Accéder au contenu principal

Nouvelle lettre à Ménécée

Par Pierre Lison [1], trouvée sur Nicomaque et relayée par XP.

« Cher Ménécée,

J’ai lu avec grand plaisir la lettre que tu m’as envoyée. Ainsi tu désires t’engager dans la chose publique ! C’est une bonne chose. La Cité a grand besoin de citoyens comme toi. Travailler pour notre Cité est une activité digne d’un homme libre. Je connais ta valeur, et je ne crois rien exagérer en affirmant que tu représentes un grand espoir pour rétablir la concorde et la justice pour nos concitoyens.

Néanmoins, je dois impérativement te mettre en garde. La place publique est pleine de dangers, auxquels n’est pas préparé l’honnête homme. Ces dangers ont un nom : ce sont les idées fausses. Tout ce qui arrive dans la société où nous vivons est le résultat des idées. Le bon et le mauvais. Ce qu’il faut, ce qu’il te faut pour servir la Cité, c’est combattre les idées fausses.

Par le biais de cette lettre, je veux t’entretenir des dangers qui t’attendent, et des moyens de les combattre. Pour triompher, tu devras apprendre à reconnaitre les pièges tendus par le vulgaire pour t’écarter de la voie de la sagesse. Il te faudra aussi apprendre comment substituer des idées meilleures aux idées fausses. Car s’écarter des mauvais sentiers ne suffit pas, il est également nécessaire de trouver le chemin de la vérité. Tel est le devoir du philosophe, tel est ton devoir.

Le point de départ de ta réflexion doit commencer sur la nature de l’homme, et de sa relation avec la société. Car toute philosophie politique se base sur une certaine conception de la personne humaine. À partir de cette conception, comment dériver les principes qui doivent régir une société juste ? Telles sont les questions que tu dois te poser, Ménécée.

Je tiens pour évidente l’idée que l’homme est une fin en soi. Cette proposition est un acte de foi, elle est une conviction intime. Elle ne peut être démontrée par un raisonnement logique. Mais cherche dans les profondeurs de ton âme, et tu en seras également convaincu. Tout homme possède une personnalité unique, irremplaçable, et c’est au travers de cette identité qu’il cherche à se réaliser.

L’individu est la seule réalité. Plus nous nous en écartons, plus nous lui substituons des idées abstraites sur la nature humaine, plus nous risquons de nous tromper. Le sens de la vie, la façon de se représenter le bonheur, tout ceci est propre à l’individu. L’homme se réalise dans sa capacité à créer, or toute création est un acte fondamentalement intérieur et solitaire.

Deviens l’homme que tu es. Fais ce que toi seul peut faire. Deviens sans cesse celui que tu es, sois le maître et le sculpteur de toi-même. Telle est la maxime du sage.

Contrairement à l’homme pris dans son individualité, la société n’est pas une fin en soi, elle est un moyen. L’homme ne saurait pas plus exister sans la société qu’il ne saurait exister sans air ou sans eau.

Au même titre que ces derniers facteurs, la société constitue une des conditions de son existence les plus nécessaires. Mais il serait ridicule de prétendre que l’homme vit pour respirer l’air, et de même il serait ridicule de prétendre qu’il existe pour la société. La société est simplement un concept qui exprime la symbiose que constitue un groupe humain. Or un concept n’est pas un porteur de vie. Le porteur de vie unique et naturel est l’individu et il en est ainsi dans toute la nature.

Comprends bien mon propos, il ne s’agit pas là de dénigrer les vertus de la vie en société, mais bien de replacer l’homme au centre de celle-ci. Ce sont les hommes qui font la société, et non l’inverse.

À partir de cette perspective, une éthique authentiquement humaine peut se développer, comme cette noble doctrine, basée sur l’Amour du prochain, qui appelle au salut, non de la masse anonyme, mais bien de chaque homme, en particulier.

Mais, te demandes-tu peut-être, comment, en pratique, permettre à l’individu de se réaliser ? Cherche en toi-même, tu trouveras la réponse. Celle-ci est simple et limpide comme l’eau de la source : il faut lui offrir la liberté. Sans liberté, il n’existe pas d’homme, il n’existe que des masses grégaires incapables de penser. L’homme est né pour vivre libre.

Fais attention à bien comprendre la signification de la liberté ; celle-ci n’est pas permissivité ou déchaînement d’instincts barbares. La liberté ne peut se vivre que si elle s’accompagne de son double : la responsabilité. Ce couple liberté-responsabilité est indissociable, il est le fondement de toute société civilisée. La liberté de l’un s’arrête ou commence celle de l’autre.

Comment mettre en pratique ce principe de liberté ? Pour cela nous avons inventé le concept de Droit. Le Droit exige le respect, par chacun, des libertés de chacun. Voilà donc trouvée la mission essentielle des institutions publiques, regroupées sous le nom d’État : protéger le Droit.

Sans doute entendras-tu, dans l’enceinte du Forum ou ailleurs, des citoyens expliquer que pour eux, l’État a pour but de transformer la société, de rendre les hommes plus moraux ou plus généreux. Ceci est un mensonge. Cette transformation qu’ils appellent de leur voeux ne peut se réaliser que par la suppression des libertés. Or nous avons vu qu’une philosophie basée sur l’homme (nous l’appelerons philosophie humaniste) se caractérise par la primauté accordée à la liberté par rapport à tout autre objectif politique.

