Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mars, 2011

Sophismes, des sophismes et encore des sophismes

Dans un article publié sur AgoraVox, monsieur « Salamanca » nous exhorte à mettre en place « une certaine forme de protectionnisme au niveau européen ». Voici ma réponse (dans les commentaires).

Monsieur Salamanca,

Vous pointez très justement du doigt la focalisation du débat politique sur des sujets d’importance mineure qui n’ont d’autre objet que de permettre à nos politiques d’adopter des postures sans jamais évoquer les véritables problèmes dont souffre notre pays. J’ai néanmoins 3 observations à faire sur le reste de votre article :

Quand vous écrivez « qu'un pays comme la Corée du Sud, qui privilégie ses produits et taxe fortement les produits importés, a connu un taux de croissance supérieure à 6 % » ; c’est deux affirmations sont exactes mais les lier entre elles et un non sequitur ; il est possible que vous ayez raison – ce n’est pas mon avis mais c’est en l’espèce sans importance – mais, présenté comme vous le faite ici, c’est un sophisme. Le taux de chômage au Venezuela,…

Déficit de la balance commerciale ? Et alors ?

Alors voilà, il parait que notre balance commerciale est déficitaire ce qui signifie que nous importons plus que nous n’exportons et que c’est grave puisque ça veut dire que nous nous appauvrissons. Nous sommes en 2011, ça fait donc 166 ans que Frédéric Bastiat, dans ses Sophismes Economiques, a expliqué en termes clairs et intelligibles par tous que cette idée est d’une stupidité sans nom mais l’actualité politique récente suggère qu’il est loin d’être inutile d’en remettre une couche.

Paul et Jacques sont – comme leurs prénoms l’indiquent – Français et vivent tous les deux à Strasbourg. Paul, pour des raisons qui lui appartiennent, souhaite acheter un Demi Souverain d’or tandis que Jacques – coup de chance ! – en a un qu’il souhaite vendre. Ils se rencontrent, se mettent d’accord sur un prix et échangent le Demi Souverain contre 130 euros. Qui a perdu dans cet échange ? Paul voulait sa pièce d’or et l’a eut tandis que Jacques voulait la vendre – c'est-à-dire l’échanger contre de…

Il n'y a pas de « désindustrialisation »

Les appels au protectionnisme continuent. Du Front National au Front de Gauche en passant par cet écoanalphabète d’Emmanuel Todd, Arnaud Montebourg (PS), Julien Landfried (MRC) et jusqu’à mon pourtant très sympathique camarade causeur Laurent Pinsolle, tous appellent à « protéger notre industrie » en rétablissant des barrières douanières. Je ne reviendrais pas sur le caractère profondément inepte du mercantilisme et de la théorie de la balance commerciale – voir Frédéric Bastiat (1845) sur ce point – ni sur l’extrême dangerosité du nationalisme économique pour me concentrer – cette fois-ci tout du moins – sur cette fameuse « désindustrialisation » dont on nous rebat les oreilles depuis quelques années. Comme souvent, un petit détour par les faits (qui sont têtus) me semble nécessaire.Ajustée de l’inflation et sur la base des chiffres de 2010, notre production industrielle a augmenté de 548% depuis 1950, de 114% depuis 1970 et de 31% depuis 1990 [1]. En termes de valeur ajoutée, notre …

Chronique de l’horreur écologique

Luc Rosenzweig nous propose sur Causeur.fr un article qui, outre le fait qu’il est merveilleusement bien écrit, pose (ou plutôt re-pose) le principe même de la démarche scientifique : le doute et le débat contradictoire. Le réchauffement climatique d’origine anthropique est une théorie - et en aucune manière une certitude absolue ou une vérité révélée – et il est sain, normal et même important que cette théorie soit scientifiquement contestée. Les ayatollahs « réchauffistes » qui prétendent faire taire ou discréditer leurs adversaires se comportent, en effet, comme les propagandistes d’une idéologie totalitaire. S’ils devaient avoir raison, les conséquences des solutions qu’ils proposent sur le genre humain seraient – et je pèse mes mots – apocalyptiques ; Et s’ils se trompaient ?

