Accéder au contenu principal

Les moulins à vent de Lord Kelvin

Dans un article publié dans la revue North American de Philadelphie, Lord Kelvin, mathématicien et physicien de l’université de Glasgow, constate que notre consommation d’énergies fossiles épuise rapidement les ressources disponibles et estime que notre meilleure solution de rechange réside dans une combinaison d’énergie éolienne, de biocarburants et d’hydroélectricité. L’éminent scientifique imagine ainsi un monde où les transports maritimes seraient assurés à la voile, où chaque bâtiment disposerait de son propre « moulin à vent » et où ceux d’entre nous qui vivent à la campagne pourraient cultiver leur propre énergie de manière parfaitement autonome.

Rien de très original me direz-vous : c’est un discours tout à fait commun de nos jours. C’est juste, mais ce que l’article de Lord Kelvin a d’original ne n’est pas tant son propos mais sa date de publication – le 18 mai 1902 [1]. Oui, vous avez bien lu. William Thomson, 1er Baron Kelvin, nous a malheureusement quittés en décembre 1907, le North American a cessé de publier en 1925 et l’énergie fossile dont il est question dans cet article n’est pas le pétrole comme vous l’avez sans doute cru, mais bel et bien ce bon vieux charbon.

L’économie, en tant que phénomène social, est une réponse des hommes à la rareté. Si nous vivions dans un jardin d’Eden où tout est disponible à profusion, la production, l’échange, les prix et toutes les notions qui donnent corps à ce que nous appelons l’économie n’auraient pas lieu d’être. Nous n’aurions qu’à nous servir, qu’à ramasser la manne céleste tombée du ciel du Sinaï.

Mais ce n’est pas le genre de monde dans lequel nous vivons et c’est pour cette raison que l’économie existe. Une règle fondamentale de l’économie dit que quand un produit recherché se fait rare, son prix monte. C’est le phénomène que constatait Lord Kelvin en 1902 en ce qui concerne le charbon et c’est ce même phénomène auquel nous assistons aujourd’hui en ce qui a trait au pétrole. Cette hausse des prix a deux conséquences remarquables.

Au moment où Lord Kelvin observe la hausse des cours provoquée par la raréfaction relative du charbon, il se contente d’extrapoler un rythme de consommation passé et de le comparer aux réserves exploitables de charbon pour en conclure que cette ressource sera bientôt épuisée. Mathématiquement, physiquement, le raisonnement du scientifique britannique est inattaquable.

Du point de vue d’un économiste cependant, c’est une erreur, parce que l’économiste sait que lorsque les prix montent, la quantité demandée baisse. Quand les prix du charbon, du pétrole ou de toute autre matière première rare augmentent, ceux qui l’utilisent reçoivent deux incitations : réduire leur consommation en développant des technologies qui consomment moins ou développer l’utilisation d’une ressource alternative moins onéreuse.

Deuxième conséquence de la hausse des prix : la quantité offerte diminue moins que prévue ou peut même augmenter si la demande change Plus le prix d’une ressource rare est élevé, plus son exploitation devient en effet un projet économique profitable. Les gisements marginaux qui étaient considérés trop onéreux ou trop difficiles à exploiter deviennent rentables ; c’est pour cette raison qu’on voit rouvrir certaine vieilles mines d’or californiennes ou que l’on exploite désormais les fameux sables bitumineux canadiens.

Le développement de ressources alternatives devient également un projet économiquement attrayant ; c’est précisément pour cette raison qu’au moment même où lorsque Lord Kelvin constatait que le charbon devenait plus onéreux, certains de ses compatriotes investissaient des fortunes dans les champs pétrolifères de Bakou et quelques entrepreneurs texans fondaient la futur Texaco.

Lorsque Lord Kelvin publie son article, on estime la production mondiale de charbon à environ 791 millions de tonnes par an. En 2010, selon la World Coal Association, la production mondiale de charbon (houille et lignite) atteignait 7 229 millions de tonnes. La raréfaction relative du charbon et l’industrialisation d’un nombre croissant de pays ont provoqué une hausse des cours qui a été le facteur déclencheur d’une réorganisation spontanée de toute l’économie mondiale : on a développé des moteurs plus économes, des énergies alternatives (le pétrole, le nucléaire…) et on a découvert de nouveaux gisements de charbon qu’on ne soupçonnait même pas au début du XXe siècle.

On pourrait multiplier des exemples analogues à l’infini. Parier sur une fin de la croissance liée à une raréfaction des ressources, c’est parier contre l’ingéniosité des hommes et l’expérience prouve que c’est un pari extrêmement risqué. Un jour peut être, Lord Kelvin aura finalement raison et nous exploiterons massivement le vent comme source d’énergie, mais c’est le marché qui en aura décidé ainsi, pas les politiciens ni les prophètes de l’apocalypse.

---
[1] Vous trouverez le texte de Lord Kelvin ici.

Publié sur 24hgold.com le 03/11/2011.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Un garçon qui n’a jamais eu de métier

Jean-Luc Mélenchon fait ses premières armes en politique à Lons-le-Saunier, en mai 1968. À cette époque il n’est que lycéen — en première littéraire — mais c’est lui, racontent ses anciens camarades de classe, qui va importer les évènements parisiens dans son Jura d’adoption. C’est lors de cette première expérience politique qu’il va réaliser son indiscutable talent d’orateur et se familiariser avec la pensée d’extrême gauche et notamment Karl Marx qui devient son livre de chevet en terminale. Il passe son bac en 1969 et s’inscrit à la faculté des lettres de l’université de Besançon pour y étudier la philosophie.Sitôt inscrit, le jeune Mélenchon se rapproche de l’UNEF et déserte les amphis pour se consacrer au militantisme. Il parviendra quand même à obtenir sa licence en 1972 mais ne poussera pas ses études plus loin : la même année, il rentre formellement en politique en rejoignant l’Organisation Communiste Internationaliste (OCI), une organisation trotskyste de tendance lambertiste…

Nombre d'heures travaillées par an et pour 100 personnes

Selon les données de l’OCDE pour 2015, le taux d’emploi de la population française âgée de 15 à 64 ans était de 63.8%. C’est-à-dire que sur 100 personnes en âge de travailler, un peu moins de 64 ont effectivement occupé un emploi — fût-ce à temps partiel — durant l’année considérée. Par ailleurs, selon la même source, le temps de travail annuel moyen des français qui ont travaillé en 2015 s’établissait à 1 482 heures [1].En croisant ces deux données, on peut facilement estimer le nombre d’heures de travail fournies en une année par 100 français en âge de travailler : ça fait environ 94 552 heures. Juste pour remettre ce chiffre dans son contexte, voici ce que ça donne pour tous les pays pour lesquels les données sont disponibles dans les bases de l’OCDE : Juste pour votre information, pas moins de 84.7% des islandais âgés de 15 à 64 ans travaillent (c’est le record du panel) et ils travaillent en moyenne 1 880 heures par an. Ce sont les mexicains et les coréens (du sud) qui, lorsqu’ils…