Accéder au contenu principal

Le doux commerce et ses ennemis

(Addendum : je vous propose une autre version de ce papier).

Le drame des coréens du nord c’est qu’aucun des deux blocs politiquement actifs dans la région n’a vraiment intérêt à bousculer le statu quo. À Pékin, on le sait, on souhaite avant tout éviter la réunification de la péninsule coréenne qui offrirait un pied-à-terre aux États-Unis avec vue imprenable sur les frontières chinoises mais on prend garde de pas menacer Séoul qui se trouve être sous la protection du plus gros client de la boutique ; à Washington, bien sûr, on se débarrasseraient volontiers de la dynastie des Kim mais ce serait au prix d’un conflit plus ou moins ouvert avec l’Empire du Milieu qui se trouve être leur usine et l’un de leurs principaux créanciers.

Naturellement, c’est terrible pour les coréens qui ont eu la malchance de naître au nord de la DMZ mais notez bien ceci : ce que cette situation illustre parfaitement, c’est que rien n’en moins probable qu’un conflit armé entre les États-Unis d’Amérique et la Chine. S’il y a bien un consensus entre ces deux pays que tout oppose d’un point de vue politique, c’est qu’il faut maintenir coûte que coûte la paix dans la région. Alors on s’envoie des piques sur les valorisations relatives du dollar et du renminbi mais dès qu’un représentant de la dynamiste des Kim s’agite un peu trop, on assiste à une scène comme celle-là :

John Kerry et Li Keqiang à Pékin, le 13 avril 2013.
(Photo Jason Lee. AFP)

C’est-à-dire que non seulement un conflit armé entre les deux superpuissances militaires ne fait même pas partie du champ des possibles mais en plus, les deux s’allient spontanément pour calmer les ardeurs de Pyongyang et éviter que Séoul ne réponde aux provocations. En d’autres termes, là où l’équilibre de la guerre froide reposait sur la menace d’un Armageddon nucléaire, la paix qui règne aujourd’hui en Asie repose essentiellement sur la densité des relations commerciales qui lient ces pays entre eux.

Leçons de l’Histoire

Si les accords du GATT et de Bretton-Woods ont été signés sur les décombres de la seconde guerre mondiale, ce n’est pas un hasard ; c’est que celles et ceux qui avaient vécu l’entre-deux-guerres avaient parfaitement compris que les causes de ce conflit étaient fondamentalement économiques, liées aux politiques protectionnistes et aux dévaluations compétitives qui avaient caractérisées les années 1930. « Si les marchandises ne traversent pas les frontières, fait-on dire à Frédéric Bastiat, les armées le feront. » N’en déplaise à Emmanuel Todd, la dégénérescence des conflits commerciaux en conflits armés sont une constante historique et procèdent d’une logique implacable pour au moins deux raisons.

La première, la plus évidente, c’est la dissuasion : le coût économique d’un conflit armé augmente proportionnellement avec la densité des liens commerciaux qui les unissent. Attaquer un pays avec lequel vous n’avez pas de relations économiques ne vous coûte, somme toute, qu’un budget militaire [1]. En revanche, agresser un pays qui se trouve être un important partenaire commercial est infiniment plus coûteux : c’est ce à quoi nous assistons aujourd’hui : personne à Pékin n’envisage d’agresser Washington parce que les États-Unis sont des clients (et, accessoirement, des débiteurs) ; personne à Washington ne veut attaquer Pékin parce qu’attaquer la Chine, s’est attaquer ses propres usines (et se priver d’un créancier).

Mais ce n’est pas tout : le protectionnisme et, à plus forte raison, l’autarcie nécessitent très prosaïquement d’être (au moins partiellement) autosuffisant et donc, de disposer d’un territoire suffisamment étendu pour offrir des débouchés et des sources d’approvisionnement à son économie. Mettez de côté les justifications nationalistes et racistes véhiculées par la propagande et ce simple fait explique à lui seul toutes les politiques colonialistes du XIXe et l’apparition des tensions qui provoqueront deux guerres mondiales. Si la fièvre protectionniste qui s’empare des puissances européennes à la fin du XIXe est immédiatement suivie d’une multiplication des conflits directs et coloniaux [2], cela ne doit rien à un hasard de calendrier de la même manière que, n’en déplaise à Jacques Sapir, la conquête du lebensraum nazi, l’invasion fasciste de l’Éthiopie et celle de la Chine par l’armée impériale japonaise répondent toutes et explicitement à cette même logique.

Paix et prospérité

Encore deux ans et nous aurons réussi l’exploit historique qui consiste à enchaîner 7 décennies sans qu’aucun conflit armé majeur ne viennent ensanglanter l’Europe. C’est, de loin, la plus longue période de paix que nous ayons connu de notre histoire et, pardonnez-moi d’enfoncer le clou, rien que pour cette raison, celles et ceux qui en appellent à un retour du protectionnisme et du nationalisme économique ne méritent rien d’autre que notre mépris.

