Accéder au contenu principal

Dexia, escroquerie en bande organisée

Nous nous acheminons donc vers une nationalisation de la banque franco-belge Dexia, le « partenaire des collectivités locales » et la création d’une « bad bank » dans la plus pure tradition du consortium de réalisation du Crédit Lyonnais.

Que cette banque ait été mal gérée, c’est l’évidence même. De notoriété publique, la direction franco-belge n’a jamais fonctionné, la politique expansionniste de Dexia – notamment l’acquisition de la Financial Security Assurance en 2000 – n’est pas sans rappeler la folie des grandeurs d’un Jean-Marie Messier grande époque et la direction de cette banque s’est même débrouillée pour perdre 86 millions d’euros dans l’affaire Madoff. Enfin, il y a bien sûr le dossier des « emprunts toxiques » que la banque vendait à sa principale base de clients, les collectivités locales, pour réduire le coût de leur endettement – notamment à l’approche d’échéances électorales. Tout ceci est probablement vrai à divers degrés [1] mais quelque soit la réalité des faits, il est une évidence que tous semblent ignorer superbement : les actionnaires majoritaires de Dexia, ce sont les pouvoirs publics belges et français.

Résultat de la fusion de la fusion du Crédit Communal de Belgique et du Crédit Local de France en 1996, Dexia a toujours été détenue majoritairement par les pouvoirs publics belges et français. L’Etat français, directement ou via la Caisse des Dépôts et Consignations et CNP Assurances détient 25,07% du capital de Dexia. Les participations de l’Etat fédéral belge, des régions belges et des villes belges représentent 25,5% du capital. Au total, c’est donc environ 50,6% du capital de Dexia qui est directement ou indirectement sous contrôle public ; le solde étant détenu par des groupes à statuts mutualistes ou coopératifs [2] plus ou moins affiliés aux pouvoirs publics (19.3%) et par le public y compris les salariés (29,9%). De fait, le choix des dirigeants du groupe a toujours fait l’objet d’une négociation entre l’Etat central français et l’Etat fédéral belge ; Jean-Luc Dehaene, président du conseil d'administration, est un ancien premier ministre belge et Pierre Mariani, président du comité de direction, est un proche de Nicolas Sarkozy.

Le résumé de cette histoire calamiteuse est aussi clair qu’il est symptomatique de l’état de notre capitalisme de connivence : les pouvoirs publics, soucieux de permettre à nos collectivités locales de s’endetter et accessoirement de distribuer quelques récompenses pour services rendus, ont créé une banque et ont fait appel à leurs sujets pour mieux la capitaliser. Banque qu’ils ont géré en dépit du bon sens de telle sorte que le prix de l’action s’est effondré d’un peu plus de 20 euros en 2006 à moins d’un euro à l’heure actuelle. Après avoir appelé les contribuables à la rescousse pour sauver ladite institution [3], ces mêmes pouvoirs publics sont en train de la « nationaliser » – c'est-à-dire de récupérer la part minoritaire du capital qu’ils ne possédaient pas déjà – après nous avoir assuré sur la base de leurs savants « stress tests » que « Dexia n’aurait pas besoin de fonds propres supplémentaires » [4]. Les créanciers, actionnaires et contribuables privés sont rincés ; les politiciens accusent la « crise du capitalisme » et estiment que l’Etat devrait être plus présent dans le capital des banques pour éviter que cela ne se reproduise.

Sur le dossier des « emprunts toxiques », la commune de Rosny-sur-Seine (Yvelines) attaque Dexia Crédit local en l’accusant d’« escroquerie en bande organisée ». Voilà un terme parfaitement approprié. Une escroquerie en bande organisée où la bande est constituée de nos élus locaux, les organisateurs sont nos gouvernements et les escroqués sont – comme d’habitude – leurs sujets dévoués et obéissants.

---
[1] Les pleurnicheries de la mairie de Saint-Etienne qui veut nous faire croire qu’ils ont étés « forcés » de contracter un swap sterling/francs suisses relèvent soit de la mauvaise foi la plus achevée, soit d’une incompétence surréaliste.
[2] Le groupe ARCO et le groupe Ethias en Belgique ; le groupe Banques Populaires et le groupe Caisses d’Epargnes en France.
[3] Injection de capital de 6,4 milliards euros et garanties d’Etat en 2008 auxquels s’ajoutent les 3 milliards d’euros prêtés par la Banque postale début 2011.
[4] Communiqué de presse publié par Reuters le 23 juillet 2011.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Pro Macron - lettre ouverte à mes amis libéraux

Pardon pour cette platitude mais le succès d’Emmanuel Macron c’est avant tout l’expression d’un désir de renouvellement de notre classe politique. Je ne crois pas, si vous me permettez cette hypothèse personnelle, que la plupart de ses électeurs aient voté pour son programme et je suis même convaincu que très peu l’ont lu. Emmanuel Macron est avant tout l’incarnation de ce que nombre de nos concitoyens attendent : une nouvelle tête — un candidat dont les débuts en politiques n’ont pas été photographiés en noir et blanc [1] — et, à tort ou à raison, une rupture avec le système politique hérité de la Libération.Et c’est précisément ça qui a, je crois, tué la candidature de François Fillon. Face à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, lors de la primaire, il pouvait aisément passer pour le candidat du renouvellement de la droite et ce, d’autant plus qu’il tenait à l’époque un discours très libéral au regard de ce à quoi nous sommes habitués de la part des Républicains [2]. Seulement voilà : no…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…