Free Competition in Currency Act of 2011

Le 15 mars 2011, Ron Paul a présenté le Free Competition in Currency Act of 2011 (H.R. 1098) à la chambre des représentants. L’auteur de « End The Fed ! », avait déjà tenté de faire passer des lois similaires (notamment en 2007) mais sans succès. Voici donc l’acte de retour dans le processus législatif. Ce dernier comporte trois volets :1/ Eliminer la taxation des gains en capital sur les pièces d’or et d’argent (qui peuvent monter jusqu’à 35% à court terme et 28% à plus long terme) ainsi que les taxes locales prélevées par les Etats et les gouvernements locaux. L’idée de ces taxations est d’empêcher les citoyens américains de fuir l’inflation sur le dollar en achetant des métaux précieux. Les éliminer revient à permettre aux étasuniens d’utiliser des monnaies métalliques en lieu et place du dollar.2/ Rappeler les lois qui établissent le cours légal du dollar US (United States Code, titre 31, section 5103) – c'est-à-dire les lois qui interdisent aux citoyens et aux entreprises amé…

Tu ne cede malis

Nous vivons une époque troublée. Aussi loin que notre regard puisse nous porter, les crises ont de tout temps suscité chez les hommes le besoin d’être protégés et de chercher cette protection auprès de celui qui en est le pourvoyeur naturel, l’Etat. La mondialisation, les étrangers, les marchés et autres changements climatiques sont autant de sujets d’incompréhension et d’angoisse savamment entretenus des politiciens trop heureux d’alimenter le pessimisme ambiant pour mieux en récolter les fruits électoraux. La question qu’élude complètement cette surenchère sécuritaire, qui quoiqu’on en dise n’est pas plus virulente à droite qu’à gauche, tient en deux mots : nos libertés.

Etre libre ne consiste pas, comme le répètent à l’envie ceux qui ont la mémoire trop courte ou la main trop lourde, à « n'être soumis qu'aux lois ». Ce n’est pas parce qu’une loi a été votée, y compris par un gouvernement démocratiquement élu, qu’elle n’est pas liberticide, arbitraire ou qu’elle n’opprime pas…

Égalité Taxes Bisous

« Egalité taxes Bisous » est disponible à la vente. Vous pouvez acquérir les « chroniques désabusées d'un pays en lente décomposition » du camarade h16 ; cent soixante pages d’humour grinçant à souhait pour le prix « démocratique, festif et citoyen » de 4.95 euros (hors frais de port capitalistes et spoliateurs comme il se doit).


Je viens de commander mon exemplaire, je suis donc probablement fiché aux RGs.

L’insondable légèreté du Front National

Marsactu, un site d’information continue marseillais a eut l’heureuse idée de proposer un petit quizz impromptu aux candidats des élections cantonales des 20 et 27 mars prochains pour le canton de Notre-Dame-Du-Mont à Marseille. Deuxième au premier tour avec 22.3% des suffrages exprimés, madame Mireille Barde, candidate du Front National, s’est prêté de bonne grâce à l’exercice. Elle aurait sans doute mieux fait de s’abstenir


Quiz élections cantonales : Mireille Barde (FN)par marsactu

Résumons donc : madame Barde ne sait pas combien il y a de cantons à Marseille ni combien sont renouvelables, elle ne connait pas le montant du budget du conseil général en 2010 et ignore de toute manière à quoi sert un conseil général, évalue le montant du RSA à 1 150 euros par mois, ne sait pas combien de collèges ni combien d’habitants il y a dans le canton et n’a pas la moindre idée du nom des quartiers qui le composent. Par contre, pour ce qui est du programme national-socialiste, elle semble tout à …

Réglementation bancaire et conséquences inattendues

Comment la règlementation bancaire a favorisé la crise plutôt que de l’éviter.

A entendre nos gouvernants et les séides de la toute puissance étatique, on pourrait presque croire que l’industrie bancaire moderne est un modèle de capitalisme sauvage échappant totalement au contrôle des Etats. Rien ne saurait être plus éloigné de la réalité : la banque est probablement le secteur de l’économie le plus lourdement réglementé après l’industrie nucléaire et les marchands de canons. Le sujet étant un peu complexe, vous ne m’en voudrez certainement pas de simplifier en me concentrant sur les deux principaux instruments de contrôle mis en œuvre par nos législateurs pour mieux tenir les banques : les « réserves obligatoires » et les « ratios prudentiels » de Bâle.
Le métier d’une banque consiste à emprunter de l’argent à court terme – principalement votre argent quand vous le déposez sur votre compte – pour le prêter à long terme. Ce faisant, la banque prend essentiellement deux risques : le prem…

Taux de pauvreté 1970-2006

« En utilisant le niveau officiel de $1/jour, nous estimons que le taux de pauvreté à l’échelle mondiale est tombé de 80% de 0.268 en 1970 à 0.054 en 2006 »























Source : Maxim Pinkovskiy et Xavier Sala-i-Martin, “Parametric Estimations of the World Distribution of Income” (2009). Via Carpe Diem.