Chaque jour qui passe sans qu’un père et une mère ait à déplorer la mort de leur enfant sur le front est une victoire infiniment plus appréciable et plus précieuse que celles que nous fêtons lors de nos célébrations nationales. L’économie, contrairement à ce qu’affirment les amis de M. Montebourg et de Mme le Pen, n’est pas une guerre mais une compétition pacifique au même titre que n’importe quelle compétition sportive : quel que soit la marche du podium sur laquelle vous monterez, il n’y a pas de perdant ; il n’y a que des gagnants qui célèbrent ensemble cette chance extraordinaire qu’ils ont de vivre dans un monde en paix.

---
[1] Que vous pouvez même espérer rembourser en pillant l’adversaire conquis.
[2] C’est, par exemple, le grand tournant de la politique bismarckienne en 1878 : elle devient colonialiste et protectionniste exactement au même moment.

Commentaires

  1. Bonjour cher ami,

    Oui, j'approuve votre papier; quasiment pour de ne dire toutes les guerres sont fondées sur des motifs économiques.

    Dans un sens la 'politique' n'est que le contrôle des services et richesses économiques d'un pays, d'une zone...

    Pour en revenir à nos deux sympathiques puissances mondiales USA et Chine, je suis toujours très perplexe quant au rôle joué par la Corée du Nord !?

    Selon ma perception, la CN est allée trop loin dans sa 'montée en puissance' de la provocation armée.
    Je visualise mal la descente des vitesses que doit faire le KJ1.

    En outre, cette photo de poignée de mains me rappelle de très très mauvais souvenirs d'autres poignées de mains qui ont eu lieu juste avant la Deuxième Guerre Mondiale....

    Votre analyse au 1er degré des liens USA/Chine est limpide; trop limpide pour qu'il n'y ait pas d'autres raisons géopolitiques sous-jacentes entre ces deux grandes puissances.

    Le 'je te tiens, tu me tiens, par la barbichette' n'a jamais été un bon deal durable dans l'histoire humaine.
    Cela s'apparente trop soit à du chantage, soit à une association de malfaiteurs.
    Tôt ou tard, l'un des deux va vouloir sortir de l'impasse; pour son profit unique cela va de soi.

    De plus, personne ne parle des coupes budgétaires encaissées par l'US Army et surtout celles à venir.
    Cela sonne un certain déclin de la puissance militaire américaine.
    Je suis surpris qu'Elle n'ait pas encore réagit à cette situation intolérable.

    Il ne faut pas perdre de vue que les USA ne règnent sur le monde par la puissance de leur armée et de leur finance (dollar en particulier).

    Le Chine est dans une situation exécrable car elle a été naïvement embarquée, par les USA, dans une immense bulle sur le commerce extérieur (secondée par d'autres bulles comme l'immobilier).

    Mais le fait réellement 'atomique' est la démographie chinoise; une sorte de Titanic avec 20.000 passagers au lieu de 2.000 !?
    La situation interne sera totalement ingérable lorsque les bulles vont exploser.
    J'imagine que l'armée chinoise a dû faire la même analyse que moi.

    Sois dit en passant, la construction de cette bulle est une pure merveille de la géopolitique américaine !!!
    C'est par une stratégie économique que les USA ont eu la peau de l'URSS, il ne faudrait pas l'oublier.

    Bref, je reste toujours ultra inquiet sur la Corée où un conflit me paraît toujours à haut niveau de probabilités.

    Très cordialement.

    Titanium

    RépondreSupprimer
  2. Titanium,
    J’applique – peut être à tort – le rasoir d’Ockham. Il m’a rarement déçu.
    Par ailleurs, je ne pense pas qu’il ait quelque chose de comparables à une « bulle sur le commerce extérieur » et la bulle immobilière chinoise – comme aux États-Unis – est une conséquence directe de la politique monétaire laxiste de la PBoC et ce, d’autant plus que les principales banques chinoises sont des banques d’État.
    Dans l’état des relations sino-américaines (dans un monde de libre-échange), je n’ai aucune inquiétude à propos de Kim III – sauf, naturellement, dès lors qu’il est question de son peuple.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Pro Macron - lettre ouverte à mes amis libéraux

Pardon pour cette platitude mais le succès d’Emmanuel Macron c’est avant tout l’expression d’un désir de renouvellement de notre classe politique. Je ne crois pas, si vous me permettez cette hypothèse personnelle, que la plupart de ses électeurs aient voté pour son programme et je suis même convaincu que très peu l’ont lu. Emmanuel Macron est avant tout l’incarnation de ce que nombre de nos concitoyens attendent : une nouvelle tête — un candidat dont les débuts en politiques n’ont pas été photographiés en noir et blanc [1] — et, à tort ou à raison, une rupture avec le système politique hérité de la Libération.Et c’est précisément ça qui a, je crois, tué la candidature de François Fillon. Face à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, lors de la primaire, il pouvait aisément passer pour le candidat du renouvellement de la droite et ce, d’autant plus qu’il tenait à l’époque un discours très libéral au regard de ce à quoi nous sommes habitués de la part des Républicains [2]. Seulement voilà : no…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…