Accéder au contenu principal

Les poules aux œufs d’or

Les poules aux œufs d’or pondent de bons gros œufs dorés dont raffole toute la volière. Les merles, qui ne pondent que des œufs sans saveur, sont jaloux des poules et ne cessent de se plaindre auprès des vautours. Les vautours, qui aiment autant le pouvoir que les œufs d’or, comprennent le parti qu’ils peuvent en tirer : « portez-nous sur le trône, disent-il aux merles, et nous obligerons les poules à réparer cette injustice. » Les merles, ravis, applaudissent chaudement.

Sitôt couronnés, les vautours établissent un impôt lourd et progressif sur les œufs des poules, se servent les premiers et redistribuent ce qui reste aux merles. Les poules, vite excédées de ne rien recevoir en contrepartie et d’être ainsi dénigrées, décident de pondre moins d’œuf pour échapper à l’impôt. Les œufs se raréfient, les merles s’en émeuvent et retournent se plaindre auprès des vautours.

Ces derniers réclament de nouveaux pouvoir en l’échange de quoi, ils promettent de prendre en main la production des œufs et de restaurer l’abondance. Les merles, méfiants, acceptent sans enthousiasme et exigent des résultats. Mais les vautours, qui n’ont jamais pondu un seul œuf, édictent des lois et des règlements qui ne font que décourager encore un peu plus les poules. La production baisse de plus belle de telle sorte que, pour compenser, les vautours décrètent de nouvelles hausses d’impôts.

La colère gronde chez les poules mais elles sont bien incapables de faire face aux merles, qui sont plus nombreux, et surtout aux vautours, qui sont bien mieux armés. De guerre lasse, certaines poules décident de fuir pour sauver leur peau tandis que des moineaux, attirés par le festin, affluent dans la volière. La population des poules décline à vue d’œil ; les œufs commencent à manquer. Les vautours, inquiets pour leur trône, tentent d’échapper à leurs responsabilités en fustigeant l’égoïsme des poules, en accusant les moineaux et en multipliant les facéties.

De leur coté, les merles crient famine et s’indignent de ce que les quelques poules qui restent puissent encore avoir des œufs d’or.

Boucle.

Commentaires

  1. Oui n'ayez pas peur des fonds US...finger in the nose...que proposez vous pour aider les poules?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'on leur fiche la paix et qu'on les laisse faire, tout simplement.

      Supprimer
    2. Qu'on les laisse faire...vous sur-estimez les poules...Quand les cons sont braves
      Comme moi,
      Comme toi,
      Comme nous,
      Comme vous,
      Ce n'est pas très grave.
      Qu'ils commettent,
      Se permettent
      Des bêtises,
      Des sottises,
      Qu'ils déraisonnent,
      Ils n'emmerdent personne.
      Par malheur sur terre
      Les trois quarts
      Des tocards
      Sont des gens
      Très méchants,
      Des crétins sectaires.
      Ils s'agitent,
      Ils s'excitent,
      Ils s'emploient,
      Ils déploient
      Leur zèle à la ronde,
      Ils emmerdent tout le monde.
      ...dès la sortie de l'oeuf...il faut les empêcher de caquèter bêtement!

      Supprimer
  2. Le volatile est prévisible...alors qui sera le dindon ? Le moineau facétieux ? Le vautour bien trop lourd...Dans cette fable personne ne gagne...?

    RépondreSupprimer
  3. Et pourquoi voulez vous qu'il y ait absolument UN gagnant?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous connaissez votre raison d'être ? La réponse est dans la question...Plus clair ?...vous connaissez la chanson...Si j'étais né à machin en année machine...aurais-je été meilleur ou pire ? Etre résistant... pas pléthore...c'est sur...apprendre à être!

      Supprimer
  4. Parce que nous sommes là...mais c'est évident tout le monde ne peut pas être gagnant...c'est indéniable. Un mal pour un bien...un bien pour un mal...l'équilibre..."très hasardeux" fait le reste...Il nous faut évoluer, l'adaptation à ses limites non?!

    RépondreSupprimer
  5. Vous savez très bien au fond que rien ne relève véritablement du hasard...trop de lacunes... vraiment ??? C'est sûr c'est arrangeant...L'avenir ? du passé ! Et ne me dites pas que vous venez de débarquer.

    RépondreSupprimer
  6. http://www.iris-france.org/docs/kfm_docs/docs/2011-09-crise-financiere.pdf

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le prix des sardines quand les pêcheurs ont des téléphones

Soit deux petits villages de pêcheurs de sardines du sud de l’Inde. Chaque nuit, les pêcheurs de chaque bourg partent jeter leurs filets en mer et, le matin venu, ils vendent leurs prises sur la plage à la population de leurs villages respectifs. Parce qu’ils sont relativement distants l’un de l’autre et ne disposent pas de moyens de communication rapide, nos villages vivent en autarcie. C’est-à-dire que leurs habitants n’achètent de sardines qu’aux pêcheurs de leur propre village qui, symétriquement, n’en vendent à personne d’autre qu’à leurs concitoyens.Dans l’état actuel des choses, donc, la ration quotidienne de protéines des habitants de nos villages dépend exclusivement de leurs pêcheurs respectifs. Si la pêche est fructueuse, il est probable que les sardines seront bradées au marché du matin et il n’est pas impossible que les pêcheurs se retrouvent même avec des invendus — c’est-à-dire des poissons bons à jeter. Si, au contraire, la pêche de la nuit a été mauvaise, vous pouvez …

Le paradoxe des oignons

Cette fois-ci, c’est l’inénarrable Paul Jorion qui s’y colle dans un article publié le 26 septembre 2013 sur challenges.fr : « il faut, nous assène l’histrion médiatique, supprimer la spéculation. »Nous-y revoilà. C’est une antique tradition. Déjà, sous l’Ancien Régime, on avait coutume de faire porter le chapeau des aléas climatiques et des politiques imbéciles aux accapareurs ; aujourd’hui, force est de constater que rien n’a changé et qu’on trouve toujours, à la barre du tribunal révolutionnaire, un accusateur public prêt à dénoncer les méfaits des spéculateurs. Si les prix montent, qu’on les pende ; si les prix baissent, qu’on promène leur tête au bout d’une pique ! Au royaume du mensonge, la dénonciation de l’ennemi du peuple tient toujours lieu de pensée.Plutôt que de rentrer dans un débat théorique, je vous propose une approche purement expérimentale, une vérification empirique qui, si elle ne satisfait sans doute pas les conditions requises sur une paillasse – c’est le lot com…