Accéder au contenu principal

Marseille 1.0, Gyptis et Protis

Sur la fondation mythique de Marseille, nous disposons de deux sources qui citent des originaux aujourd’hui disparus : d’une part, un extrait de la Constitution des Massaliotes d’Aristote cité par Athénée dans ses Deipnosophistes (livre XIII) et, d’autre part, un extrait des Histoires philippiques de Trogue Pompée, proposé par Justin dans son Abrégé des histoires philippiques (livre XLIII). À l’exception de quelques détails secondaires, les deux récits coïncident remarquablement. Synthèse :

Contraints par l’exiguïté et la faible fertilité de leurs terres ioniennes, les Phocéens se sont tournés très tôt vers les activités maritimes – pêche, commerce et piraterie – à tel point qu’ils devinrent, selon Hérodote, les premiers grecs à se lancer dans de longs périples maritimes. Ainsi, précise Trogue Pompée, les navigateurs Phocéens avaient même osé naviguer « en direction du rivage ultime de l’Océan » (c’est-à-dire les colonnes d’Hercule) ; fait lui aussi confirmé par Hérodote qui rapporte l’émerveillement du roi de Tartessos (en Andalousie) devant leur savoir-faire maritime. C’est à l’occasion de ce cabotage, sans doute, que les navigateurs Phocéens repèrent les lieux – et peut être même la calanque du Lacydon – et envisagèrent d’y fonder une colonie. De retour à Phocée, nous raconte Trogue Pompée, ils parviennent à convaincre certains de leurs compatriotes qui formèrent à cet effet une flotte dirigée par Simos et Protis.

De retour sur zone, non sans, nous dit Trogue Pompée, avoir signé un traité d’amitié avec les Romains du roi Tarquin [1], les commerçants Phocéens cherchent à obtenir la bénédiction de Nanus (ou Nannos), roi des Ségobriges [2], pour s’installer en terres Ligures. Or, le jour même où le roi accède à la demande d’audience des grecs et reçoit Protis (Aristote le nome Euxène [3]), il se trouve qu’il s’apprête à célébrer les noces de sa fille Gyptis (Petta selon Aristote). La coutume Ségobridge, confirment les deux auteurs, veut que ce soit la fille du roi qui désigne elle-même son futur époux en lui offrant de l’eau (Aristote évoque du vin mélangé) lors de la cérémonie prévue à cet effet. Mais voilà qu’au moment fatidique, Gyptis/Petta, ignorant ostensiblement ses nombreux prétendants, désigne Protis/Euxène.

Le Grec et la Ligure convolent donc en justes noces avec la bénédiction de Nanus qui, selon Aristote, y voit la volonté des Dieux et qui, d’après Trogue Pompée, s’empresse d’autoriser son beau-fils à fonder sa ville sur la rive nord du Lacydon. Aristote raconte qu’Euxène/Protis renomme son épouse Aristoxène [4] avant qu’elle ne lui offre un fils, Protis, qui donnera son nom à la famille des Protiades ; qui vivent toujours à Massalia confirme le philosophe. Trogue Pompée poursuit encore pour raconter la trahison de Comanus, fils de Nanus, qui tend un piège typiquement troyen aux massaliotes ; piège déjoué grâce – encore ! – à l’amour d’une Ségobridge pour un Grec mais qui explique, selon l’historien gallo-romain, les relations tendues qu’entretiendront encore longtemps les Phocéens et les Ligures.

Bref, Massalia est née.

Trogue Pompée précise que ces évènements ont eu lieu « à l’époque du roi Tarquin » - c’est-à-dire sous le règne dudit – ce qui nous laisse deux possibilités : Tarquin l’Ancien (-616 ; -578) ou Tarquin le Superbe (-534 ; -509). C’est la prise de Phocée par les perses de Cyrus le Grand vers 546 av. J.-C. qui permet de privilégier la première hypothèse. En effet, à partir de cette date, la métropole ionienne a perdu l’essentiel de sa puissance et une grande partie de sa population grecque : il est peu vraisemblable qu’elle ait été en mesure de fonder la moindre colonie sous la domination Achéménide. C’est ce qui permet de dater l’arrivée des premiers colons grecs sur les rives du Lacydon aux environs de l’an 600 av. J.-C.

Assez remarquablement, c’est ce que confirment les archéologues modernes qui ne trouvent aucune trace d’occupation stable des lieux à la fin du VIIe siècle avant J.-C. [5] mais confirment l’existence d’habitations sur la butte Saint-Laurent et peut-être même sur la butte des Moulins au début du VIe siècle. C’est remarquable parce qu’en situant la fondation mythique de Massalia dans un créneau de 38 ans qui se trouve être parfaitement crédible, Trogue Pompée nous laisse à penser que le mythe comporte une part, fût-elle ténue, de vérité.

Notons ici que, lorsque Aristote raconte cette belle histoire, elle est supposée avoir eu lieu il y a déjà plus de deux siècles et notre philosophe n’ayant probablement jamais mis les pieds dans cette partie du monde [6], il utilise sans doute des sources de seconde main. Trogue Pompée, qui a vécu sous Auguste, est un auteur encore plus tardif mais il présente l’avantage d’avoir des origines gauloises – c’est un Voconce de Vaison-la-Romaine – fortement imprégnées de cette culture grecque qui émane, justement, de Marseille. C’est donc ce dernier qui, sans doute, rapporte l’histoire la plus proche du mythe originel : l’exposé d’Aristote est bien plus succinct, les noms d’Euxène et d’Aristoxène relèvent de licence poétique et l’on peut même se demander si la coupe de vin offerte par Gyptis ne relève pas de l’anachronisme [7]. La version du macédonien a donc surtout valeur de confirmation : il utilise probablement une source différente de celle de Trogue Pompée qui, pour l’essentiel, recoupe le discours de ce dernier.

