Accéder au contenu principal

L’île

La première des priorités, c’est de trouver de l’eau potable ou quelque chose qui puisse en tenir lieu. Parce que vous avez fait des études, vous savez qu’un être humain ne peut pas espérer survivre plus de deux semaines sans boire mais aussi, qu’après trois jours, il sera trop faible pour se réhydrater par ses propres moyens. Lorsque vous et vos compagnons êtes arrivés sur l’île, c’est la première chose que vous avez cherché et c’est le principal critère qui a influé sur le choix du lieu où vous avez établit votre campement. Ce n’est qu’après avoir trouvé une source que vous êtes passés à la suite de la liste : de la nourriture, un abri, du feu…

Quand toute la complexité de nos économies modernes et le confort qu’elles nous procurent a disparu, les choses deviennent plus claires. Dès les premières heures sur l’île, vous avez été amenés à reconsidérer complètement ce que vous considériez jusqu’alors comme des richesses. Si ce billet de 50 euros qui était resté dans votre poche vous a été très utile pour allumer votre premier feu, jamais, de toute votre vie, vous n’aviez réalisé à quel point le simple fait de transformer un poisson en liberté dans le lagon en quelque chose de comestible créait de la valeur. Disons que la valeur exprimée en euros d’un poisson écaillé et grillé vient d’exploser.

Le fait est qu’à l’état de nature (comme disaient les anciens), toutes ces choses qui vous permettent de survivre doivent être produites. De la même manière que les poissons ne sautent pas écaillés et grillés dans votre assiette, l’ouverture d’une simple noix de coco, la construction d’un abri capable de vous protéger des intempéries ou la confection de vêtements rudimentaires nécessitent du travail, de l’ingéniosité et parfois même de prendre certains risques. C’est la dure et froide réalité dans toute sa simplicité : bien avant d’être distribuées, ces richesses doivent être produites.

Qui décide ?

Sur l’île, personne n’a le temps de philosopher. Une des règles essentielles de l’amélioration de vos conditions de vie c’est que plus vous travaillez, plus vous produisez de richesses, mieux vous vous portez. C’est aussi simple que ça. De ce principe, découle le fait que toute personne qui ne fait rien, qui reste assise sur la plage en attendant que les autres subviennent à ses besoins, est un poids pour le groupe. C’est dur mais c’est la réalité. Naturellement, lorsque l’un de vos compagnons ne peut matériellement pas participer à l’effort de production, vous êtes enclins à vous montrer solidaires mais le tire-au-flanc, le passager clandestin est un luxe et c’est un luxe que vous ne pouvez pas vous permettre.

Lorsque vous avez commencé à prendre vos marques sur l’île, c’est ce point qui vous a amené à remettre en cause le mode d’organisation communiste qui avait prévalu jusqu’alors. De fait, passées les difficultés du début, un certain nombre de vos compagnons ont eu une nette tendance à se préserver et à compter sur la solidarité du groupe pour assurer leur survie [1]. Par ailleurs, à tort ou à raison, quelques-uns de vos camarades estimaient que la charge de travail n’est pas équitablement répartie et, enfin, se posait inévitablement la question de ce qu’il faut produire et de ce qui relève du superflu. Ces désaccords généraient des tensions au sein du groupe.

Au premier abord, votre réaction fût d’élire un chef à qui incomberait la responsabilité d’organiser la production et la distribution des richesses : d’un mode d’organisation communiste, vous avez évolué vers le socialisme. Mais très vite, vous avez constaté que les passagers clandestins n’avaient pas renoncé à leurs mauvaises habitudes – ils se contentaient de faire semblant de travailler – et que les décisions du chef en matière de production comme de répartition étaient sans cesse contestées. Votre petite communauté réalisa alors que la coercition, loin d’être un accident ou un hasard de l’histoire, était consubstantielle au mode de production socialiste.

Société libre

Il y avait donc un choix de société à faire. Un choix fondamental. Lorsque vous vous êtes réunis pour l’évoquer, il est apparu très clairement que les avis des uns et des autres sur ce qu’il fallait produire et la manière de le répartir étaient irréconciliables. À chaque fois qu’un consensus semblait voir le jour, plusieurs membres du groupe le remettaient en cause, posaient des conditions ou émettaient de nouvelles idées. C’est alors que l’un d’entre vous, excédé par ces palabres qui ne menaient manifestement nulle part, déclara que dorénavant, il veillerait sur lui-même et sa famille, ne demanderait rien à personne et que chacun ferait aussi bien d’en faire autant. Sa déclaration faite, il se leva et quitta l’assemblée.

Pendant quelques instants, tous demeurèrent silencieux. Si vos premiers sentiments vous portaient à considérer cette possibilité avec inquiétude, vos réflexions vous suggéraient avec de plus en plus d’insistance qu’en effet, c’était probablement la meilleure solution – et peut être même la seule. Chacun produirait ce dont il a besoin et le choix de ne pas travailler devenait dès lors un choix qui n’avait de conséquence que pour celui qui le faisait. Faute de mieux, vous avez décidé de faire un essai.

Certains s’attendaient à ce que ce mode d’organisation individualiste finisse par distendre les liens qui unissaient la communauté. En fait, il n’en fût rien. Très vite, vous et vos compagnons avez redécouvert tout l’intérêt de la division du travail : lorsque chacun se spécialise dans une production précise, le résultat global est meilleur – en quantité comme en qualité – que si tout le monde fait un peu de tout. Concrètement, cela signifiait que celles et ceux parmi vous qui montraient des prédispositions pour la pêche avaient tout intérêt à se spécialiser dans cette activité et à échanger leurs excédents de poissons contre d’autres marchandises.

