Accéder au contenu principal

Sauvez les mômes

Il y a bientôt quatorze ans, je devenais papa pour la première fois. J’en ai trois aujourd’hui et, d’un commun accord avec mon épouse, nous allons en rester là. Une chose que la paternité a profondément changé en moi, au-delà des nuits en pointillés et miettes sur le canapé, c’est que je ne supporte plus l’idée même qu’il puisse arriver quelque chose de mauvais à un gamin. C’est devenu viscéral.

J’en ai pris conscience il y a quelques années, alors que je regardais un très mauvais film-catastrophe : un terrible virus ravage le monde et un jeune couple de parents australiens, comprenant que ni eux ni leur petite fille n’y échapperont, décident de mettre fin à leurs jours pour échapper au fléau. Papa et maman font boire à leur petite fille le poison, le boivent à leur tour et ils s’allongent tous ensemble.

J’en ai chialé.

Je vous prie de croire que ce film était un véritable navet mais c’est ce navet qui m’a fait prendre conscience de ce que la paternité avait changé en moi. Ne touchez pas aux gamins ! Jamais et sous aucun prétexte ! Je jure d’étriper à mains nues celui qui le fera.

Et là, vous tombez sur cette photo :

La photo d’un gamin – de quoi ? 4 ans ? – qui fait la sieste dans une fabrique de briques en Afghanistan. Une photo reprise un peu partout sur internet pour dénoncer le travail des enfants.

Si vous n’avez pas, en voyant cette image, l’envie irrépressible de le prendre dans vos bras, de le réveiller doucement, de le ramener avec vous et de lui offrir les mêmes chances que celles qu’ont vos propres enfants alors, laissez-moi vous dire une bonne chose : vous êtes une infâme saloperie et vous ne méritez que mon mépris.

J’aimerai prendre ce gamin dans mes bras. J’aimerai lui offrir une vie meilleure, des études, des cadeaux à Noël, des vacances et une enfance aussi heureuse et insouciante que la mienne l’a été. Mais voilà le problème : des gamins comme lui, il y en a encore des centaines de millions et pour un que je peux aider, ce sont donc des centaines de millions d’autres qui continueront à faire leur sieste sur le bord d’une brouette avant de reprendre le travail.

Voilà ce qu’il y a de plus dur à avaler : on ne peut pas. Nous ne pouvons pas, ni vous ni moi, aller chercher tous ces enfants et leur offrir une vie meilleure. Cette vie, ils vont devoir la construire eux-mêmes, ils vont devoir la souhaiter pour leurs propres enfants de la même manière que nos ancêtres l’ont fait pour nous. Ça prendra du temps, la route sera longue et dure mais si l’histoire du siècle écoulé doit nous apprendre quelque chose, c’est que c’est possible. En quelques décennies, ce capitalisme mondialisé, universellement décrié par les crétins qui nous gouvernement ou prétendent le faire, a très factuellement permis le plus gigantesque enrichissement de l’espèce humaine de toute l’histoire : ce ne sont pas les luttes sociales qui ont sorti des millions de gamins de la misère, c’est l’économie de marché et la croissance qu’elle génère.

Et oui, c’est passé notamment par le travail de gamin comme celui-ci dans les usines de Nike. Ce que nos bienpensants médiatique, confortablement installés dans leurs fauteuil-club parisiens, n’ont jamais compris et ne comprendront sans doute jamais c’est que pour ces gosses, l’alternative se résume à deux options : c’est ça ou la misère, la faim et la mort – et encore, je vous passe la prostitution. Ce gosse – et croyez bien que n’éprouve aucun plaisir à écrire ça – va certainement travailler encore de longues années dans cette fabrique de brique. Avec un peu de chance, l’Afghanistan cessera d’être gouverné par des imbéciles obscurantistes, il gagnera sa vie, il se mariera et il aura des enfants qu’il enverra à l’école en leur racontant ce que sa propre enfance a été, la chance qu’ils ont de vivre dans pays enfin sorti de cette crasse moyenâgeuse – ou socialiste – et toutes les promesses que leur offre la vie.

Regardez bien cette photo et posez-vous cette simple question : qu’est-ce qui, au cours des dernières décennies, a vraiment fonctionné et qu’est-ce qui a totalement échoué ? Regardez ce gosse et dites-moi en conscience que les gamins chinois d’aujourd’hui ne vivent pas mieux que leurs parents. Regardez la boue sur ses mains et expliquez-moi que vos politiques d’aides publiques ont servir à autre chose qu’à financer l’hôtel particulier parisien du dictateur local. Regardez ce gamin et osez me dire – les yeux dans les yeux – que ces politiques protectionnistes pour lesquelles vous votez n’auront pas d’incidence sur sa vie.

Vous aurez beau vous cacher derrière vos grands discours et vos théories fumeuses, la réalité vous rattrapera un jour ou l’autre. Lorsque vous aurez fermé nos frontières pour donner quelques années de plus à votre sacrosaint modèle social, n’oubliez pas de penser à ce gosse : oui, grâce à vous il ne travaillera plus à l’usine et pour cause, il sera peut-être déjà mort.

Commentaires

  1. Bravo, Attention vous risquez gros. Critiquer la gauche de nos jours c'est dangereux! vous devez éteeun "faschiste" ou pire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Serait-ce plus dangereux que d''avoir comme seul "argumentaire" l'instrumentalisation d'enfants maltraités ?
      J'ose espérer que la critique de la gauche peut se dispenser de procédés aussi bas.

      Supprimer
  2. Il semblerait que Sarkozy ne se prive pas lui non plus d'évoquer le protectionnisme quand bon lui semble...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolument. C'était même un de ses grands thèmes de campagne de 2012.

      Supprimer
  3. J´ai trouvé un bon débat avec Lenglet le protectioniste et Madelin plus Messerlin les libéraux: http://blog.turgot.org/index.php?post/Lenglet-Madelin-Mondialisation

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…

Non, Salvador Allende n’était pas « sur le point de réussir »

Au centre, Allende et Brezhnev, le 11/12/1972 à Moscou.Parmi les nombreuses tartes à la crème qu’on voit circuler sur les Internets, il y a l’idée prégnante et manifestement reçue par beaucoup selon laquelle Salvador Allende était « sur le point de réussir » quand la CIA l’a remplacé par la junte d’Augusto Pinochet. Non. À moins que par « réussir » vous entendiez « réussir à instaurer une dictature » à la mode cubaine ou soviétique, rien n’est plus faux. Un rapide retour sur ces trois années s'impose.Lorsque Salvador Allende, candidat d’une coalition qui regroupait presque tous les partis de gauche du Chili, arrive premier à l’élection présidentielle du 4 septembre 1970 avec 36.2% des voix, il n’est pas pour autant élu. En effet, la constitution chilienne de l’époque voulait que si aucun candidat n’emportait la majorité des suffrages, les deux premiers seraient départagés par un vote du Congrès. Allende devait donc convaincre les parlementaires chiliens de lui apporter leurs suffr…