Accéder au contenu principal

M. le Président, construisons l’Étoile de la Mort

Attendu qu’il est désormais acquis que l’État doit augmenter massivement la dépense publique pour relancer la croissance (i.e. politique de croissance) et qu’un déficit budgétaire inférieur à 10% du Produit intérieur brut est une politique d’austérité ;

Attendu qu’il est également acquis que les seules solutions raisonnables à un endettement public insoutenable sont (i) encore plus de dette et/ou (ii) le financement de la dépense publique par la création monétaire ;

Attendu, enfin, que nous entrons dans une nouvelle ère, que le paradigme a changé, que les lignes ont bougé, qu’il faut désormais raisonner hors du cadre et que, de toute manière, si on ne peut pas les battre, autant se joindre à eux ;

Attendu ce qui précède, donc, je me fais fort de participer, avec mes faibles moyens, au redressement productif national, à la relance de la croissance durable et à la réindustrialisation de la France en relayant ici le plan initialement élaboré par Tyler Durden (Zero Hedge) en février 2012. Pour d’obscures raisons, le gouvernement des États-Unis n’a pas donné suite : l’occasion est historique, n’attendons plus une seconde :

Construisons l’Étoile de la Mort

L’Étoile de la Mort, pour ceux d’entre nous qui se seraient absentés ces 36 dernières années, est une station orbitale de combat ayant la forme d’une sphère de 70 kilomètres de rayon et qui, d’un seul tir de son superlaser impérial Mk I, peut atomiser une planète entière. L’Étoile de la Mort c’est donc l’arme intergalactique absolue mais, plus que cela encore, c’est aussi un formidable défit technologique et la plus grande aventure industrielle de tous les temps. Enfin et surtout, construire l’Étoile de la Mort, c’est assurer à notre pays plusieurs décennies de croissance à deux chiffres et de plein-emploi.

Dans sa proposition initiale, M. Durden produit une première évaluation du budget de construction qui, pour diverses raisons [1], me semble très en dessous de la réalité. Il est important de noter ici que c’est une excellente nouvelle : l’objectif n’est pas de faire des économies mais, au contraire, de dépenser le plus possible afin de maximiser l’effet de cette opération sur la demande agrégée et donc, sur la croissance. Le meilleur moyen d’évaluer le coût de la structure interne de l’Étoile de la Mort consiste, me semble t’il, à extrapoler le budget d’un projet de même nature (i.e. une station orbitale) mais de dimensions plus modestes : en l’occurrence, la Station spatiale internationale (ISS).

Nous savons que, de 1985 à 2015, le programme ISS aura coûté un total d’environ 113 milliards d’euros dont 38 milliards rien que pour affréter les 36 vols de navettes spatiales qui ont permis d’amener les différents éléments en orbite. Or, avec un volume pressurisé de 2,1 millions de kilomètres cubes, on peut estimer que l’Étoile de la Mort sera environ 2,14x10^15 fois plus spacieuse et donc plus coûteuse que la Station spatiale internationale (900 m3). Ce qui porte le coût de la structure interne à 269x10^21 euros (269 suivi de 21 zéros ; 269 000 milliards de milliards). Au regard de ce chiffre, on considèrera que le coût du blindage [2], de l’armement et des 265 675 hommes d’équipage sont négligeables.

Que la farce soit avec nous !

Évidemment, cette estimation brutale ne tient pas compte des économies d’échelle et des progrès technologiques que nous ferons chemin faisant. Il semble donc raisonnable de minorer le montant de la dépense à environ 200x10^21 euros ; soit notre Produit intérieur brut actuel multiplié par 100 milliards. En comptant sur un multiplicateur fiscal d’environ 1,4x (estimation conservatrice) [3] et sur un étalement du projet sur les 50 prochaines années, la construction de l’Étoile de la Mort devrait nous permettre de connaitre une croissance annuelle moyenne de 67,1% pour le demi-siècle qui vient.

Du point de vue du financement, la solution la plus raisonnable et la moins coûteuse consiste à créer ex-nihilo les 200x10^21 euros mentionnés plus haut au fur et à mesure de nos besoins. Il suffira pour ce faire de revenir au franc et de se débarrasser une fois pour toutes des lois scélérates qui empêchent le Trésor public de se financer directement auprès de la Banque de France. Naturellement, ces 200x10^21 euros/francs de création monétaire ne seront pas inflationnistes puisqu’ils seront amplement compensés par la création de l’Étoile de la Mort et ses effets induits sur la demande agrégée (280x10^21 euros/francs).

