Accéder au contenu principal

Gains de productivité

En 1970, le salarié moyen de l’industrie française produisait l’équivalent de 74 000 euros par ans ; 40 ans plus tard, son fils produit plus de 273 000 euros – soit 3,7 fois plus.

Cet extraordinaire gain de productivité a été rendu possible par un seul et unique phénomène, celui-là même qui est la source du gigantesque enrichissement de l’humanité depuis la première révolution industrielle : le progrès technologique. Là où les travailleurs des années 1970 accomplissaient encore de nombreuses tâches manuelles à faible valeur ajoutée, les chaines de montage robotisées modernes ont permis de les automatiser. Avec moins, nous sommes désormais capables de produire beaucoup plus.

Ces gains de productivité ont eu pour première conséquence d’augmenter significativement notre niveau de vie. Jugez plutôt : en 1972, un salarié payé au Smic devait travailler 2 265 heures pour espérer s’offrir une Renault 5 ; aujourd’hui, moins de 1 000 heures de travail lui suffiraient pour acquérir une Twingo. Sans même tenir compte de l’amélioration du produit, une petite voiture est désormais deux fois moins chère qu’il y a 40 ans.

Chaque être humain étant désormais capable de produire beaucoup plus de richesse qu’autrefois, le « gâteau » que nous avons à nous répartir grossit plus vite que le nombre de convives et jamais il n’a jamais été grand. Peu de gens réalisent qu’en 50 ans, le revenu moyen a presque triplé.

Autre conséquence des gains de productivité dans l’industrie : le volume de production mondial n’a jamais été aussi élevé qu’aujourd’hui, mais comme le prix des produits manufacturés baisse plus vite – ou augmente moins vite – que celui des autres biens et services, le poids relatif de l’industrie dans l’économie mondiale baisse. Et ce, d’autant plus qu’en augmentant notre pouvoir d’achat, la baisse relative des prix des produits industriels nous a permis de consacrer une part grandissante de nos revenus à d’autres usages et, notamment, à l’achat de services.

Pour reprendre l’exemple proposé plus haut, après s’être acheté une voiture, notre salarié payé au Smic peut désormais consacrer le produit de 1 165 heures de travail en abonnement Internet, en sorties ou toute autre forme de services. À l’échelle mondiale, la part de l’industrie est ainsi passée de près de 27% du produit mondial brut en 1970 à moins de 17% en 2010 [1].

C’est exactement le même phénomène que celui que nous avons observé dans l’agriculture : les prodigieux gains de productivité réalisés au cours du dernier siècle entraînent une diminution du poids économique du secteur et de la main-d’œuvre qu’il mobilise.

Il y a quelques jours, Andy Keane et Jim Scanla, deux ingénieurs de l’université de Southampton au Royaume-Uni, ont annoncé le premier vol d’une maquette d’avion imprimée en 3D. Oui, « imprimée » ; c'est-à-dire que le processus de production a consisté à rentrer le plan dans une sorte d’imprimante et à attendre le produit fini [2]. Le premier vol de SULSA (c’est son nom) est une étape supplémentaire de franchie dans cette extraordinaire épopée humaine.

Si ces imprimantes 3D se généralisent, elles détruiront des emplois, en créeront d’autres et réduiront encore les coûts de production et donc les prix de l’industrie. Ce faisant, elles participeront à l’amélioration de notre niveau de vie et permettront d’économiser encore un peu plus la plus rare et la plus précieuse de toutes nos ressources : l’esprit humain.

Un jour où l’autre, ces vieilles industries séculaires et consommatrices de ressources naturelles ne représenteront sans doute plus qu’une infime fraction du produit brut mondial. Il ne restera alors plus qu’une seule limite à la quantité de richesses que nous pourrons produire : notre imagination.

---
[1] Cette « désindustrialisation » n’a donc pas grand-chose à voir avec les délocalisations de certaines activités vers les pays à bas salaires : c’est le résultat naturel et logique des gains de productivité réalisés dans l’industrie.
[2] Et le produit fini vole parfaitement bien.

Article publié sur 24hgold.com le 31/08/2011.

