Accéder au contenu principal

Mises avait raison

J’étais encore un gamin mais j’étais suffisamment grand pour comprendre l’importance des évènements qui, par tubes cathodiques interposés, se déroulaient sous mes yeux. C’était en novembre 1989 et le mur le Berlin – le « mur de protection antifasciste » selon les uns, le « mur de la honte » selon les autres – s’effondrait entrainant avec lui toute l’Union soviétique, le Léviathan de l’est, une des plus grandes et des plus longues expériences socialistes jamais menées. Cette superpuissance nucléaire qui, quelques mois plus tôt, semblait encore invincible à la plupart des commentateurs s’est effondrée comme par magie, presque instantanément, comme un gigantesque ballon de baudruche. Les apparatchiks du régime, qui avaient sans doute vu le coup venir bien avant nous, sont partis avec la caisse et puis… Plus rien : l’URSS n’était plus.

Dans un article publié dans The New Yorker le 23 janvier 1989, Robert Heilbroner, un des plus brillants et fervents soutiens de l’hypothèse socialiste, écrivait : « moins de 75 ans après qu’il a officiellement commencé, le concours entre capitalisme et socialisme est terminé : le capitalisme a gagné… Le capitalisme organise les affaires matérielles de l’humanité de manière plus satisfaisante que le socialisme [1]. » La messe était dite. Par delà les clivages idéologiques et les débats théoriques, l’échec patent de l’expérience soviétique mettait fin au grand débat du XXe siècle : « Le capitalisme a été un succès aussi incontestable que le socialisme a été un échec [2]. »

Pour un nombre plus restreint d’entre nous, c’est une autre citation d’Heilbroner qui a véritablement marqué la fin officielle des débats. Elle est apparue un an après la chute du mur, toujours dans The New Yorker et, venant de la plume d’un de nos principaux adversaires qui se trouvait par ailleurs être de ceux qui savent précisément ce qu’ils écrivent, elle n’en avait que plus de valeur. « Il s'avère, bien sûr, écrit Heilbroner que Mises avait raison. [3] »

Mises avait raison

Pour le profane, il n’y a là qu’un quitus donné à Ludwig von Mises, le « dernier chevalier du libéralisme » [4], et par là-même à celles et ceux qui, tout au long de ces longues années avaient assuré la défense du capitalisme et l’économie de marché comme étant le système naturel des hommes libres, le seul qui soit à même d’assurer la prospérité du genre humain. Mais pour nous qui, comme Heilbroner, avions lu Mises, l’hommage revêtait une signification bien plus profonde et infiniment plus précise : il n’était pas là simplement question d’une reconnaissance de la supériorité du capitalisme dans les fait mais d’une reconnaissance sur le plan théorique.

Ce à quoi Heilbroner fait référence en écrivant que « Mises avait raison », c’est à un article publié en 1920, Le Calcul économique en régime socialiste [5], dans lequel l’économiste autrichien ne cherchait pas à démontrer la supériorité de l’économie de marché sur un système de planification centralisée mais l’impossibilité pure et simple de faire de faire fonctionner cette dernière. Sans utiliser la moindre équation mais avec une précision toute mathématique, Mises démontrait pas à pas pourquoi, précisément, en l’absence de marché libre aucune activité économique rationnelle n’était possible dans un régime socialiste.

Ce défi lancé aux théoriciens du socialisme est passé, pendant des décennies, largement inaperçu de l’essentiel de la communauté académique. De la fin de la seconde guerre mondiale à la chute du mur de Berlin, l’écrasante majorité des intellectuels du monde libre considéraient que le socialisme pouvait et devait fonctionner ; que les seuls reproches que l’on pouvait lui adresser quant à sa mise en œuvre pratique tenaient au caractère autocratique des dirigeants soviétiques et à l’absence de libertés individuelles. Mais pour un homme tel que Robert Heilbroner, le gant jeté par Mises ne pouvait pas passer inaperçu.

