Accéder au contenu principal

Les apprentis-sorciers à l’œuvre

Ce graphique illustre la proportion de citoyens des Etats-Unis qui sont propriétaires de leur logement depuis 1965.



Au cas où vous poseriez la question, les années 1992/97 correspondent à la période durant laquelle l’administration Clinton pousse Freddie Mac et Fannie Mae, les « government sponsored entreprises », à augmenter leurs achats de mortgages accordés à des familles modeste et 2004/06 correspond à la séquence de remontée des Fed Funds orchestrée par la Fed.

« La première leçon de l’économie c’est la rareté. La première leçon de la politique c’est d’ignorer la première leçon de l’économie. » (Thomas Sowell)

Via Carpe Diem (encore !)

Commentaires

  1. Parce qu'ils ignorent l'économie, les hommes politiques constructivistes remplacent la rareté par la pénurie.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Je découvre votre blog. Je l'ai immédiatement mis en lien sur le mien. Je me réjouis de venir mettre mon grain de sel de temps en temps chez vous.

    Bien à vous,

    Dominique Jordan,

    Un libéral résident à Lausanne ( Suisse )

    RépondreSupprimer
  3. Eh bien, ami helvète, soyez le bienvenu ;)

    RépondreSupprimer
  4. @Georges

    Ce matin, alors que le char du soleil faisait poudroyer la rosée fraîche et déposée, la vérité m'a, tel un rai de Lumière descendu de l'âme du divin, traversée.

    Nom de Dieu, j'ai vu. Oui j'ai vu, ces lignes mathématiques, matrice première et définitives de nos âmes, défiler sur le fond de ma conscience brûlée par ce feu de l'ordre essentiel et divin.

    Cette révélation fut spontanée : c'est la nature de celle-ci que d'apparaître subitement, déchirant ainsi ce tissu d'erreurs tenaces et positives qu'est l'ignorance.

    Cette vision, je la dois à vos graphiques Georges. Je sais désormais qu'en chaque économiste demeure un prophète : un homme de vérité donnant au monde les clefs par lesquelles s'expliquent tout ce qu'est l'Homme, tout ce qu'est le monde.

    Du coup, ben même Jésus est en slip - si je peux me permettre cette comparaison. J'ai bien relu les Evangiles, je n'y ai pas trouvé un graphique, pas la queue d'un. C'est pas un signe ça ?

    Je veux désormais témoigner ; comment dois-je faire ? Où sont les portes de notre église ? Wall Street ? Cette Nouvelle Jérusalem ?

    Si avec les copains vous organisez un pèlerinage, avec un détour par Cana - je veux dire Vegas - j'aimerais en être. Ensemble nous achèterons des Junk Bonds et des bons du Trésor américain, tout en lisant les statuts de la Federal Reserve Bank. Ca va sacrément être la déconne à mon avis.

    Le temps, c'est de l'argent : dépêchons-nous d'aller au désert néo-libéral.

    Vive le matérialisme, vive l'utilitarisme !

    Merci.

    RépondreSupprimer
  5. Benjamin Franklin11/07/2011 13:00

    Juste pour rire, un petit exercice de style : faisons un commentaire trollesque sur un blog constructiviste.
    "Cher Vladimir Siegheil, vous m'avez montré la voie.
    Oui, grâce à vos enseignements idéologiques, j'ai enfin compris la vraie nature de l'Histoire et de l'Homme. Débarassons nous des oripeaux des droits bourgeois au profit des droits réels !
    L'individu n'est rien, le collectif est tout. Que disparaisse le relativisme mesquin, engoncé dans son confort matérialiste, au profit d'une vision réellement holiste de notre humanité !
    Je sais désormais qu'en dehors du Parti, point de vérité, en dehors de l'Eglise, point de salut, en dehors du Gosplan, point de prospérité, en dehors de Gaïa, point de qualité de vie. Citoyens, camarades, frères de sang/race/classe/espèce/autre, ne pensez plus, le Bureau pense pour vous !
    Il est temps d'épurer notre société de ses parasites et profiteurs qui ont trop longemps retardé notre voie vers le Progrès : les aristocrates/patrons/riches/Juifs/spéculateurs/bolcheviks/fascistes/ultranéoturbolibéraux/Chinois/plombiers polonais/ouvriers maghrébins.
    Il est temps qu'advienne enfin la République Egalitaire Festive et Ecocitoyenne Conscientisée !
    Que triomphe le Plan !"

