Accéder au contenu principal

Il faut réduire la dépense publique

Lorsque, le 24 août 1774, Louis le seizième annonce la nomination de Turgot au poste éminent de contrôleur général, les finances du royaume sont dans une situation des plus critiques. Sur la seule année 1770, par exemple [1], les dépenses royales se montent à 277,4 millions de livres tournois pour une revenu net de 164,4 millions ; soit un déficit budgétaire de 108 millions largement creusé par les intérêts de la dette.

Il n’y avait, à l’époque, pas d’euros, pas de mondialisation [2], pas de loi de 1973 et le moins que l’on puisse dire c’est que l’économie française était tout sauf libérale. En revanche, il y avait une monarchie qui dépensait sans compter et un peuple de France qui étouffait sous le poids de l’impôt. Le programme de Turgot, tel qu’il le présente lui-même au roi dès le lendemain de sa nomination, se résume en une phrase : «Point de banqueroute, point d'augmentation d'impôts, point d'emprunts.»

«Point de banqueroute» parce Turgot sait qu’un Etat qui annule sa dette se condamne à se passer de créanciers. L’idée selon laquelle l’Etat serait l’otage des financiers est une imbécilité : si vous deviez décider de ne pas rembourser vos dettes, vous commettriez un acte illégal – un vol – et recevriez la visite de la police. Si un Etat décide de ne pas rembourser sa dette, il ne commet aucun acte illicite puisque c’est justement lui qui fait les lois et ne risque pas de recevoir une visite de la police puisque c’est justement sa police. Les financiers, combien de divisions ? Aucune. L’Etat, par définition, détient le monopole de la violence et peut donc annuler ses dettes unilatéralement mais tout à un prix : plus personne ne voudra désormais lui prêter d’argent.

«Point d’augmentation d’impôts» parce que le peuple de France croule déjà sous le poids des taxes. Au-delà même de l’impopularité d’une telle mesure, c’est tout simplement une question d’efficacité fiscale : Turgot a compris que trop d’impôt tue l’impôt. Pour la même raison qu’une augmentation des taxes sur le tabac réduit la consommation de tabac, une augmentation des impôts sur les activités créatrices de richesses réduit l’incitation qu’on les gens à créer de la richesse ou les incite à aller la produire sous des cieux plus cléments.

«Point d’emprunts» parce que la dette n’est pas gratuite et devra un jour ou l’autre être remboursée par de nouveaux impôts (ce sont les français-contribuables qui paieront), par de l’inflation [3] (ce qui revient au même) ou par un défaut de paiement (ce sont les créanciers qui paieront). En ce bas monde, rien n’est gratuit ; il y a toujours quelqu’un qui paie et si vous ne savez pas qui paie, c’est probablement que c’est vous.

Ce que Turgot veut faire – et ce qu’il va effectivement réussir à faire – c’est baisser la dépense publique. Turgot a compris que l’Etat ne créé pas de richesses ; il se contente de les transférer d’une partie de la population vers une autre (en général, ceux qui le servent). Cette idée vous choque ? Pourtant, c’est la justification même de l’intervention publique dans l’économie : l’Etat, contrairement aux acteurs privés, n’agit pas dans le but de créer de la valeur ajoutée et donc de la richesse – n’est ce pas précisément pourquoi vous le plébiscitez ? L’accroissement de la dépense publique n’a jamais eut qu’un seul effet, celui d’inciter un peuple à consacrer ses efforts à la captation de subsides publics – c'est-à-dire de richesses produites par les autres – plutôt qu’à la production de nouvelles richesses.

Louis XVI, cédant aux pressions de certains membres influents de la cour et notamment de l’entourage de la très dépensière Marie-Antoinette [4], finira par renvoyer Turgot. L’histoire, dans son implacable logique, poursuivra son cours.

Depuis 1975, les gouvernements qui ont présidés aux destinées de ce pays n’ont pas voté un seul budget à l’équilibre. Depuis 36 ans, nous avons dépensé toujours plus et avons accumulé une dette colossale. Je dis bien « nous » parce qu’à la différence de nos ancêtres « nous » avions le choix. Accuser les marchés financiers, les agences de notation, les paradis fiscaux, la loi de 1973, l’euro, la mondialisation ou que sais-je encore relève de l’aveuglement ou de la démagogie : nous sommes les seuls responsables. La liberté est indissociable de la responsabilité. Depuis 1975, nous avons eu à de nombreuses reprises l’occasion de renverser cette tendance mais nous ne l’avons pas fait. Nous en sommes arrivés au point où une légère réduction du déficit est unanimement qualifiée de « politique de rigueur » !