On peut également porter au crédit de Trogue Pompée sa description des enjeux Phocéens qui les conduisent à se tourner vers la mer et à essaimer des comptoirs commerciaux tout au long des côtes nord de la Méditerranée : Hérodote, nous l’avons dit plus haut, comme les historiens modernes confirment largement. Ainsi donc, l’idée selon laquelle des Phocéens, vers l’an 600 avant J.C., seraient parvenus à s’entendre avec les Ligures pour fonder un comptoir dans le Lacydon, ne semble être contestée par personne.

Reste, bien sûr, le mythe de Protis et Gyptis. Si, deux siècles plus tard, Aristote rapporte l’existence de la famille des Protiades, c’est qu’il y a sans doute un Protis (ou un « Protos », un premier) au départ de la dynastie. Est-ce un mythe construit de toute pièce comme pour justifier des intentions pacifiques des grecs, de leur légitimité à Massalia et des différents qui les opposent à leurs voisins Ligures ? C’est, à vrai dire, assez probable tant de telles fables étaient courantes parmi les cités antiques – qu’on songe, pour ne citer que l’exemple le plus célèbre, à Rome.

Ce qui semble en revanche établit c’est qu’à cette première fondation mythique viendra, quelques années plus tard, s’en rajouter une seconde avec la chute de Phocée et l’exil d’une large part de sa population vers 546 avant J.-C. C’est peut être, d’ailleurs, à cet évènement que Strabon se réfère dans sa Géographie (Livre IV) : le passage des Phocéens fuyant les Perses par Éphèse peut tout à fait avoir eu lieu à ce moment puisque cette citée, relativement à l’écart des affaires lydiennes, n’a pas cherché à opposer de résistance à Cyrus II [8].

C’est à partir de ce moment que le comptoir commercial va devenir une véritable cité grecque ; une base avancée de la civilisation hellénistique « battue des flots de la barbarie » (Cicéron) ; d’où, comme toutes les colonies lointaines au travers de l’histoire, son attachement viscéral aux anciennes coutumes, sa posture de citadelle assiégée et son célèbre conservatisme politique.

---
[1] La chronologie est incertaine. Ce qui semble établit, c’est que le traité romano-phocéen a été signé avant la fonction de Massalia.
[2] Tribu celto-ligure.
[3] Ce qui, en grec, signifie « hôte bienvenu ».
[4] En grec, « bonne hôtesse » ; voir note [3].
[5] Ce qui explique sans doute pourquoi les Ligures ont pu se montrer relativement détendus lors de la première installation des grecs.
[6] Et ce, même si Aristote semble très au fait de l’histoire de Massalia comme en témoigne le fait qu’il ait rédigé la Constitution des Massaliotes et utilisé à deux reprise la cité comme exemple dans sa Politique.
[7] Ce sont les massaliotes, justement, qui vont introduire la culture de la vigne et la consommation de vin en Gaule. Les cités étrusques avaient bien commencé à y exporter quelques amphores mais l’absence de ports digne de ce nom sur le territoire Ségobridge ne plaide pas en faveur d’Aristote.
[8] C’est, selon Strabon, l’origine du culte d’Artémis d’Éphèse à Massalia.

Commentaires

  1. Très instructif ! Merci encore pour cette petite revue de l'histoire de Marseille !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le prix des sardines quand les pêcheurs ont des téléphones

Soit deux petits villages de pêcheurs de sardines du sud de l’Inde. Chaque nuit, les pêcheurs de chaque bourg partent jeter leurs filets en mer et, le matin venu, ils vendent leurs prises sur la plage à la population de leurs villages respectifs. Parce qu’ils sont relativement distants l’un de l’autre et ne disposent pas de moyens de communication rapide, nos villages vivent en autarcie. C’est-à-dire que leurs habitants n’achètent de sardines qu’aux pêcheurs de leur propre village qui, symétriquement, n’en vendent à personne d’autre qu’à leurs concitoyens.Dans l’état actuel des choses, donc, la ration quotidienne de protéines des habitants de nos villages dépend exclusivement de leurs pêcheurs respectifs. Si la pêche est fructueuse, il est probable que les sardines seront bradées au marché du matin et il n’est pas impossible que les pêcheurs se retrouvent même avec des invendus — c’est-à-dire des poissons bons à jeter. Si, au contraire, la pêche de la nuit a été mauvaise, vous pouvez …

Le paradoxe des oignons

Cette fois-ci, c’est l’inénarrable Paul Jorion qui s’y colle dans un article publié le 26 septembre 2013 sur challenges.fr : « il faut, nous assène l’histrion médiatique, supprimer la spéculation. »Nous-y revoilà. C’est une antique tradition. Déjà, sous l’Ancien Régime, on avait coutume de faire porter le chapeau des aléas climatiques et des politiques imbéciles aux accapareurs ; aujourd’hui, force est de constater que rien n’a changé et qu’on trouve toujours, à la barre du tribunal révolutionnaire, un accusateur public prêt à dénoncer les méfaits des spéculateurs. Si les prix montent, qu’on les pende ; si les prix baissent, qu’on promène leur tête au bout d’une pique ! Au royaume du mensonge, la dénonciation de l’ennemi du peuple tient toujours lieu de pensée.Plutôt que de rentrer dans un débat théorique, je vous propose une approche purement expérimentale, une vérification empirique qui, si elle ne satisfait sans doute pas les conditions requises sur une paillasse – c’est le lot com…