Commentaires

  1. "Ces gains de productivité ont eu pour première conséquence d’augmenter significativement notre niveau de vie." A ce propos il y a une excellente vidéo que certains connaissent peut-être déjà :
    http://www.youtube.com/watch?v=W8SLIt7xZxU&feature=player_embedded

    RépondreSupprimer
  2. Ces gains de productivité se payent en manque de flexibilité et manque d'innovation.
    Ce ne sont pas à proprement parler des gains technologiques mais des raccourcis organisationnels, des circuits restreints, tout aussi dangereux que d'avoir un seul gros client ou fournisseur.

    La preuve qu'on s'est enferré dans ce trend de gains de productivités faute de performance de l'investissement d'avenir. Comme le signale John Hagel, depuis 1965 le ROI des entreprises occidentales a perdu 75% et continue de baiser implacablement sans jamais redresser la tête.
    http://en.wikipedia.org/wiki/John_Hagel_III

    Les silos de données, de connaissance et de savoir-faire au sein des entreprises se déprécient à la vitesse des échanges sur les réseaux.

    Cette amélioration de la productivité occidentale est plus la traduction d'un "faute de mieux" et est l'opposé d'une vision d'avenir.
    Normal,cela a toujours été un comportement sans risque à court et moyen terme.
    Mais au niveau stratégique c'est une faiblesse terminale.

    AMHA, Le fruit sera bientôt mûr pour les disruptions et les innovations organisationnelles venant principalement de l'extrême-orient.

    Nous n'avons plus l'agilité ni la ressource rare nécessaire car nous l'avons ossifiée dans les processus (encore une fois la course aux gains de productivité), pour nous retourner et transformer à nouveau...

    RépondreSupprimer
  3. professeurtournesol05/09/2011 12:23

    Juste une petite precision (qui n'enleve rien aux merite des deux ingenieurs), c'est le fuselage de la maquette qui a ete realise ainsi.

    RépondreSupprimer
  4. La réflexion de Thierry Lhôte est très juste, mais pas forcément en désaccord avec le post de GK.
    En effet, le gain de productivité est une donnée objective. Son analyse, une vision de plus en plus court-termiste qui induit inéluctablement une disruption est liée à la façon dont le gain a été fait. Il est notoire que la prise de risque n'est aujourd'hui plus du tout récompensée dans les grandes structures ou les gestionnaires ont pris le pouvoir aux entrepreneurs. Renault, TF1... des entreprises avec une vision originale et audacieuse de leur business dans les 90's se retrouvent à la rue aujourd'hui, d'abord à cause de la disparition de cette capacité à innover pour se rabattre sur des recettes éculées.
    Tout le contraire d'Apple qui su recréer une vision de l'avenir après une période de sommeil (à lire sur le sujet, très bon papier sur les 'petits bras' à la tête de nos grosses boites : http://lecercle.lesechos.fr/node/37169)

    Peut-être GK nous gratifiera-t-il prochainement d'un bon papier sur le meilleur amant et cavalier - et peut-être même économiste - de Vienne au XXème !

    Pythéas

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Pro Macron - lettre ouverte à mes amis libéraux

Pardon pour cette platitude mais le succès d’Emmanuel Macron c’est avant tout l’expression d’un désir de renouvellement de notre classe politique. Je ne crois pas, si vous me permettez cette hypothèse personnelle, que la plupart de ses électeurs aient voté pour son programme et je suis même convaincu que très peu l’ont lu. Emmanuel Macron est avant tout l’incarnation de ce que nombre de nos concitoyens attendent : une nouvelle tête — un candidat dont les débuts en politiques n’ont pas été photographiés en noir et blanc [1] — et, à tort ou à raison, une rupture avec le système politique hérité de la Libération.Et c’est précisément ça qui a, je crois, tué la candidature de François Fillon. Face à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, lors de la primaire, il pouvait aisément passer pour le candidat du renouvellement de la droite et ce, d’autant plus qu’il tenait à l’époque un discours très libéral au regard de ce à quoi nous sommes habitués de la part des Républicains [2]. Seulement voilà : no…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…