Lorsque les archives du Gosplan furent enfin accessibles et que les anciens économistes soviétiques qui avaient participé à sa mise en œuvre furent autorisés à s’exprimer, il devint impossible de nier l’évidence : point par point, la condamnation à mort prononcée par Mises en 1920 s’était avérée exacte. On découvrit, par exemple, qu’en l’absence de marché libre, les responsables du Gosplan était littéralement incapables d’établir une échelle de prix et en étaient réduits à utiliser les espions du KGB pour récupérer les catalogues de La Redoute ou de Sears. La plus grande entreprise de planification économique jamais conçue n’avait ainsi due sa survie… qu’à l’existence d’économies de marché à ses portes et les écrit de Mises, formellement interdits par le pouvoir soviétique comme naguère par les nazis, circulait de mains en mains au cœur même de l’appareil de planification [6].

La présomption fatale

Au-delà du débat académique, la cause semblait donc entendue. De la même manière qu’on n’a jamais vu un coréen tenter de traverser la DMZ du sud vers le nord, les allemands qui ont trouvé la mort en tentant de passer le mur [7] fuyaient le socialisme et tentaient désespérément de rejoindre l’ouest capitaliste. L’horreur stalinienne, les massacres des khmers rouges, l’hécatombe du grand bond en avant et, bien sûr, la barbarie nazie… Aucune expérience socialiste menée au cours du XXe siècle n’avait produit autre chose qu’un niveau de pauvreté extrême, une dictature sanglante et des millions de morts.

Nous pensions la cause entendue et nous nous sommes trompés. Nous croyons que c’était le socialisme qui avait été définitivement discrédité mais ce que la plupart de nos concitoyens ont vu, c’est l’effondrement de systèmes totalitaires, de déviances regrettables du projet socialiste mais pas du socialisme en lui-même. Le tour de force de nos adversaires a consisté à faire croire que les dérives totalitaires des régimes socialistes du XXe siècle ne sont en rien consubstantielles au projet socialiste et nous, forts de notre victoire théorique, nous avons laissé dire sans réagir. Nous avons cru la partie gagnée : c’est là notre présomption et elle pourrait bien nous être fatale [8].

L’idée socialiste, y compris dans sa forme explicitement totalitaire, n’est pas morte. Elle est même extrêmement vivace. Elle a continué, pendant toutes ses années, à se développer à l’ombre de la social-démocratie, de l’économie de marché pilotée et de l’interventionnisme d'État. Alors que nos gouvernements, jurant leur attachement au marché libre, privatisaient partiellement et symboliquement quelques entreprises d’État, ils n’ont eut de cesse de d’accroître le poids de la dépense publique, des impôts, des règlementations et de l’administration. Alors qu’ils abandonnaient – du moins en grande partie – leurs réflexes protectionnistes, ils dévaluaient continuellement nos monnaies et transformaient nos économies en de gigantesques pyramides de dettes.

Encore une fois, Mises avait décrit précisément ce mécanisme. À plusieurs reprises, il a montré comment les conséquences désastreuses de l’interventionnisme politique – inflation, incitations fiscales, réglementations, protectionnisme, contrôle des prix… - étaient systématiquement attribuées par les dévots de l’État à de prétendus excès du marché et servaient de justifications à de nouvelles interventions. Lui et, peut être mieux encore, Friedrich Hayek ont décrit comment cette intervention croissante de la force publique dans nos vies privées nous entrainait irrémédiablement sur la route de la servitude [9].

L’heure de vérité

Aujourd’hui, ce système est à bout de souffle. Nous le savons tous. Nombre de nos États ne veulent ni ne peuvent plus rembourser leurs dettes ; les banques centrales ont injecté plus de monnaie dans le système qu’elles n’en avaient créé en un siècle ; l’édifice tout entier est au bord de la rupture. Tôt où tard, le socle fragile sur lequel repose cette pyramide de dettes – la valeur de nos monnaies – va céder et emporter avec lui non seulement la dette de nos États mais aussi le système bancaire, les capacités de financement de nos économies et l’épargne de quelques millions de nos concitoyens. Nous sommes au bord d’un gouffre d’une profondeur qui donne le vertige.

