Accéder au contenu principal

A propos de baguette magique…

Coralie Delaume critique à juste titre l’idée selon laquelle un retour au franc, en tant que tel, serait de nature à réduire notre pouvoir d’achat. Elle a, sur ce point, parfaitement raison : quelle que soit la valeur de cet hypothétique nouveau-nouveau franc en euros (1 euro = 1 franc, 1 euro = 6,55957 francs… que sais-je ?), ce sera une décision purement arbitraire qui, au-delà de quelques effets psychologiques, n’aura absolument aucun effet sur notre niveau de vie. Par exemple, si nous devions réintroduire dès demain de nouveaux-nouveaux francs en lieu et place des euros à une parité de 1 franc pour 1 euro, les seules choses qui changeraient seraient le nom de la monnaie et l’aspect physique des billets de banque. L’opération aurait bien sûr un coût mais nous n’avons aucune raison objective de penser que cela devrait avoir la moindre influence sur notre pouvoir d’achat.

Seulement voilà, la raison pour laquelle un certain nombre de nos politiciens voudraient revenir au franc c’est précisément qu’ils souhaitent reprendre le contrôle de la monnaie pour mieux pouvoir la dévaluer. C’est l’objectif explicite et parfaitement assumé de la manœuvre : une « dévaluation compétitive » destinée à rétablir l’équilibre de notre balance commerciale et, mieux encore, l’abrogation de la fameuse loi n°73-7 du 3 janvier 1973 – dite Loi Pompidou-Giscard – qui interdit à l’Etat de financer la dépense publique en faisant tourner la planche à billet. En d’autres termes, si le franc est réintroduit contre un euro demain, nous avons quelques excellentes raisons de penser que sa valeur pourrait rapidement se dégrader et nous nous retrouverions avec un franc qui ne vaudrait alors plus que, par exemple, l’équivalent de 75 centimes d’euros [1]. J’ai deux objections votre honneur.

La première, c’est que le déficit de notre balance commerciale n’est pas un problème et qu’il n’y a donc pas matière à y apporter une solution. Contrairement à une idée largement répandue mais néanmoins parfaitement fausse, un pays qui importe plus qu’il n’exporte de s’appauvrit pas le moins du monde. La raison en est très simple : lorsque nous importons pour 100 euros de matériel électronique ce que nous faisons en pratique c’est échanger 100 euros de marchandises contre 100 euros en monnaie. Nous n’avons donc aucune raison tangible d’estimer que nous nous sommes appauvris [2]. Si ce raisonnement vous perturbe, remplacez lesdites marchandises par de l’or et expliquez moi en quoi échanger un billet de 100 euros contre son équivalent en métal précieux serait de nature à m’appauvrir. La balance commerciale n’est qu’une mesure comptable qui ne traduit en rien la santé d’une économie. Lorsque nous refourguons nos euros à des étrangers en échange de produits ou de services, ces mêmes euros nous reviennent sous forme de prêts ou d’investissements dans nos entreprises [3]. Se lamenter du déficit de notre balance commerciale tout en se félicitant de l’attractivité de notre économie pour les entreprises étrangères relève de l’analphabétisme économique.

Deuxio, permettre à un gouvernement de financer la dépense publique par la planche à billet est non seulement stupide mais aussi parfaitement dangereux. Là aussi, ça peut se résumer à une simple question de bon sens : s’il suffisait d’imprimer de la monnaie pour créer de la richesse, la faim dans le monde aurait disparu depuis longtemps. Si vous arrivez à croire qu’un gouvernement peut faire tourner la planche à billet pour financer ses dépenses sans que cela n’ai aucune conséquence sur la valeur desdits billets, vous faites preuve d’une naïveté confondante. Ce que nous proposent les politiciens évoqués plus haut c’est de créer de l’inflation – c'est-à-dire de dévaluer notre monnaie – pour financer la dépense publique. Que ce soit dit une bonne fois pour toute : ce n’est pas gratuit. En l’occurrence, et outre le fait que revenir sur cette fameuse loi de 1973 reviendrait à permettre à nos gouvernements de lever un impôt parfaitement arbitraire et en dehors de tout contrôle démocratique, cela reviendrait à organiser un gigantesque transfert de richesses des épargnants vers ceux d’entre nous qui sont endettés, et en premier lieu l’Etat. Dans votre vie de tous les jours, vous constateriez une hausse des prix que vous mettriez sans doute sur le dos de la rapacité des méchants commerçants mais en réalité, c’est la valeur de votre monnaie qui serait en train de s’effondrer.

La première leçon de l’économie, disait l’excellent Thomas Sowell, c’est la rareté. La première leçon de la politique c’est d’ignorer la première règle de l’économie. Si le gouvernement dévalue la monnaie pour rétablir l’équilibre de la balance commerciale ou financer ses dépenses somptuaires, quelqu’un devra payer. Les économies des épargnants seront les premières à y passer et les salariés dont les émoluments ne seront pas ou partiellement ajustés de l’inflation complèteront. En ce bas monde, rien n’est gratuit : depuis la nuit des temps, l’homme a du travailler, user de ses compétences et de son intelligence pour créer les conditions de son bien être. Ça ne changera pas : il y a toujours quelqu’un qui paie et si vous ne savez pas qui ; c’est probablement que c’est vous.

