Accéder au contenu principal

Sa Majesté change de maîtresse !

« — Grande nouvelle ! Le roi a congédié madame de Mailly, pour prendre sa sœur madame de la Tournelle. Cela s’est passé avec une dureté inconcevable de la part du roi très-chrétien. C’est la sœur qui fait chasser la sœur ; elle exige son exil, et cette troisième sœur, prise pour maîtresse, fait croire à bien des gens que la seconde, madame de Vintimille, y a passé. »
— Argenson, Journal (5 novembre 1742).

En effet, le marquis ne se trompe pas : madame de Vintimille y a bien passé au même titre que trois autres de ses sœurs. Dans l’ordre d’apparition dans le lit de Louis XV, c’est madame de Mailly [1] qui avait ouvert le bal avant d’être évincée temporairement par madame de Vintimille [2] puis, par la duchesse de Lauraguais [3] et enfin, en ce début du mois de novembre 1742, par madame de la Tournelle [4]. Des cinq sœurs de Nesle, seule Hortense-Félicité n’aura jamais eu l’honneur de satisfaire l’appétit royal de Louis de France, quinzième du nom.

« Tu m’ennuies, j’aime ta sœur. » C’est ainsi que le roi aurait congédié madame de Mailly lorsqu’il prit la décision de la remplacer par madame de la Tournelle. C’est le premier acte de « dureté inconcevable » qu’évoque le marquis, juste avant que Louis ne chasse sa plus fidèle maîtresse de la cour – pour la deuxième fois. Louis XV n’était certes pas un gentleman. mais il était encore moins un homme fidèle.

Pourtant, la situation du royaume ne prête guère à la gaudriole. Voilà déjà quelques années que le peuple, surtout dans les campagnes, crève littéralement de faim. La France, dit une épigramme célèbre de l’époque, « est un malade que, depuis cent ans, trois médecins de rouge vêtus ont successivement traité. Le premier (Richelieu) l’a saigné ; le second (Mazarin) l’a purgé, et le troisième (Fleury) l’a mis à la diète. » Il y a déjà plus de deux ans, le duc d’Orléans, déposant un pain de fougère [5] sur la table du roi, avertissait : « Sire, voilà de quoi vos sujets se nourrissent. » Que fît le roi très-chrétien ? Eh bien, mon Dieu, rien.

Il faut dire que le Louis le quinzième a bien mieux à faire que de s’intéresser aux affaires du royaume. Son Éternité [6] est là pour ça, du moins en principe. Lorsqu’il n’est pas occupé à s’organiser des jeux de piste pour aller voir ses maîtresses (véridique) ou à les emmener assister au rut des cerfs dans la forêt de Fontainebleau (idem), Louis XV trouve encore à s’occuper avec à peu près n’importe quoi. En janvier 1741, par exemple, il voulu se mettre à la tapisserie pour fabriquer des sièges et ce fût un chef d’œuvre de courtisan que de parvenir à ramener tout ce qu’il fallait de Paris à Versailles en à peine deux heures et quinze minutes. À cette occasion, alors que la misère était partout effroyable, que les caisses du royaume était désespérément vides et que les créanciers fermaient leurs portes, un courtisan ne trouva rien de mieux à dire que « Sire, le feu roi n’entreprenait jamais deux sièges à la fois, et voilà que Votre Majesté en commence quatre. »

Bref, entre deux bons mots, Sa Majesté change de maîtresse.

---
[1] Louise Julie de Mailly-Nesle, comtesse de Mailly, est l’aînée de la fratrie.
[2] Pauline Félicité de Mailly-Nesle, comtesse de Vintimille, qui n’hésitera pas à faire chasser sa sœur aînée de la cour.
[3] Diane Adélaïde de Mailly-Nesle, duchesse de Lauraguais, qui, à propos du duc de Lauraguais, disait : « mon mari m’a tellement trompée que je ne suis même pas sûre d’être la mère de mes propres enfants. »
[4] Marie-Anne de Mailly-Nesle, marquise de La Tournelle, est la benjamine des cinq.
[5] Jusqu’au XIXe, le rhizome de la fougère-aigle ou grande gougère (pteridium aquilinum) a été utilisé pour en tirer de la farine en cas de disette. Le pain de fougère comptait au nombre des « nourritures immondes » aux cotés des cadavres d’animaux déterrés et du marc de raisin (bon appétit !).
[6] Le cardinal de Fleury, surnommé « Son Éternité » pour son exceptionnelle et très irritante longévité.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le marché des actions US est-il si cher que ça ?

Avec un Price-to-Earnings Ratio (cours sur bénéfices nets) désormais nettement supérieur à 20, le marché des actions américaines apparaît désormais très cher et même, selon nombre de commentateurs, trop chers. Cela fait plusieurs mois que le mot en B (« bulle ») a été prononcé [1] et force est de reconnaître que, sur la seule base de ce ratio, c’est effectivement le cas. Néanmoins, un rapide retour sur la théorie de la valorisation donne un éclairage tout à fait différent.Si le PER est un ratio très couramment utilisé sur les marchés, les chercheurs qui s’intéressent à la valorisation des actions utilisent plus volontiers son inverse : le Earnings Yield. En notant $E$ le niveau actuel des bénéfices nets et $P$ le prix du marché, le Earnings Yield s’écrit simplement : $$\frac{E}{P} $$ C’est donc la même mesure mais exprimée sous forme de taux plutôt que de ratio. Si nous utilisons plus volontiers cette présentation c’est que, contrairement au PER, elle a une signification très précis…

Les prix « avant l’euro »

(J’ai l’intention de compléter cet article au fur et à mesure. Si vous avez des prix à proposer (avec des sources crédibles), n’hésitez pas à le me suggérer dans les commentaires.)L’euro a été introduit en deux temps. La première étape a eu lieu le 1er janvier 1999 à minuit, quand le taux de change irrévocable des différentes monnaies nationales par rapport à l’euro a été fixé définitivement — soit, pour ce qui nous concerne, 1 euro = 6.55957 francs. La seconde étape, l’introduction des pièces et billets en euro, s’est étalée sur un mois et demi : du 1er janvier 2002 au 17 février 2002 ; date à laquelle les espèces en franc ont été privées du cours légal [1] — c’est-à-dire qu’il était interdit de les utiliser ou de les accepter en règlement d’une transaction.SalairesÀ compter du 1er juillet 2000, le SMIC horaire brut était fixé à 42.02 francs soit, pour avec une durée légale du travail de 39 heures par semaine (169 heures par mois), 7 101.38 francs bruts par mois. Le 1er juillet 2001,…