    Voilà, c'est sobre, nuancé, modéré, concis. Pas d'exagérations, pas de parti pris, pas de diabolisation. Le respect du contradicteur, l'ouverture d'esprit, la qualité de l'argumentaire, l'intelligence du propos, l'honnêteté intellectuelle, tout est là. La grande classe, quoi.

    PS : @Desaix,
    Relisez Arendt, Proudhon, Aron, Soljenitsyne. Ca vous ferait du bien, sisi.

    RépondreSupprimer
  6. Benjamin,
    J'ai perçu quelques accents hashzeisiens dans votre prose ;)

    RépondreSupprimer
  7. Benjamin Franklin11/07/2011 14:44

    On ne peut rien vous cacher Georges, j'avoue mes sources d'inspiration :)

    RépondreSupprimer
  8. Je rejoue au décrypteur de discours : Desaix a trollé ce fil de commentaires pour faire valoir son désaccord. Mais comme il/elle manque d'arguments, l'ironie et la caricature sont les meilleurs outils pour parler sans rien dire.

    Présenter un schéma, être précis dans les exemples et les faits que l'on propose à l'examen, tout ça, c'est se "soumettre à une matrice", et donc être à côté de la plaque. Méprisons celui qui sait, car sa science n'est que superstition... Exagérons ses préconisations, mentons sur ses intentions et ses arrières-pensées ! Après tout, "la République n'a pas besoin de savants", avait dit J.-B. Coffinhal, président du tribunal révolutionnaire, avant d'envoyer Antoine Lavoisier à la guillotine, en 1794.

    RépondreSupprimer
  9. Hohenfels,
    Desaix c'est "Aventin"... Tu n'avais pas reconnu le style ?
    ;)

    RépondreSupprimer
  10. Non, j'avoue que je fréquente de moins en moins Causeur.fr, donc j'ai perdu un peu l'habitude du style de chacun. D'autant plus que je ne suis pas très "physionomiste", niveau style...

    RépondreSupprimer
  11. Georges, qu'avez vous donc contre mon style ? Stendhal lui-même croirait à du Stendhal.

    RépondreSupprimer
  12. Rien en particulier... Vous pouvez même être assez bon tant que l'Aventin reste éloigné de la roche Tarpéienne...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le salaire minimum à 15 dollars de Seattle

En général, la (fonction de densité de la) distribution des salaires ressemble à quelque chose comme ça : C’est-à-dire que relativement peu de gens touchent des salaires très bas (à gauche de la distribution), la plupart perçoivent un salaire proche du salaire médian (au milieu) et, plus on monte dans l’échelle des rémunérations (vers la droite), plus ça devient rare. Sur un graphique de ce type, le P.-D.G. d'une société du CAC 40 ou un joueur international de football se promènent à quelques dizaines de centimètres à droite de votre écran mais ces cas sont si exceptionnels que le trait bleu est invisible à l’œil nu.Le point MinW indique le niveau du salaire minimum légal. À gauche de ce point, en rouge, vous trouvez toutes les personnes dont le travail vaut moins que le salaire minimum. Typiquement, ce sont des gens peu qualifiés, peu expérimentés et même souvent les deux. C’est-à-dire qu’étant donné le niveau du salaire minimum, ces gens-là sont tout simplement inemployables. C&#…

L'océan de cash

Du 4 juillet 2007 au 5 juillet 2017, le total du bilan de la Federal Reserve [1] est passé de 860 à 4 4 trillions de dollars — c’est à dire qu’il a quintuplé. À l’actif de la banque centrale étasunienne, cette croissance phénoménale se traduit par l’explosion de son portefeuille d’obligations émises par le Department of the Treasury — lequel atteint aujourd’hui 2,5 trillions — auquel se rajoutent les titrisations de créances hypothécaires (Mortage-Backed Securities) rachetées à Fannie Mae et Freddie Mac pour environ 1,8 trillions.Il s’agit, bien sûr, des conséquences d’une politique monétaire historiquement accommodante qui a conduit la Fed à intervenir massivement sur le marché obligataire. Très schématiquement : la Fed a créé des dollars ex-nihilo, ce qui ne lui coûte presque rien, et c’est servi de la monnaie ainsi créée pour racheter massivement les obligations qui se trouvent aujourd’hui sur son bilan. L’objectif, naturellement, étant de faire baisser les taux et ainsi — du moins…