Ce sera alors l’heure de vérité. Sur les décombres de la crise qui s’annonce, nous allons tous, collectivement, être amenés à choisir dans quel type de monde nous souhaitons vivre. Contrairement à ce que certains de nos amis ont dit autrefois, il y a bel et bien une alternative : ce sera le socialisme ou la société libre – le reste n’est que fumisterie. Celles et ceux – et ils sont nombreux – qui ne l’ont jamais fait feraient bien de lire Mises : l’heure du choix approche, il va falloir faire le bon.

---
[1] Robert Heilbroner, The triumph of capitalism, dans The New Yorker (23 janvier 1989).
[2] Robert Heilbroner & Irving Howe, The World After Communism: An Exchange, dans Dissent Magazine (numéro d’automne 1990).
[3] Robert Heilbroner, After Communism dans The New Yorker (10 septembre 1990).
[4] Titre de sa biographie, The Last Knight of Liberalism par Guido Hulsmann.
[5] Ludwig von Mises, Die Wirtschaftsrechnung im sozialistischen Gemeinwesen dans Archiv für Sozialwissenschaften, vol. 47 (1920) ; une traduction en français est disponible ici.
[6] Anecdote rapportée, notamment, par Yuri Maltsev, un des économistes chargés par Gorbachev de mettre en œuvre la perestroika.
[7] En RDA, on les appelait « fugitifs » ou « déserteurs de la république » ; appellations qui résonnent étrangement lorsque l’on entend le discours de certains de nos élus actuel. Comme le note très justement Daniel Tourre, pour qu’il y ait des évadés (fiscaux), il faut qu’il y ait eu une prison (fiscale) au préalable.
[8] Vous aurez reconnu la la présomption fatale (The Fatal Conceit) de Friedrich Hayek (1988).
[9] Friedrich Kayek également (The Road to Serfdom).

Commentaires

  1. @GK

    "la défense du capitalisme et l’économie de marché comme étant le système naturel des hommes libres"

    Voilà une phrase éminemment drôle faisant l'impasse sur des pans entiers - et par siècles - de la philosophie politique.

    Deux conseils de lecture, bien nécessaires en la cause :

    - Jean-Fabien Spitz : le moment républicain en France (nrf essai - Gallimard)

    - Charles Péguy "L'Argent" (pléiade - cahiers de la quinzaine - Gallimard)

    Comme je vous l'ai déjà expliqué GK, il y a une manière simple de prendre la mesure de vos théories, il suffit pour cela que le "libéral" que vous êtes (dont les liens avec Mr Locke et son libéralisme me semblent particulièrement distendues) nous livre quelle est sa définition de l'Homme.

    Pas besoin d'entrer même dans ces constructions théoriques, bien compliquées, habillées d'une pseudo autorité mathématique, pour y voir clair.

    J'ajoute que, bien étrangement, Platon, Aristote et les humanistes chrétiens, sont bien plus lisibles que vos éminents docteurs de la foi libertarienne et néo-libérale ; c'est étrange non ?

    Quel est le but ultime des sociétés ? Le développement intellectuel et moral des individus ou la multiplication sans principes des bien de consommation ?