Tu entendras peut-être certains orateurs appelés « socialistes » demander une redistribution massive et forcée des richesses à grande échelle, par le biais de l’État. Or cette redistribution ne peut s’effectuer que par l’usage de la force, de la violence. Leur appel à plus de générosité est sans doute louable, mais la vraie générosité consiste en un don gratuit, volontaire. Retirer par la violence le fruit du travail d’un homme ne s’appelle pas de la générosité, mais du vol. D’autant plus que cette distribution est inefficace, et profite souvent davantage aux détenteurs du pouvoir qu’aux nécessiteux.

De même, tu entendras d’autres orateurs, appelés « nationalistes » ou « conservateurs » appeler les hommes à devenir plus moraux, à servir leur pays ou à suivre d’autres préceptes. L’intention est ici aussi louable, mais les moyens qu’ils exigent ne le sont pas. Car il n’existe pas de moralité sans liberté.

Protection et sécurité n’ont de valeur que pour autant que de leur côté elles n’oppressent pas la vie outre mesure. La société a besoin d’une autorité chargée de faire respecter certaines normes permettant de vivre ensemble. Mais cette autorité a pour but de protéger, pas d’opprimer. Reste donc à trouver un équilibre entre l’absence d’autorité et l’abus d’autorité. La vie, toujours, est un voyage entre Charybde et Scylla.

Tu comprends à présent ce qui sépare notre philosophie (la philosophie de la liberté) des philosophies basées sur la force. Ceux qui croient en la liberté affirment que chacun à le droit de vivre comme il l’entend. Ceux qui croient en la force veulent imposer leur conception du Bien à l’ensemble de la société. Mais, dis-moi Ménécée, pourquoi les socialistes ne pourraient-ils pas vivre leur socialisme entre eux, et laisser les autres vivre librement ?

Il y a donc deux visions de la société qui s’affrontent : la vision d’une société ouverte, où les relations sociales sont basées sur des relations pacifiques de coopération et d’échange, et la vision d’une société fermée, vestige d’un tribalisme violent, où les relations sociales sont structurées autour d’une autorité centrale dirigeant toutes les facettes de la société.

Peu importe finalement si cette autorité a le soutien ou non de la majorité de la population, rien ne permet de justifier la suppression des libertés individuelles. La démocratie est un moyen de limiter, séparer, soupeser le pouvoir, elle n’est pas une fin en soi. La fin de toute institution publique, c’est le respect du Droit.

J’espère que tu comprends également que notre philosophie est frontalement opposée à toute forme d’utilitarisme. Nous ne défendons pas la liberté parce qu’elle est « efficace », mais parce qu’elle est Juste. La fin ne justifie jamais les moyens. Dans ta gestion de la Cité, pose-toi toujours la question : mon action est-elle respectueuse des libertés ? Ou est-elle oppression, asservissement ?

J’espère que les principes que je viens de t’enseigner resteront gravés dans ton esprit. Ils sont la source de toute société humaine – de toute société créatrice. N’abuse jamais de ton pouvoir, mets-le au service de chaque citoyen. Là ou cesse l’État, c’est là que commence l’homme.

Telle est l’essence de mon enseignement.

Porte-toi bien,

Ton ami sincère.

PS : toi qui aimes la philosophie, tu remarqueras que cette lettre est émaillée de citations de grands sages. Je te laisse le soin de trouver leur provenance, c’est un agréable exercice à réaliser ! »

Brillantissime !

---
[1] Pierre Lison, diplômé de l’Université catholique de Louvain, est ingénieur civil en informatique. Étudiant les interactions entre l’informatique, la linguistique et la science cognitive, il est aujourd’hui chercheur à l’université d’Oslo.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Comment j’ai déprogrammé l’obsolescence

C’est arrivé ce matin. Notre lave-vaisselle familial, que nous avions programmé pour tourner la nuit dernière, n’avait pas fonctionné. Mon épouse, étonnée par cette inhabituelle défaillance, a essayé de le relancer : rien à faire, le bestiau ne fonctionnait plus. Dépités, nous convînmes donc, ma dulcinée et moi-même, qu’il était temps de lui trouver un remplaçant. Cette fois ci, nous disions nous pas plus tard que ce matin, nous n’achèterons pas la première camelote venue à 300 euros : rendez-vous fût pris en début de soirée pour faire l’acquisition d’une bête de course qui, nous l’espérions, durerait vingt ans, comme celle de belle-maman.Dans les entrailles de la bêteMais la journée avançant, cette histoire ne sortait pas de ma tête. Le lave-vaisselle en question, nous l’avions tout de même acheté il y a à peine plus de trois ans : ce n’est pas Dieu possible que ce machin, même s’il ne nous avait objectivement pas coûté grand-chose, nous lâche aussi vite. Si ça se trouve, me disais-j…

Les prix « avant l’euro »

(J’ai l’intention de compléter cet article au fur et à mesure. Si vous avez des prix à proposer (avec des sources crédibles), n’hésitez pas à le me suggérer dans les commentaires.)L’euro a été introduit en deux temps. La première étape a eu lieu le 1er janvier 1999 à minuit, quand le taux de change irrévocable des différentes monnaies nationales par rapport à l’euro a été fixé définitivement — soit, pour ce qui nous concerne, 1 euro = 6.55957 francs. La seconde étape, l’introduction des pièces et billets en euro, s’est étalée sur un mois et demi : du 1er janvier 2002 au 17 février 2002 ; date à laquelle les espèces en franc ont été privées du cours légal [1] — c’est-à-dire qu’il était interdit de les utiliser ou de les accepter en règlement d’une transaction.SalairesÀ compter du 1er juillet 2000, le SMIC horaire brut était fixé à 42.02 francs soit, pour avec une durée légale du travail de 39 heures par semaine (169 heures par mois), 7 101.38 francs bruts par mois. Le 1er juillet 2001,…