Accéder au contenu principal

La revolución bolivarienne ne marche plus, elle court

Jérôme Leroy, pom-pom-boy en chef du régime bolivarien de M. Chavez, nous annonce triomphalement que ce dernier a augmenté les salaires de 25% en quelques mois. Comme c’est effectivement un des grands thèmes de la communication bolivarienne du moment, je suppose que Jérôme fait référence au décret du 25 avril 2011 dans lequel M. Chavez a annoncé une hausse de 26.5% du salaire minimum vénézuélien. En effet, ledit salaire minimum était fixé à 1 223.89 bolivars depuis le 1er mai 2010 et l’administration bolivarienne l’a augmenté à 1 407.40 bolivars le 1er mai 2011 (+15%) et a annoncé qu’il passerait à 1 548.14 bolivar au 1er septembre 2011 (+26.5% par rapport à mai 2010).

Voilà donc pour le salaire minimum nominal.

Mais qu’en est-il du pouvoir d’achat des travailleurs vénézuéliens ? La question peut paraître incongrue mais, ça a manifestement échappé à notre supporter en chef du régime chaviste, il se trouve que le Venezuela subit une inflation massive ; c'est-à-dire que les prix augmentent et qu’ils augmentent très vite. Coupons cours tout de suite aux accusations qui ne manqueront pas de fuser de toutes parts et utilisons les chiffres officiels de l’administration de M. Chavez calculés par le Instituto Nacional de Estadistica et publiés par la Banco Central de Venezuela.

Du 1er mai 2010 au 1er mai 2011, le salaire minimum vénézuélien (qui ne concerne pas, je dis ça en passant, les 45% de travailleurs qui sont employés dans l’économie dite informelle) a augmenté de 15%. Or, de mai 2010 à mai 2011, l’indice des prix à la consommation vénézuélien (le très officiel Indice Nacional de Precios al Consumidor) a augmenté de 22.9%. Résultat des courses : le pouvoir d’achat d’un salarié payé au Smic local a donc régressé 7.9% en un an.

Jérôme aurait aussi pu nous indiquer que sur les trois dernières années (depuis le 1er mai 2008), M. Chavez a fait augmenter le salaire minimum de 76.1% (de 799 Bs à 1 407.40 Bs). Auquel cas, j’aurais sans doute précisé que sur cette même période l’inflation a atteint 105.6% : les prix officiels ont plus que doublé (je dis « officiels » parce que les pénuries qui frappent le régime chaviste ont naturellement permit le développement d’un marché noir sur lequel vous imaginez bien que les prix sont un poil plus élevés). Au final, le pouvoir d’achat des smicards vénézuéliens a baissé de 29.5% en trois ans (chiffres officiels, je me permets de le répéter).

Juste pour compléter, converti en dollars US, la valeur du Smic local est passée de $372 le 1er mai 2008 à $327.21 au 1er mai 2011. Vous me direz que ça ne fait que 12% de baisse ; c’est vrai mais c’est oublier qu’entre temps, M. Chavez a instauré un strict contrôle des changes et fixé la valeur du dollar US à 4.3 bolivars (janvier 2010). Outre les nombreuses pénuries que provoque cette politique (en effet, les importateurs vénézuéliens ont un mal fou à se fournir en dollars US pour acheter les biens et services qui manquent cruellement au Venezuela – voitures, médicaments etc…), elle rend toute comparaison internationale pour le moins difficile. Un indice tout de même : au marché noir, le dollar US se négocie manifestement aux alentours de 8.5 bolivars ce qui nous met le Smic de Caracas à environ $166 (55% de baisse en trois ans... oups).

Dernière bonne nouvelle, M. Chavez n’ayant toujours pas compris que c’est son usage immodéré de la planche à bolivars pour financer sa révolution qui est, pour l’essentiel, responsable de l’inflation : il a récemment conçu l’idée fort peu originale d’instaurer le contrôle des prix (Ley de Costos y Precios justos, le 22 juillet 2011).

On arrive en phase terminale, celle de la loi du maximum général.

Addendum :
Il semble que le vrai taux de change soit quelque part entre Bs 5.18 et Bs 5.65 pour un dollar US (basé sur la décote des obligations émises par Caracas). Ces chiffres sont d’ailleurs tout à fait cohérents avec l’inflation du bolivar. Le taux officiel de 4.3 est donc vraisemblablement surévalué de 20 à 31%.

Commentaires

  1. Mais quel abruti ce Chavez ! Toute la journée à brailler contre les Américains et il utilise leur dollar pour fixer la parité de sa monnaie.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Pro Macron - lettre ouverte à mes amis libéraux

Pardon pour cette platitude mais le succès d’Emmanuel Macron c’est avant tout l’expression d’un désir de renouvellement de notre classe politique. Je ne crois pas, si vous me permettez cette hypothèse personnelle, que la plupart de ses électeurs aient voté pour son programme et je suis même convaincu que très peu l’ont lu. Emmanuel Macron est avant tout l’incarnation de ce que nombre de nos concitoyens attendent : une nouvelle tête — un candidat dont les débuts en politiques n’ont pas été photographiés en noir et blanc [1] — et, à tort ou à raison, une rupture avec le système politique hérité de la Libération.Et c’est précisément ça qui a, je crois, tué la candidature de François Fillon. Face à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, lors de la primaire, il pouvait aisément passer pour le candidat du renouvellement de la droite et ce, d’autant plus qu’il tenait à l’époque un discours très libéral au regard de ce à quoi nous sommes habitués de la part des Républicains [2]. Seulement voilà : no…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…