Accéder au contenu principal

La grande pile de cash

La base monétaire est essentiellement composée de deux éléments : les billets de banques et les comptes créditeurs des banques commerciales auprès de la Fed. En principe, les soldes de ces derniers correspondent aux réserves obligatoires imposées aux banques par la réglementation bancaire. Or, depuis le début de la crise, les banques américaines – et en particulier les filiales américaines de banques étrangères – ont littéralement fait exploser le crédit de ses comptes et maintiennent désormais des réserves excédentaires de près de $1,7T.

Le graphique ci-dessous illustre l’ampleur du phénomène : la ligne continue claire correspond à la base monétaire qui explose à partir de septembre 2008 ; la ligne pointillée claire correspond aux réserves obligatoires et aux billets de banque ; l’écart entre ces deux dernières (la zone grisée) correspond aux réserves excédentaires et, enfin, la ligne foncée correspond à M1.

On peut observer ce même phénomène à l’actif des banques américaines : alors que le montant total des prêts accordés (Loans & Leases) peine à retrouver les niveaux de fin-2008, le montant de cash détenu par les banques explose à partir de septembre 2008.

En d’autres termes, sur les $2T injectés par la Fed depuis le 30 septembre 2008, environ $1,6T sont détenus par les banques sous forme de réserves excédentaires et seuls un peu plus de $0,3T ont trouvé leur chemin dans l’économie et sont désormais comptabilisés dans M1.

Cette situation s’explique probablement par une combinaison des trois éléments suivants :

  1. Les banques sont frileuses ; d’une part, elles réagissent à un environnement macroéconomique qui est loin d’être serein et, d’autre part, elles anticipent certainement une remontée des taux et l’effet ciseau dans lequel elles se sont fait prendre lors du cycle précédent ;
  2. La demande de crédit est faible : dans un environnement qui reste anxiogène, les ménages comme les entreprises se montrent extrêmement prudents en matière d’endettement – et ce, d’autant plus que ces dernières ont passé la crise à stocker des liquidités ;
  3. Les réserves des banques auprès de la Fed sont rémunérées à hauteur de 0,25% - c’est peu mais c’est mieux que rien.

Quoiqu’il en soit, nous avons aujourd’hui une gigantesque pile de cash qui n’attend plus que quelques bonnes nouvelles macroéconomiques pour se déverser dans l’économie et provoquer, au choix, (i) de l’inflation au sens du CPI, (ii) des bulles spéculatives (i.e. de l’inflation sur les actifs financiers risqués) ou (iii) les deux à la fois. La Fed a naturellement parfaitement conscience du problème : toute la question est de savoir si elle tentera de contrôler le mouvement en faisant remonter les taux ou par voie règlementaire (i.e. en augmentant les taux des réserves obligatoires par exemple).

Commentaires

  1. Bonjour cher ami,

    Merci pour cette analyse américaine des positions et flux sur la base monétaire et M1.

    La question de fond demeure dans l'objectif final de ce stockage de cash par le système bancaire (Banques Commerciales US+Filiales et FED - la FED étant d'ailleurs ni plus ni moins que les banques commerciales américaines) et les grands multinationales.

    Mon esprit étant plus machiavélique que la simple analyse financière fondamentale, je n'arrive pas à me satisfaire des trois hypothèses que vous avez formulées.

    En particulier, il est évident que la 'pile de cash' est souhaitée par la FED et le gouvernement US.

    Pourquoi ??
    Alors que cette accumulation nuit à la relance de la croissance US (même s'il existe un phénomène partiel de l'âne qui ne veut pas boire).

    Pourquoi encourager la création d'une telle Grande Réserve de Cash (GRC)?
    Car le montant du stock est fabuleux : $ 1,7 T; ce n'est pas rien....

    Donc, je suis très très perplexe quant au principe et au montant de cette GRC !?

    Cela ne 'colle' pas avec ce qui devrait être logiquement fait pour sortir de la crise.

    Très cordialement.

    Titanium

    PS : Mon hypothèse personnelle est que ce stock de cash est la poire pour la soif dans ''l'après crise''.

    Nous ne pouvons pas ou plutôt, nous ne pouvons plus, sortir ''vivants'' de cette crise mondiale (d'autant plus que cela est souhaité par les véritables maîtres du monde occidental).

    Le Grande Réserve de Cash servira pour faire fonctionner les USA après l'écroulement de M3-M2 et M2-M1.

    Et, à mon sens, il se produit exactement le même phénomène pour l'Europe et la BCE.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le marché des actions US est-il si cher que ça ?

Avec un Price-to-Earnings Ratio (cours sur bénéfices nets) désormais nettement supérieur à 20, le marché des actions américaines apparaît désormais très cher et même, selon nombre de commentateurs, trop chers. Cela fait plusieurs mois que le mot en B (« bulle ») a été prononcé [1] et force est de reconnaître que, sur la seule base de ce ratio, c’est effectivement le cas. Néanmoins, un rapide retour sur la théorie de la valorisation donne un éclairage tout à fait différent.Si le PER est un ratio très couramment utilisé sur les marchés, les chercheurs qui s’intéressent à la valorisation des actions utilisent plus volontiers son inverse : le Earnings Yield. En notant $E$ le niveau actuel des bénéfices nets et $P$ le prix du marché, le Earnings Yield s’écrit simplement : $$\frac{E}{P} $$ C’est donc la même mesure mais exprimée sous forme de taux plutôt que de ratio. Si nous utilisons plus volontiers cette présentation c’est que, contrairement au PER, elle a une signification très précis…

Les prix « avant l’euro »

(J’ai l’intention de compléter cet article au fur et à mesure. Si vous avez des prix à proposer (avec des sources crédibles), n’hésitez pas à le me suggérer dans les commentaires.)L’euro a été introduit en deux temps. La première étape a eu lieu le 1er janvier 1999 à minuit, quand le taux de change irrévocable des différentes monnaies nationales par rapport à l’euro a été fixé définitivement — soit, pour ce qui nous concerne, 1 euro = 6.55957 francs. La seconde étape, l’introduction des pièces et billets en euro, s’est étalée sur un mois et demi : du 1er janvier 2002 au 17 février 2002 ; date à laquelle les espèces en franc ont été privées du cours légal [1] — c’est-à-dire qu’il était interdit de les utiliser ou de les accepter en règlement d’une transaction.SalairesÀ compter du 1er juillet 2000, le SMIC horaire brut était fixé à 42.02 francs soit, pour avec une durée légale du travail de 39 heures par semaine (169 heures par mois), 7 101.38 francs bruts par mois. Le 1er juillet 2001,…