La démocratie est nécessaire mais pas suffisante

Que feriez-vous si la majorité des français devait décider, lors d’un vote régulier, de priver nos concitoyens d’origine nord-africaine de leurs droits civiques, de les exproprier, de les expulser et d’exterminer ceux qui refusent ? Le peuple souverain ne se serait-il pas exprimé ? Sa décision serait-elle démocratiquement contestable ? Non n’est-ce pas ?
Le cas s’est déjà présenté : qui peut ignorer que le national-socialiste d’Hitler est arrivé au pouvoir par la voie des urnes et que rien de ce qu’il a n’entreprit, y compris les pires horreurs, n’était illégal ? Une démocratie, le gouvernement du peuple – ou plus précisément de sa majorité – a accouché d’un monstre totalitaire, un Gouvernement Omnipotent, d’un Etat total et, finalement, d’une guerre totale.
Moi je désobéirais – et nous serions sans doute nombreux à le faire. Je refuserais de toutes mes forces cette décision du peuple souverain et m’élèverais contre son application. Et pourtant je suis démocrate et je crois, comme Winst…

Mises, un avertissement

"European governments and parliaments have been eager for more than sixty years to hamper the operation of the market, to interfere with business, and to cripple capitalism. They have blithely ignored the warnings of economists. They have erected trade barriers, they have fostered credit expansion and an easy money policy, they have taken recourse to price control, to minimum wage rates, and to subsidies. They have transformed taxation into confiscation and expropriation; they have proclaimed heedless spending as the best method to increase wealth and welfare. But when the inevitable consequences of such policies, long before predicted by the economists, became more and more obvious, public opinion did not place the blame on these cherished policies, it indicted capitalism. In the eyes of the public not anticapitalistic policies but capitalism is the root cause of economic depression, of unemployment, of inflation and rising prices, of monopoly and of waste, of social unrest and …

GSEs, les chiffres de la SIFMA

Selon les chiffres de la Securities Industry and Financial Markets Association (SIFMA), de 1996 à 2007 les émissions de titres adossés à des mortgages ont atteint $19 188.4 milliards. Sur ce total, $11 382.1 milliards ont été émis par les trois GSEs (Fannie Mae, Freddie Mac et Ginnie Mae), soit 59.3% du total. Le pic d’émission des GSEs est atteint en 2003 avec $2 130.7 milliards ou 69% des émissions avant de reculer rapidement à $1 015.0 milliards (54%) en 2004 puis à $983.3 milliards (45%) en 2005. C’est à cette occasion que les émetteurs privés parviendront à représenter la majorité des émissions en 2005/06 avec respectivement 55% et 56% du volume total des émissions
A fin 2007, le montant total des titres adossés à des mortgages émis par les GSEs représentait $5 947.7 milliards soient 65.1% du marché.

La spéculation et le prix des oignons

À chaque fois que le prix de quelque chose monte ou baisse sur cette planète on voit ressurgir dans le discours de nos élites la même explication définitive : « c’est à cause des spéculateurs ». Ajoutez à cela une dose de slogans sur la« mondialisation financière » et quelques boucs émissaires bien choisis [1] et l’habile tribun peut diriger à moindre frais la vindicte populaire vers les traders et autres hedge funds sans que personne ne sache ni ne se demande ce que c’est qu’un trader ou un hedge fund. C’est pratique, politiquement efficace et surtout, ça évite de réfléchir.Spéculer, du latin speculare (observer, anticiper), n’est ni une activité illicite ni un acte moralement condamnable mais désigne d’une manière générale toute activité dont la finalité est d’anticiper des évènements à venir. Par exemple, quand un agriculteur décide de planter du maïs plutôt que du blé, il spécule sur les cours relatifs du maïs par rapport à ceux du blé quand le temps des moissons sera venu. Ce fai…

