Accéder au contenu principal

Du bon gouvernement

« Le plus grand soin d’un bon gouvernement devrait être d’habituer peu à peu les peuples à se passer de lui. »
-- Alexis de Tocqueville

Je vous propose un petit exercice : avant de lire la suite de cet article, vous allez prendre quelques secondes pour penser à autant de chefs d’Etat et de gouvernement d’Europe de l’ouest que vous pouvez. Pensez à ces illustres hommes et femmes qui nous gouvernent, ceux et celles à qui nous avons confié la lourde charge de mener le troupeau du peuple vers de verts pâturages, les grands de ce monde.

Laissez-moi deviner. Je suis prêt à parier que vous avez pensé à Nicolas Sarkozy – bien sûr – mais aussi à Angela Merkel, à Silvio Berlusconi, à David Cameron, à José Luis Zapatero et peut être même à George Papandreou. En revanche, je suis prêt à parier ma chemise et mes chaussettes que vous n’avez pas pensé à Micheline Calmy-Rey, présidente de la Confédération suisse, ni à Jean-René Germanier, président du Conseil National. Vous n’avez pas pensé à Mark Rutte, ministre-président des Pays-Bas. Vous n’avez pas non plus pensé à Heinz Fischer, président fédéral, ni à Werner Faymann, l’actuel chancelier d’Autriche. N’est ce pas ?

Je vais être honnête : sincèrement, si j’avais été à votre place, j’aurais probablement cité les mêmes noms que vous. A vrai dire, il y a encore quelques heures, je n’avais jamais entendu parler de Messieurs Germanier, Rutte, Fischer ou Faymann et le nom de Madame Calmy-Rey me disait vaguement quelque chose sans vraiment savoir qui elle était. Voilà des gens qui dirigent les gouvernements de pays voisins du notre dont nous n’entendons pratiquement jamais parler ; des illustres inconnus ; l’exacte antithèse de nos très bruyants et démonstratifs leaders.

La confédération helvétique, pourtant, ne semble pas si mal gouvernée que ça quand on y jette un coup d’œil. Tenez par exemple : chez nos amis helvètes, le taux de chômage en juin 2011 était évalué à 2,8% [1] alors qu’il était de 9,8% chez nous [2]. Il y a même, sur le site du portail statistique suisse, une section « Difficultés de recrutement »… C’est dire. Croyez-vous que les suisses aient lancé un grand plan de relance pour arriver à de tels résultats ? Que nenni : la dépense publique de la confédération plafonne à 32% du PIB là où la notre atteint 52,8% du PIB. Croyez-vous que la Suisse ait mis en place des barrières douanières pour « protéger ses emplois » ? Eh bien non, la confédération helvétique est même un des pays les plus ouverts au monde avec un Trade Freedom Index [3] de 90 là où la France n’affiche que 82,6.

Prenez les Pays-Bas et l’Autriche : je ne vous apprendrais rien en vous disant qu’ils partagent la même monnaie que nous et appliquent les mêmes conditions douanières que la plupart des pays de l’UE [4] – c'est-à-dire qu’ils devraient, eux aussi, se désindustrialiser et connaître un chômage élevé n’est ce pas ? Eh bien non, en juin 2011 leurs taux de chômage s’établissaient à 4,1% et 3,9% respectivement. Ah ! me direz vous : il doivent travailler pour des salaires de misère ces pauvres gens là ! Eh bien non : le salaire net moyen autrichien est 18% plus élevé que le notre et aux Pays-Bas… c’est 29% de plus qu’en France. Comment est-ce possible ? Eh bien c’est fort simple : ils payent beaucoup moins de charges sociales [5] et n’allez pas me dire que la vie en Autriche ou aux Pays-Bas est un enfer...

On n'entend jamais parler de ces gens mais il semble que finalement, ils ne font pas du si mauvais travail que ça. En même temps, il faut reconnaitre qu’ils n’ont pas tellement le choix : un autre point commun entre la Suisse, l’Autriche et les Pays-Bas c’est que ce sont des Etats où les notions de division des pouvoirs et de « checks and balances » n’ont rien d’abstrait ni de théorique. Ce sont des pays où il existe des lois, un cadre institutionnel stable et où le gouvernement a pris soin, depuis bien longtemps, d’habituer le peuple à se passer de lui.

---
[1] SECO, juin 2011.
[2] Eurostat, juin 2011.
[3] Fondation Heritage, 2011.
[4] Sauf trois pays qui sont plus protectionnistes que les 24 autres : Chypre, la Grèce et… la France (voir [3]).
[5] Voir « Fardeau fiscal de l'employé lambda au sein de l'UE », James Rogers et Cécile Philippe (Institut Économique Molinari / New Direction / Ernst & Young).

Publié sur 24hgold.com le 27/10/2011.

Commentaires

  1. Et oui, dans ce pays méchamment libéral qu'est la Suisse, le salaire moyen est de 4700 euros/mois. Et oui, on ne meurt pas dans les rues de Genève ni de Zurich. Et oui, en Suisse travaillent 27% d'étrangers contre 6 en France.

    « le gouvernement le meilleur est celui qui gouverne le moins » (David Thoreau)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Pro Macron - lettre ouverte à mes amis libéraux

Pardon pour cette platitude mais le succès d’Emmanuel Macron c’est avant tout l’expression d’un désir de renouvellement de notre classe politique. Je ne crois pas, si vous me permettez cette hypothèse personnelle, que la plupart de ses électeurs aient voté pour son programme et je suis même convaincu que très peu l’ont lu. Emmanuel Macron est avant tout l’incarnation de ce que nombre de nos concitoyens attendent : une nouvelle tête — un candidat dont les débuts en politiques n’ont pas été photographiés en noir et blanc [1] — et, à tort ou à raison, une rupture avec le système politique hérité de la Libération.Et c’est précisément ça qui a, je crois, tué la candidature de François Fillon. Face à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, lors de la primaire, il pouvait aisément passer pour le candidat du renouvellement de la droite et ce, d’autant plus qu’il tenait à l’époque un discours très libéral au regard de ce à quoi nous sommes habitués de la part des Républicains [2]. Seulement voilà : no…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…