    "l'accès à l'autonomie personnelle est rendu possible pour tous par une intervention de l'Etat qui vise non pas à égaliser autoritairement les jouissances, mais à égaliser "libéralement" les ressources intellectuelles et matérielles dont les individus doivent jouir pour se soustraire à la domination des tiers et exercer authentiquement des choix responsables. Quant à l'avènement d'une communauté morale préoccupée d'autres intérêts que de la jouissance, elle n'est possible que par l'appel à une métaphysique individualiste, et par une action publique qui soustrait les rapports sociaux à l'empire de la domination et à la course pour le pouvoir par le biais de la possession sans cesse accrue des choses"

    "Comme le montre Michel, le droit de l'Etat est en réalité la conséquence et la condition du droit de l'individu ; il ne lui est pas opposé mais consubstantiel"

    " Henry Michel nous permet en outre de faire reculer deux idées extrêmement pernicieuses et qui sont toutes deux des idées que l'on peut qualifier d'idée de "droite". La première est l'idée hayékienne que toute forme d'intervention de l'Etat dans les rapports d'échange et de production de la société civile entretient une parenté essentielle avec la définition de l'égalité comme égalité de jouissance et conduit par conséquent, par une pente glissante inévitable, à une forme de socialisme, d'organisation de société par le centre. La seconde est l'idée sournoisement indiscutée aujourd'hui que, selon la magnifique expression de Michel, la moralité suit le bien-être comme son ombre, et que le but de la civilisation ne peut se définir autrement que comme l'accroissement continu de la richesse générale"

    (Jean-Fabien Spitz - Le moment Républicain en France - l'appauvrissement de l'individualisme - lecture d'Henry Michel, notamment)

    ps : pas de rapport avec le sélectionneur de l'équipe de France de football.

    RépondreSupprimer
  2. @Aventin,

    Bonjour,

    Merci, vous m'avez encore plus ouvert les yeux.

    Toute l'incohérence du socialisme résumée dans votre commentaire !

    En synthèse, L'Homme doit être à l’abri du besoin matériel pour être libre et on lui enlève sa liberté pour le mettre à l'abri du besoin matériel. Beau programme !


    "égaliser libéralement" lol quoi. On ne peut égaliser que par la force.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Un garçon qui n’a jamais eu de métier

Jean-Luc Mélenchon fait ses premières armes en politique à Lons-le-Saunier, en mai 1968. À cette époque il n’est que lycéen — en première littéraire — mais c’est lui, racontent ses anciens camarades de classe, qui va importer les évènements parisiens dans son Jura d’adoption. C’est lors de cette première expérience politique qu’il va réaliser son indiscutable talent d’orateur et se familiariser avec la pensée d’extrême gauche et notamment Karl Marx qui devient son livre de chevet en terminale. Il passe son bac en 1969 et s’inscrit à la faculté des lettres de l’université de Besançon pour y étudier la philosophie.Sitôt inscrit, le jeune Mélenchon se rapproche de l’UNEF et déserte les amphis pour se consacrer au militantisme. Il parviendra quand même à obtenir sa licence en 1972 mais ne poussera pas ses études plus loin : la même année, il rentre formellement en politique en rejoignant l’Organisation Communiste Internationaliste (OCI), une organisation trotskyste de tendance lambertiste…

Nombre d'heures travaillées par an et pour 100 personnes

Selon les données de l’OCDE pour 2015, le taux d’emploi de la population française âgée de 15 à 64 ans était de 63.8%. C’est-à-dire que sur 100 personnes en âge de travailler, un peu moins de 64 ont effectivement occupé un emploi — fût-ce à temps partiel — durant l’année considérée. Par ailleurs, selon la même source, le temps de travail annuel moyen des français qui ont travaillé en 2015 s’établissait à 1 482 heures [1].En croisant ces deux données, on peut facilement estimer le nombre d’heures de travail fournies en une année par 100 français en âge de travailler : ça fait environ 94 552 heures. Juste pour remettre ce chiffre dans son contexte, voici ce que ça donne pour tous les pays pour lesquels les données sont disponibles dans les bases de l’OCDE : Juste pour votre information, pas moins de 84.7% des islandais âgés de 15 à 64 ans travaillent (c’est le record du panel) et ils travaillent en moyenne 1 880 heures par an. Ce sont les mexicains et les coréens (du sud) qui, lorsqu’ils…