Iwy, surfez en toute sécurité

S’il y a bien un endroit où les gens risquent d’abuser gravement de leurs libertés, c’est internet. Cet immense far-west numérique et sauvage est devenu avec le temps un espace d’une extrême dangerosité où des individus peu recommandables et sans aucune qualification dument reconnue par l’Etat donnent leur avis sur tout et n’importe quoi, écoutent de la musique sans avoir acheté de galettes en plastique, diffusent les petits secrets que nos gouvernants auraient bien aimé nous cacher et – comble de l’horreur – organisent même des révolutions.
Quand Nicolas Sarkozy nous avait annoncé son intention de « civiliser internet », avouez-le, vous aviez esquissé le début d’un sourire narquois. Vous avez sans doute pensé à Christine Albanel, ex-ministre de la Culture [1] et de la Communication, passionaria des « firewall open office » [2] et conceptrice d’Hadopi, ce dispositif plein d’avenir que le monde entier nous envie, qui fait hurler de rire les pirates en herbe dès leur première année de co…

Les raisins de la colère

Durant les années 40, le pouvoir soviétique avait autorisé la diffusion des Raisins de la Colère (John Ford, 1940) dans les salles de cinéma d’ex-URSS. Ils espéraient, en montrant la détresse des américains durant la crise de 1929, convaincre les citoyens soviétiques des méfaits de l’économie de marché. Mais l’effet obtenu fût inverse : les spectateurs s’émerveillaient de ce que la famille Joad fuyait la misère en voiture. La censure décida finalement d’interdire le film.
Via Cafe Hayek

La liberté des lilliputiens

Hayek disait que ce n'est pas la source mais les limitations du pouvoir qui l'empêchent d'être arbitraire.

Lettre ouverte aux Marseillais

Chers tous,
Il y a environ 2600 ans, des grecs venus de Phocée débarquèrent sur les rives du Lacydon est y fondèrent un comptoir commercial. Une cinquantaine d’années plus tard [1], les Phocéens qui fuyaient l’invasion des perses de Cyrus II vinrent se réfugier dans leur colonie et, de simple relais commercial, Marseille devînt une ville.
Marseille c’est la métropole – la cité-mère –d’Agde, d’Antibes, de Hyère, de Nice et d’Aléria, c’est l’alliée de Rome et la concurrente de Carthage, la première ville de France et un des plus importants ports antiques de Méditerranée occidentale. C’est aussi la ville d’Euthymènes qui explora les côtes africaines au-delà des colonnes d’Hercule et celle de Pythéas qui remonta jusqu’au Groenland et s’approcha du cercle polaire. Marseille c’est encore la ville par laquelle la vigne [2], la religion chrétienne et l’écriture sont arrivés en Gaulle ; c’est de cette même ville que Strabon disait qu’« il n'y en a pas dont les lois soient meilleures » [3].
No…

Et si Piers Corbyn avait raison ?

Il y a quelques mois, je suis tombé sur un article de Boris Johnson (le maire de Londres) dans lequel il attribuait la bonne gestion des services publics londoniens lors de l’« épisode neigeux » – doux euphémisme – de décembre dernier à un certain Piers Corbyn, météorologue, astrophysicien et fondateur de Weather Action, une petite PME spécialisée dans les prévisions météo à long terme.
En effet, fin novembre 2010, Weather Action avait publié un bulletin dans lequel ils prévoyaient, en totale contradiction avec les prédictions du Met Office (l’équivalent british de Météo France), un mois de décembre « extrêmement froid et exceptionnellement neigeux » et ajoutaient même que le mois de décembre 2010 serait probablement le plus froid des 100 dernières années. La petite boutique de Corbyn ayant la fâcheuse habitude de ridiculiser le Met Office, l’équipe de Johnson avait décidé de prendre en compte cet avertissement en préparant leurs troupes pour des fêtes de Noël particulièrement froides…

En défense du capitalisme mondialisé

Aussi loin que l’on puisse remonter, les hommes ont toujours vécu dans un monde de pénurie. Pendant des millénaires, les fils n’avaient aucun espoir de vivre mieux que leurs pères et n’avait rien de mieux à attendre de la vie qu’une météo clémente et un roi peu enclin à convoiter les royaumes de ses voisins. Selon les estimations d’Angus Madisson [1], le niveau de vie de nos semblables n’a ainsi augmenté que d’environ 32% de l’an 1 à l’an 1700, c’est à dire 0.02% par an ; autant dire qu’il a stagné durant près de deux millénaires.
Mais dans cette Angleterre du début du XVIIIème siècle, il va se passer quelque chose qui changera défensivement la vie de milliards de nos semblables. Des inventeurs, des entrepreneurs, des financiers et des ingénieurs vont profiter des possibilités que leur offre le régime le plus libéral d’Europe – garantie des droits de propriété, liberté des prix, absence de barrières douanières internes, possibilité de déposer des brevets et un système financier efficac…