Accéder au contenu principal

Brisons le thermomètre !

Réponse à Jérôme Leroy.

Il va de soi que si l’Éducation Nationale d’État n’est plus capable d’enseigner les rudiments les plus élémentaires de lecture et de mathématiques aux gamins qui lui sont confiés, c’est à cause de la mondialisation néo ou ultralibérale (au choix). Un monopole d’État, gratuit comme tout ce qui est financé par l’impôt (c’est-à-dire pas du tout gratuit) et, qui plus est, obligatoire : c’est la marque évidente d’un libéralisme débridé et si ça ne fonctionne pas, si ça ne produit que des générations entières d’illettrés, c’est sûr, c’est encore un échec à mettre sur le compte de la mondialisation ultralibérale. Marine le Pen, d’ailleurs, ne dit pas autre chose quand elle affirme que – je cite – la « mondialisation ultralibérale défait l’école de la République. »

Alors bien sûr, quand un odieux classement apatride, mondialisé et donc ultralibéral vient nous confirmer ce que tous les parents dignes de ce nom savent déjà, à savoir que le monstre technocratique (mais néolibéral) est à l’agonie, cela ne peut être qu’une manœuvre sournoise du complot qui vise à transformer nos chères têtes blondes en consommateurs aveugles et en esclaves consentant de la dictature libérale (sic). C’est l’évidence même : les fonctionnaires de l’OCDE qui produisent cette enquête PISA n’ont de de cesse que de se livrer à un french bashing éhonté.

Qu’on se le dise, qu’on le répète et qu’on livre celles et ceux qui osent dire le contraire à Manu-le-chimique : si le classement moyen des élèves de l’Éducation Nationale d’État s’enfonce un peu plus tous les trois ans, c’est que le classement est mal fait, qu’il est partial, idéologique et, par voie de conséquence, ne mérite que notre mépris le plus profond ! C’est ailleurs à ça qu’on reconnait les classements idéologiquement manipulés : ils disent du mal de ce que Jérôme Leroy et Marine le Pen trouvent formidable.

Nos gamins sont illettrés ? Oui, mais ils sont égaux devant l’illettrisme et ça, pardon, ça n’est pas pris en compte par PISA. Comment ? Notre système est inégalitaire dites-vous ? Calomnie ! Et quand bien même : ils seraient égaux devant l’inégalité et, ça non plus, n’est pas mesuré par PISA ! Cachez donc ces chiffres (néolibéraux) que nous ne saurions voir ! Brisez ce thermomètre idéologiquement biaisé qui ose dire qu’il gèle quand les détenteurs de vérité révélées savent que le temps et radieux !

Vous avez bien raison, mon cher Jérôme, de vous insurger contre cette odieuse ingérence de la finance mondialisée dans notre système républicain : encore une ou deux générations d’imbéciles incultes et les futurs citoyens de ce pays voterons en masse pour vos amis – à moins, bien sûr, que ce ne soit pour ceux de Marine le Pen mais après tout, quelle différence cela peut-il faire.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le salaire minimum à 15 dollars de Seattle

En général, la (fonction de densité de la) distribution des salaires ressemble à quelque chose comme ça : C’est-à-dire que relativement peu de gens touchent des salaires très bas (à gauche de la distribution), la plupart perçoivent un salaire proche du salaire médian (au milieu) et, plus on monte dans l’échelle des rémunérations (vers la droite), plus ça devient rare. Sur un graphique de ce type, le P.-D.G. d'une société du CAC 40 ou un joueur international de football se promènent à quelques dizaines de centimètres à droite de votre écran mais ces cas sont si exceptionnels que le trait bleu est invisible à l’œil nu.Le point MinW indique le niveau du salaire minimum légal. À gauche de ce point, en rouge, vous trouvez toutes les personnes dont le travail vaut moins que le salaire minimum. Typiquement, ce sont des gens peu qualifiés, peu expérimentés et même souvent les deux. C’est-à-dire qu’étant donné le niveau du salaire minimum, ces gens-là sont tout simplement inemployables. C&#…

Un garçon qui n’a jamais eu de métier

Jean-Luc Mélenchon fait ses premières armes en politique à Lons-le-Saunier, en mai 1968. À cette époque il n’est que lycéen — en première littéraire — mais c’est lui, racontent ses anciens camarades de classe, qui va importer les évènements parisiens dans son Jura d’adoption. C’est lors de cette première expérience politique qu’il va réaliser son indiscutable talent d’orateur et se familiariser avec la pensée d’extrême gauche et notamment Karl Marx qui devient son livre de chevet en terminale. Il passe son bac en 1969 et s’inscrit à la faculté des lettres de l’université de Besançon pour y étudier la philosophie.Sitôt inscrit, le jeune Mélenchon se rapproche de l’UNEF et déserte les amphis pour se consacrer au militantisme. Il parviendra quand même à obtenir sa licence en 1972 mais ne poussera pas ses études plus loin : la même année, il rentre formellement en politique en rejoignant l’Organisation Communiste Internationaliste (OCI), une organisation trotskyste de tendance lambertiste…