Accéder au contenu principal

L’économie du cartel

Quand plusieurs entreprises se mettent d’accord pour éviter de se faire concurrence entre elles – accord sur les prix, la qualité… – on appelle ça un cartel. La logique économique qui préside à la signature de cet accord, c’est qu’en instaurant des règles qui limitent la concurrences entre elles, ces entreprises peuvent augmenter leurs marges sans risquer de réduire leurs ventes ; c’est-à-dire qu’elles peuvent faire plus de profits sans améliorer leurs offres.

Mais les cartels ont deux grandes faiblesses.

Le premier, c’est le dilemme du prisonnier : à chaque instant, chacun des membres du cartel a intérêt à trahir les autres. S’ils se sont mis d’accord sur les prix, il a tout intérêt à trahir en baissant unilatéralement les siens pour rafler des parts de marché. S’ils se sont mis d’accord sur une standard de qualité (i.e. obsolescence plus ou moins programmée), il a tout intérêt à trahir en améliorant ses produits et en dénigrant ses concurrents. C’est pour cette raison que, dans les faits, peu de cartels se forment : tous savent que si l’un d’entre eux trahi, ils y laisseront des plumes.

Mais admettons qu’un cartel voit le jour et que, pour une raison ou une autre, aucun des membres du cartel ne cède à la tentation.

Il reste un autre danger : le nouvel arrivant. Celui-là n’a pas signé l’accord et, parce qu’il a étudié le marché, sait qu’il peut produire pour moins cher et/ou de meilleure qualité. Bien sûr, sa marge ne sera pas aussi élevée que celles des membres du cartel mais, en leur sifflant leurs clients, il peut tout de même réaliser de confortables bénéfices. C’est pour cette raison que les quelques cartels durables dont l’existence est avérée (le Cartel Phœbus par exemple) ont fini par exploser : parce qu’un petit malin est venu rafler le magot.

Bien sûr, les membres du cartel ont toutes les meilleures raisons du monde de protéger leur pré carré. Lorsqu’un nouvel arrivant se présente, ils font en général feu de tout bois pour lui mettre des bâtons dans les roues ; il y a, pour ce faire, trois méthodes :

(i) Les membres du cartel font appel à quelques gros bras, des types peu recommandables, pour rendre une petite visite au nouvel arrivant sur le thème « nous savons où tu habites ». C’est pour éviter ce genre de choses que nous avons besoin d’une justice et d’une police : pour interdire l’usage de la violence ou de la menace (principe de non-agression) ;

(ii) Les membres du cartel s’allient pour faire faire faillite au nouvel arrivant. Typiquement, on appelle les fournisseurs et les distributeurs et/ou on vend à perte jusqu’à ce qu’il lâche l’éponge. Seulement voilà : tout cela coûte très cher et, à un moment ou un autre, on finit par réaliser que l’entretient du cartel coûte plus cher que ce qu’il rapporte ; c’est ce qui est arrivé au cartel de De Beers ;

(iii) Les membres du cartel, faisant valoir l’« intérêt général », en appellent aux pouvoir publics pour écarter l’indésirable. Cette méthode présente le double avantage d’être peu onéreuse (un peu de lobbying, quelques bakchichs…) et d’être d’une redoutable efficacité : raisons pour lesquelles c’est la plus usitée. Pour faire tomber le cartel, il n’y a pas d’autre moyen que de convaincre les pouvoirs publics – et donc, dans une démocratie, les électeurs – de sa nocivité ; ce qui peut, expérience de Free Mobile à l’appui, prendre un certain temps.

En conclusion, si nous voulons éviter la formation de cartels, nous avons besoin (a) d’un État qui assume pleinement ses fonctions régaliennes en protégeant, notamment, les droits des nouveaux arrivants et (b) d’un État strictement limité à ses fonctions régaliennes qui, notamment, ne se mêle pas d’économie. Dans l’option inverse (non-a et non-b), soyez certains que vous aurez des cartels et qu’un certain nombre d’individus – ceux qui ont l’oreille des puissants – sauront se constituer de considérables fortunes à vos dépens.

Commentaires

  1. Ce qui arrive avec la cigarette électronique ressemble beaucoup à cette description : les industries du tabac et du substitut nicotinique voient d'un mauvais oeil l'arrivée des cigarettes électroniques... Le nombre de fumeurs baisse enfin, alors qu'il était stable depuis des années.
    Comme ils n'ont pas un seul adversaire mais une multitude, on en appelle aux pouvoirs publiques, pour limiter l'hémorragie. Si la cigarette électronique devient un médicament (après que les pouvoirs publiques aient affirmé qu'elle n'avait pas d'effet sur l'arrêt de la cigarette), les seuls qui auront les moyens de se payer une AMM seront les gros industriels (cigarettiers ou pharmacie), certainement pas les vendeurs de ces produits.
    Les anciens fumeurs pourront dès lors reprendre leur consommation de cigarettes bien toxiques, avec l'aval de l'état (qui ne mérite aucune majuscule dans cette histoire).

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le prix des sardines quand les pêcheurs ont des téléphones

Soit deux petits villages de pêcheurs de sardines du sud de l’Inde. Chaque nuit, les pêcheurs de chaque bourg partent jeter leurs filets en mer et, le matin venu, ils vendent leurs prises sur la plage à la population de leurs villages respectifs. Parce qu’ils sont relativement distants l’un de l’autre et ne disposent pas de moyens de communication rapide, nos villages vivent en autarcie. C’est-à-dire que leurs habitants n’achètent de sardines qu’aux pêcheurs de leur propre village qui, symétriquement, n’en vendent à personne d’autre qu’à leurs concitoyens.Dans l’état actuel des choses, donc, la ration quotidienne de protéines des habitants de nos villages dépend exclusivement de leurs pêcheurs respectifs. Si la pêche est fructueuse, il est probable que les sardines seront bradées au marché du matin et il n’est pas impossible que les pêcheurs se retrouvent même avec des invendus — c’est-à-dire des poissons bons à jeter. Si, au contraire, la pêche de la nuit a été mauvaise, vous pouvez …

Le paradoxe des oignons

Cette fois-ci, c’est l’inénarrable Paul Jorion qui s’y colle dans un article publié le 26 septembre 2013 sur challenges.fr : « il faut, nous assène l’histrion médiatique, supprimer la spéculation. »Nous-y revoilà. C’est une antique tradition. Déjà, sous l’Ancien Régime, on avait coutume de faire porter le chapeau des aléas climatiques et des politiques imbéciles aux accapareurs ; aujourd’hui, force est de constater que rien n’a changé et qu’on trouve toujours, à la barre du tribunal révolutionnaire, un accusateur public prêt à dénoncer les méfaits des spéculateurs. Si les prix montent, qu’on les pende ; si les prix baissent, qu’on promène leur tête au bout d’une pique ! Au royaume du mensonge, la dénonciation de l’ennemi du peuple tient toujours lieu de pensée.Plutôt que de rentrer dans un débat théorique, je vous propose une approche purement expérimentale, une vérification empirique qui, si elle ne satisfait sans doute pas les conditions requises sur une paillasse – c’est le lot com…