Aujourd’hui, ce système est à bout de souffle ; nous allons devoir payer et honorer les engagements de ceux qui nous ont précédés. Tâchons seulement, pour le bien de nos enfants, de tirer les leçons du passé.

---
[1] Les chiffres fiables sont rares ; j’emprunte ceux-ci à Alain Guéry, « Les finances de la monarchie française sous l’ancien régime » (1978)
[2] Des barrières douanières il y en avait même entre les différentes provinces de France… C’est dire !
[3] Quand Saint Louis étend le cours légal de la livre tournois au royaume en 1262, une livre tournois vaut environ 98 grammes d’argent mais sous le règne de Louis XVI, elle ne vaut plus que 4,05 grammes d’argent ; en 5 siècles, la monnaie des rois de France a perdu 96% de sa valeur.
[4] Qui ne supportait pas d’avoir à négocier ses dépenses auprès du ministre.

Commentaires

  1. Or "On assure en effet, mais nous avons du mal à le croire, qu'il considérerait comme "plus possible de réduire les dépenses publiques de l’État".
    source : http://www.insolent.fr/2011/09/la-fausse-rigueur-et-les-cochons-de-payants.html

    Ce "il" est Gilles Carez, le collabo type de cette structure administrative d'OCCUPATION par l'intérieur ?

    De là à penser que Le mal français est Minotaure : une irréductible monstruosité. Personnellement, je franchis le pas http://amourpiegale3.blogspot.com/2011/09/renouvellement-de-lanalyse.html

    RépondreSupprimer
  2. @ Georges : mais vous n'y êtes pas du tout mon brave. Il est avéré que ce sont les banquiers (avant on disait Juifs) qui ont obligé les politiciens à être des socialistes assumés (PS) ou honteux (UMP), à emprunter des sommes folles un flingue sur la tempe pour les distribuer gratuitement aux clientèles électorales sans contreparties ni garanties.

    RépondreSupprimer
  3. Pour Raffarin, il y a maintenant pour les politiques, et les électeurs, et ceux qui ont prêté à la France...

    http://www.dailymotion.com/video/xknoy0_raffarin-la-democratie-c-est-fini_news?start=0#from=embed

    Si on tape sur les fonctionnaires, ceux-ci vont aller dans la rue... Ce qui va effrayer les prêteurs qui ont besoin plus que tout d'être rassurés...

    Pour une interprétation du geste de la main que fait Raffarin,lire ceci (fin de l'édito)
    http://www.joseph-messinger.fr/hebdo_gestes/index.php?id_hebdo_gestes=77&email=&mdp=#EDITO

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le salaire minimum à 15 dollars de Seattle

En général, la (fonction de densité de la) distribution des salaires ressemble à quelque chose comme ça : C’est-à-dire que relativement peu de gens touchent des salaires très bas (à gauche de la distribution), la plupart perçoivent un salaire proche du salaire médian (au milieu) et, plus on monte dans l’échelle des rémunérations (vers la droite), plus ça devient rare. Sur un graphique de ce type, le P.-D.G. d'une société du CAC 40 ou un joueur international de football se promènent à quelques dizaines de centimètres à droite de votre écran mais ces cas sont si exceptionnels que le trait bleu est invisible à l’œil nu.Le point MinW indique le niveau du salaire minimum légal. À gauche de ce point, en rouge, vous trouvez toutes les personnes dont le travail vaut moins que le salaire minimum. Typiquement, ce sont des gens peu qualifiés, peu expérimentés et même souvent les deux. C’est-à-dire qu’étant donné le niveau du salaire minimum, ces gens-là sont tout simplement inemployables. C&#…

Un garçon qui n’a jamais eu de métier

Jean-Luc Mélenchon fait ses premières armes en politique à Lons-le-Saunier, en mai 1968. À cette époque il n’est que lycéen — en première littéraire — mais c’est lui, racontent ses anciens camarades de classe, qui va importer les évènements parisiens dans son Jura d’adoption. C’est lors de cette première expérience politique qu’il va réaliser son indiscutable talent d’orateur et se familiariser avec la pensée d’extrême gauche et notamment Karl Marx qui devient son livre de chevet en terminale. Il passe son bac en 1969 et s’inscrit à la faculté des lettres de l’université de Besançon pour y étudier la philosophie.Sitôt inscrit, le jeune Mélenchon se rapproche de l’UNEF et déserte les amphis pour se consacrer au militantisme. Il parviendra quand même à obtenir sa licence en 1972 mais ne poussera pas ses études plus loin : la même année, il rentre formellement en politique en rejoignant l’Organisation Communiste Internationaliste (OCI), une organisation trotskyste de tendance lambertiste…