convaincre les parlementaires chiliens de lui apporter leurs suffr…