Accéder au contenu principal

Raid sur Gibson

Même sans être particulièrement musicien, vous connaissez certainement Gibson. Avec 117 années d’existence, les guitares de Nashville, Tennessee ont écrit quelques unes des plus belles pages de l’histoire du rock. La Gibson, c’est l’instrument de Slash (Guns N' Roses), de Jeff Beck, de Chuck Berry, d’Eric Clapton, de Bob Dylan, de The Edge (U2), de Sheryl Crow, de Dave Grohl (Foo Fighters, Nirvana, TCV), de Jimi Hendrix, de Steve Jones (Sex Pistols), de Mark Knopfler (Dire Straits), de Bob Marley, de Keith Richards (The Rolling Stones), d’Angus Young (AC/DC), de Carlos Santana, de Lenny Kravitz, de Pete Townshend (the Who), de B.B. King et le double manche de Jimmy Page – rien que ça. Eh bien figurez-vous que, le 24 août dernier, plusieurs équipes de SWAT armées jusqu’aux dents et des agents du Fish and Wildlife Service ont investit trois usines et le siège de Gibson, interdisant même à Henry Juszkiewicz, le PDG du groupe, d’accéder à son bureau.

Le gouvernement étasunien soupçonne la firme de Nashville d’avoir importé du bois de rose sans respecter la loi indienne et donc en transgressant le Lacey Act de 1900. Plus précisément, la réglementation indienne stipule que le bois de rose exporté doit l’être sous forme de produit fini mais l’administration américaine estime visiblement que les touches de guitares importées par Gibson n’étaient pas suffisamment finies. En d’autres termes, monsieur Juszkiewicz dispose des autorisations délivrées en bonne et due forme par le gouvernement indien mais que le gouvernement des États-Unis interprète la législation indienne de manière différente et estime donc que Gibson n’a pas respecté la loi indienne. Ubuesque.

La petite armada fédérale a donc saisi une centaines de guitares finies, 6 000 touches de guitares et une bonne partie du stock de matériaux bruts de Gibson – soit deux à trois millions de dollar de matériel – ce qui, notamment un période de crise, n’est pas sans poser quelques problèmes de trésorerie à la firme de Nashville, à ses 1 200 salariés américains et à ses fournisseurs. Et ce, d’autant plus que Gibson avait déjà subit un raid du même genre en 2009 quand les mêmes autorités fédérales soupçonnaient l’entreprise d’avoir violé ce même Lacey Act en important illégalement du bois d’ébène de Madagascar. Dans les deux cas, aucune condamnation n’a été prononcée à ce jour mais le matériel de Gibson reste entre les mains des agents fédéraux.

Les mauvaises langues se demandent si les attentions du gouvernement fédéral ne seraient pas motivées par le fait que Gibson n’est pas syndicalisée ou, pire encore, si la firme de Nashville n’aurait pas été trop pingre avec le collecteurs de fonds du parti Démocrate. Quoiqu’il en soit, entre deux plans de relances inefficaces, l’administration Obama fait feu de tous bois pour anéantir le plus surement possible une des plus anciennes et prestigieuses entreprises industrielles américaines.

Commentaires

  1. Rosewood, c'est du palissandre, rien à voir avec le bois de rose !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Pro Macron - lettre ouverte à mes amis libéraux

Pardon pour cette platitude mais le succès d’Emmanuel Macron c’est avant tout l’expression d’un désir de renouvellement de notre classe politique. Je ne crois pas, si vous me permettez cette hypothèse personnelle, que la plupart de ses électeurs aient voté pour son programme et je suis même convaincu que très peu l’ont lu. Emmanuel Macron est avant tout l’incarnation de ce que nombre de nos concitoyens attendent : une nouvelle tête — un candidat dont les débuts en politiques n’ont pas été photographiés en noir et blanc [1] — et, à tort ou à raison, une rupture avec le système politique hérité de la Libération.Et c’est précisément ça qui a, je crois, tué la candidature de François Fillon. Face à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, lors de la primaire, il pouvait aisément passer pour le candidat du renouvellement de la droite et ce, d’autant plus qu’il tenait à l’époque un discours très libéral au regard de ce à quoi nous sommes habitués de la part des Républicains [2]. Seulement voilà : no…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…