Capital & croissance

Le temps passait et, petit à petit, cette nouvelle organisation faisait ses preuves. Une conséquence remarquable de cette coopération sociale basée sur l’échange était que les efforts de production de chacun ne visaient pas seulement à satisfaire leurs propres besoins mais aussi ceux des autres ; le premier de vos compagnons à avoir eu l’idée de domestiquer et d’élever les chèvres sauvages de l’île n’était pas un grand amateur de viande mais il avait supposé – à juste titre – qu’une diversification de votre régime alimentaire serait la bienvenue. Depuis ce jour, chaque habitant de l’île, à mesure de ses moyens – c’est-à-dire de sa propre production –, pouvait s’offrir du lait et une portion de viande.

Tous furent assez surpris quand l’un des îliens, un jeune homme qui s’était spécialisé dans la pêche, ne se montra pas une seule fois dans le lagon pendant plusieurs jours. Ce que vous ignoriez, c’est qu’il avait compris que les eaux au-delà de la barrière de corail étaient bien plus poissonneuses que celles du lagon et que, pour exploiter cette ressource, il devait disposer d’une pirogue et d’un filet. C’est ce à quoi il était occupé. Sans le savoir, il venait de réinventer le principe même d’un investissement, de l’accumulation de capital qui permet de démultiplier la productivité du travail d’un seul homme. Et de fait, ce risque qu’il a pris, ce temps consacré à accroître le rendement de ses futures pêches lui a été extrêmement profitable – il est devenu, pour ainsi dire, riche.

Naturellement, ce mode d’organisation n’était pas égalitaire mais comme chacun d’entre vous pouvait constater que la richesse des uns et des autres n’avait d’autre source que les services qu’ils avaient rendus à la communauté, le fait que le jeune pêcheur soit relativement opulent ne choquait personne. Après tout, si vous pouviez manger tant de poisson, c’était grâce à lui et vous mesuriez bien qu’en le privant d’une part du fruit de son travail, de sa compétence et des risques qu’il prenait en haute mer, vous risquiez surtout de vous priver des services du meilleur pêcheur de l’île. Ce que vous saviez intuitivement, c’est qu’une des fonctions économiques essentielles de la richesse relative de votre jeune pêcheur, c’est d’inciter les autres à suivre son exemple.

Perdus dans la complexité de nos économies modernes et le confort qu’elles nous procurent, nous avons une fâcheuse tendance à baser nos raisonnements sur de grands agrégats abstraits qui, bien souvent, nous font perdre de vue ce sur quoi notre prospérité repose réellement. À l’état de nature, comme disaient les anciens, les choses sont plus claires, plus simples et les grands débats qui agitent nos sociétés développées n’ont même pas lieu d’être. Pensez-y et demandez-vous en quoi, exactement, les conclusions qui s’imposent sur l’île sont différentes de celles qui devraient s’imposer à nous aujourd’hui.

---
[1] Prenez n’importe quelle saison de Koh-Lanta.

Commentaires

  1. très bon texte, on ne peut plus limpide. C'est décapant, on ne peut pas faire une explication plus simple.

    RépondreSupprimer
  2. Excellentissime

    RépondreSupprimer
  3. Excellent en effet. Du reste, cette fable mériterait d'être développée davantage et devenir un joli petit livre...

    RépondreSupprimer
  4. Totalement d'accord avec Dimitri, ce texte devrait remplacer la bible !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Un garçon qui n’a jamais eu de métier

Jean-Luc Mélenchon fait ses premières armes en politique à Lons-le-Saunier, en mai 1968. À cette époque il n’est que lycéen — en première littéraire — mais c’est lui, racontent ses anciens camarades de classe, qui va importer les évènements parisiens dans son Jura d’adoption. C’est lors de cette première expérience politique qu’il va réaliser son indiscutable talent d’orateur et se familiariser avec la pensée d’extrême gauche et notamment Karl Marx qui devient son livre de chevet en terminale. Il passe son bac en 1969 et s’inscrit à la faculté des lettres de l’université de Besançon pour y étudier la philosophie.Sitôt inscrit, le jeune Mélenchon se rapproche de l’UNEF et déserte les amphis pour se consacrer au militantisme. Il parviendra quand même à obtenir sa licence en 1972 mais ne poussera pas ses études plus loin : la même année, il rentre formellement en politique en rejoignant l’Organisation Communiste Internationaliste (OCI), une organisation trotskyste de tendance lambertiste…

Nombre d'heures travaillées par an et pour 100 personnes

Selon les données de l’OCDE pour 2015, le taux d’emploi de la population française âgée de 15 à 64 ans était de 63.8%. C’est-à-dire que sur 100 personnes en âge de travailler, un peu moins de 64 ont effectivement occupé un emploi — fût-ce à temps partiel — durant l’année considérée. Par ailleurs, selon la même source, le temps de travail annuel moyen des français qui ont travaillé en 2015 s’établissait à 1 482 heures [1].En croisant ces deux données, on peut facilement estimer le nombre d’heures de travail fournies en une année par 100 français en âge de travailler : ça fait environ 94 552 heures. Juste pour remettre ce chiffre dans son contexte, voici ce que ça donne pour tous les pays pour lesquels les données sont disponibles dans les bases de l’OCDE : Juste pour votre information, pas moins de 84.7% des islandais âgés de 15 à 64 ans travaillent (c’est le record du panel) et ils travaillent en moyenne 1 880 heures par an. Ce sont les mexicains et les coréens (du sud) qui, lorsqu’ils…