Je sais bien que ce projet peut sembler farfelu mais je vous rappelle que, d’une part, vous devez vous habituer à sortir du cadre et que, d’autre part, ce n’est pas beaucoup plus farfelu que le plan de Paul Krugman qui proposait (presque sérieusement) de se préparer à une invasion extraterrestre. Accessoirement, par les temps qui courent, disposer de l’arme intergalactique absolue nous donnerait non seulement un avantage stratégique appréciable en cas de conflit armé (y compris avec une nation extraterrestre hostile ou exportatrice) mais aussi la possibilité d’atomiser à volonté ces concurrents déloyaux qui nous agressent en nous vendant des produits bon marché.

Monsieur le Président, la balle est dans votre camp. Je reste, naturellement, à votre entière disposition pour toute information complémentaire.

---
[1] M. Durden se concentre exclusivement sur les 1,08x10^15 tonnes d’acier nécessaires, selon ses calculs, à la construction de l’Étoile de la Mort.
[2] Avec une surface de 61 575 kilomètres carrés et une épaisseur estimée à 5 centimètres, on obtient aisément un volume d’acier de 3,1x10^12 mètres cubes d’acier ; soit 24x10^12 tonnes et 1,3x10^16 euros aux cours actuels. Il faut naturellement rajouter à cela le coût de mise en orbite de l’ensemble : à raison de 12,5 tonnes de matériel par navette il faudra compter 1,9x10^12 vols et donc un budget de 2x10^12 euros.
[3] Voir G. Corsetti, S. Simonelli et A. Acconcia, (2011) Mafia and Public Spending: Evidence on the Fiscal Multiplier from a Quasi Experiment CEPR Discussion Paper 8305.

Commentaires

  1. Je souscris à cette excellente idée. En plus de la planche à billets et des impôts, un emprunt d'Etat obligatoire me semble nécessaire.

    RépondreSupprimer
  2. Missa Sine Nomine,
    D'accord mais seulement si on rembourse avec la planche à billet !

    RépondreSupprimer
  3. Georges, merci pour votre blog que je découvre après vous avoir lu avec plaisir dans Causeur. Et pas de chichis entre nous, appelez moi Matthieu.
    Vous parlerez de moi à J. Leroy à qui je réponds de temps à autre sur son blog quand il m'agace trop avec sa "doxa ultra-libérale" qui entrave nos pauvres gouvernements...
    http://feusurlequartiergeneral.blogspot.fr/2012/11/moodys-et-la-france-fifty-shades-of-aa1.html

    RépondreSupprimer
  4. Ca relève pas du gai savoir tout ça!... beaucoup d'oeuvre reste inachevée...et donc mal perçue...mais la plupart des personnes ne comprennent rien...faut-il les tuer pour autant?...S'ils n'ont aucune chance de survie...la nature se chargera de les éradiquer...pas besoin d'étoile noire...un phare serait plus judicieux...

    RépondreSupprimer
  5. Tout n'est qu'une question de tempo...

    RépondreSupprimer
  6. Vous parlez de produire...produire...produire...très bien en effet on ne vend pas du vent quoi que...certains ont même vendu de l'air de Paris... En France nous avons un bien inestimable, le "savoir-faire à la française". Si l'on redonne de la valeur aux biens, on en redonne aussi de la valeur à l'homme qui le produit...Excellence, savoir-faire contre illusions du toujours davantage qui est aliénant...Tempo élévé ok...machine...Il faut tout réapprendre...parce que le pas cher, nous coûte trop cher...reste t'il du savoir-faire en France qui n'a pas été bradé ? La chine par exemple, impose les cadences qui correspond à sa démographie, à sa culture...ce n'est pas la notre. Il faut stopper avec le dictat du "toujours plus" et revenir au toujours plus de qualité.

    RépondreSupprimer
  7. Mondialisation ne doit pas être uniformisation...standardisation...simplification...la réalité est beaucoup plus complexe...c'est aussi simple, non?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…

Non, Salvador Allende n’était pas « sur le point de réussir »

Au centre, Allende et Brezhnev, le 11/12/1972 à Moscou.Parmi les nombreuses tartes à la crème qu’on voit circuler sur les Internets, il y a l’idée prégnante et manifestement reçue par beaucoup selon laquelle Salvador Allende était « sur le point de réussir » quand la CIA l’a remplacé par la junte d’Augusto Pinochet. Non. À moins que par « réussir » vous entendiez « réussir à instaurer une dictature » à la mode cubaine ou soviétique, rien n’est plus faux. Un rapide retour sur ces trois années s'impose.Lorsque Salvador Allende, candidat d’une coalition qui regroupait presque tous les partis de gauche du Chili, arrive premier à l’élection présidentielle du 4 septembre 1970 avec 36.2% des voix, il n’est pas pour autant élu. En effet, la constitution chilienne de l’époque voulait que si aucun candidat n’emportait la majorité des suffrages, les deux premiers seraient départagés par un vote du Congrès. Allende devait donc convaincre les parlementaires chiliens de lui apporter leurs suffr…