---
[1] Je suis un garçon très optimiste.
[2] Nous devrions même considérer que nous nous sommes enrichis puisque nous avons manifestement préféré 100 de matériel électronique à 100 euros de billets de banque…
[3] Un déficit commercial est, par construction, compensé par un solde positif de nos comptes de capital et/ou de nos comptes financiers de telle sorte que la balance des paiements est toujours équilibrée.

Commentaires

  1. Coralie, forte en thème mais également en sciences dures, puisqu'elle juge autrui sur ces critères, devrait tenter de nous expliquer comment elle compte dévaluer dans un régime de changes flottants.

    De même, avec une dette libellée en euros, il serait bon que Coralie nous explique ce que sera la valeur de celle-ci lorsque les futures ex-monnaies de singe pseudo-nationales "flotteront" ?

    Ceci dit, l'argumentaire de NKM face à Zemmour était effectivement mauvais. Le ministre aurait mieux fait de travailler le sujet avant de se l'approprier.

    RépondreSupprimer
  2. bubulle,
    Tout à fait d'accord sur l'argumentaire de NKM. Minable.

    RépondreSupprimer
  3. "Si vous arrivez à croire qu’un gouvernement peut faire tourner la planche à billet pour financer ses dépenses sans que cela n’ai aucune conséquence sur la valeur desdits billets, vous faites preuve d’une naïveté confondante."

    Mais non voyons, il suffit d'être français !

    "ce roi est un grand magicien: il exerce son empire sur l'esprit même de ses sujets; il les fait penser comme il veut. S'il n'a qu'un million d'écus dans son trésor et qu'il en ait besoin de deux, il n'a qu'à leur persuader qu'un écu en vaut deux, et il le croient. S'il a une guerre difficile à soutenir, et qu'il n'ait point d'argent, il n'a qu'à leur mettre dans la tête qu'un morceau de papier est de l'argent, et ils en sont aussitôt convaincus."
    (Lettres persanes, Lettre 24)

    RépondreSupprimer
  4. GK dit : "Deuxio, permettre à un gouvernement de financer la dépense publique par la planche à billet est non seulement stupide mais aussi parfaitement dangereux.". Oui, c'est dangereux, et en plus c'est immoral, comme de tromper sur les poids et mesures. Voir les considérations d'Oresme au XIVe siècle, sur lequel Guido Hülsman a travaillé. Depuis l'Antiquité, la manipulation de la monnaie (rogner des pièces d'or ou d'argent, et toute la suite des techniques plus raffinées) est une activité fréquente des souverains. Leurs sujets ont dû se résigner, mais dans une démocrate moderne, les citoyens devraient être éclairés sur ces crimes monétaires, et ne plus tolérer ce cynisme.

    RépondreSupprimer
  5. "Nous partageons notre monnaie avec d’autres pays. La monnaie est un concept immonde et formidable. Immonde pour nous, Français, qui pensons que la vie ne vaut d’être vécu que pour les abstractions qu’elle propose. Formidable car grâce à la monnaie, nous ne sommes plus obligés d’élever des vaches si nous voulons acheter une voiture. Autrement dit, la monnaie est le premier des liens sociaux. C’est dire si elle représente un bien précieux, même pour nous, Français, inventeurs des droits de l’homme, du renard et du citoyen."

    Jean-Michel Aphatie, 6 juillet 2011

    http://www.rtl.fr/blog/aphatie/torrent-de-merde-et-bientot-journalistes-de-merde-06-07-7700512666

    RépondreSupprimer
  6. Le célèbre commentateur économique du New York Times (et "Prix Nobel" d'économie) Paul Krugman est évidemment anti-oresmien.

    Contrairement à Oresme, Krugman pense que le Prince peut altérer la monnaie. Oresme, lui, estimait que le Prince agit pour le compte de la société, et qu'il ne peut pas disposer de la monnaie à sa guise.

    Citation de Krugman :

    "Nor is there a deep moral issue in allowing the purchasig power of the medium of exchange to depreciate modestly over time. Calm down, everyone"

    Cité sur le blog Krugman-in-Wonderland :
    http://krugman-in-wonderland.blogspot.com/2011/04/madness-of-fiat-money.html

    J'aime bien le "depreciate modestly". Exemple : l'évolution du franc français par rapport au franc suisse, ici :
    http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-200-ans-de-francs-francais-contre-le-franc-suisse.aspx?article=2669848290G10020&redirect=false&contributor=Olivier+Crottaz

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Pro Macron - lettre ouverte à mes amis libéraux

Pardon pour cette platitude mais le succès d’Emmanuel Macron c’est avant tout l’expression d’un désir de renouvellement de notre classe politique. Je ne crois pas, si vous me permettez cette hypothèse personnelle, que la plupart de ses électeurs aient voté pour son programme et je suis même convaincu que très peu l’ont lu. Emmanuel Macron est avant tout l’incarnation de ce que nombre de nos concitoyens attendent : une nouvelle tête — un candidat dont les débuts en politiques n’ont pas été photographiés en noir et blanc [1] — et, à tort ou à raison, une rupture avec le système politique hérité de la Libération.Et c’est précisément ça qui a, je crois, tué la candidature de François Fillon. Face à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, lors de la primaire, il pouvait aisément passer pour le candidat du renouvellement de la droite et ce, d’autant plus qu’il tenait à l’époque un discours très libéral au regard de ce à quoi nous sommes habitués de la part des Républicains [2]. Seulement voilà : no…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…