Accéder au contenu principal

Qui est John Galt ?

Dans un article du Monde [1], Sylvain Cypel dresse un portrait peu flatteur de la romancière et philosophe russo-américaine Ayn Rand (1905-1982) et de l’école de pensée qu’elle a créé, l’« objectivisme ». Pas d'Etat, « dérégulation menée jusqu'à l'os », célébration de « 'l’égoïsme de l'intérêt personnel », admiration de « la force brute » et mépris des « masses incultes » : monsieur Cypel décrit les « thèses effroyables » d’Ayn Rand comme un « idéal sauvage », une « loi de la jungle » ou même une forme de « guerre sociale ». Or il se trouve que je viens – justement – de terminer « Altas Shrugged », considéré comme le « magnum opus » d’Ayn Rand, et qu’à la lumière de ce que j’ai lu, la description que nous en propose monsieur Cypel est – dans le meilleur des cas – une caricature grossière et orientée [2].

Soyons clairs : je tiens pour certain que Sylvain Cypel n’a pas lu une ligne de l’œuvre de Rand est s’est contenté de résumés écrits par d’autres que l’on imagine volontiers critiques. Comme il vous a si bien vendu l’absolue nécessité de ne surtout pas vous intéresser à ces « thèses effroyables », je vais m’empresser de vous encourager à lire « Altas Shrugged ». J’ai deux arguments de vente : c’est un excellent roman et c’est aussi un véritable traité de philosophie mais d’une philosophie dont vous n’avez probablement jamais entendu parler. Je n’en donnerais pas ici les clés ; vous les découvrirez par vous-même – ou pas – et je ne suis, à vrai dire, pas certain d’être encore capable de lui rendre justice. Je me contenterais de dire que, loin de la description partiale de Sylvain Cypel, « Altas Shrugged » c’est avant tout un hymne vibrant à la liberté, à la capacité créatrice des hommes et en même temps une des critiques les plus violentes qui n’ait jamais été écrite du collectivisme.

Pourtant, tout bien pesé et en connaissance de cause, je ne suis pas objectiviste. Il y a, dans l’œuvre d’Ayn Rand, des idées, des concepts auxquels j’adhère et d’autres que je trouve trop caricaturaux, trop unidimensionnels pour les faire miens. Mais que l’on soit d’accord ou pas avec cette philosophie, la lecture d’« Altas Shrugged » est une fenêtre ouverte sur une vision du monde et des relations humaines si radicalement différente de celle que notre société véhicule qu’elle en devient indispensable. Le « bien » et le « mal », le « juste » et l’« injuste », la « vertu » et le « vice » ; c’est sur un véritable parcours initiatique que le lecteur – du malaise au désespoir en passant par de véritables moments de jubilation – suit Dagny Taggart, Hank Rearden ou Francisco d’Anconia.

Mais peut être que le meilleur signe de la puissance de cette œuvre – et donc la meilleure raison de le lire – est l’aversion viscérale et violente qu’elle provoque chez ses détracteurs. Là où il est de bon ton de dire le plus grand bien du « Indignez-vous ! » de Stéphane Hessel, il de bon ton de dire le plus de mal possible d’« Altas Shrugged » ou mieux encore : ne rien en dire du tout. Comme l’enfer d’une bibliothèque, comme si les idées qu’il véhicule étaient jugée dangereuses ou subversives, il n’existait jusqu’à une date récente aucune traduction française complète de cet ouvrage pourtant mondialement connu. Il a fallu qu’une mystérieuse Monique di Pieirro, agissant bénévolement au nom des non moins mystérieuses « Editions du Travailleur » s’atèle à la tâche titanesque que représente la traduction des 1803 pages (en français) pour qu’une version « pirate »« La révolte d’Atlas » – puisse circuler sur internet en septembre 2009, 52 ans après la publication de l’original.

---
[1] Sylvain Cypel - Prendre le thé avec Ayn Rand
[2] Et je passe généreusement sur ses commentaires sur Ludwig von Mises.

Commentaires

  1. Un peu lourdingue sur le milieu le bouquin. Je pense notamment discours de John Galt (de mémoire A equal B) qui vraiment est proche de l'indigeste.

    La critique essentielle que l'on peut faire de la philosophie de Rand est que l'auteur occulte un phénomène majeur : les entrepreneurs finissent pour l'immense majorité par muter en les plus acharnés des conservateurs et si ce n'est eux, ce sont plus précisément leurs descendants.

    Or Rand pose comme postulat que par essence ce sont les masses, entrainées par les politiques, qui entretiennent le conservatisme et les blocages aux changement. Ayant fuit le communisme puis le nazisme, les deux grandes manipulations des masses de son temps, elle ne oublie d'observer les tripatouillages et manipulations des pouvoirs financiers.

    Je suis certains, par exemple que les frères Koch, qui sont les grands argentiers du mouvement ultra conservateur des tea parties sont des lecteurs attentifs et passionnés d'Ayn Rand...et pourtant...

    Pour ceux qui n'auraient pas envie de se lancer dans la lecture d'Atlas Shrugged, visionner le film [a href =http://www.imdb.com/title/tt0041386/] "fountainhead" [/a] - avec Gary Cooper- permet de se faire une idée des thèmes de prédilection de Rand.

    RépondreSupprimer
  2. A2LBD,

    « La critique essentielle que l'on peut faire de la philosophie de Rand est que l'auteur occulte un phénomène majeur : les entrepreneurs finissent pour l'immense majorité par muter en les plus acharnés des conservateurs et si ce n'est eux, ce sont plus précisément leurs descendants. »

    Mmmmh ? Preuve du contraire en un nom : James Taggart. C’est justement un des aspects que j’ai trouvé très bon. James Taggart est précisément un héritier, richissime PdG d’une compagnie ferroviaire, qui se vautre dans l’interventionnisme étatique en prétextant le « bien commun ». Accessoirement, en matière de « tripatouillages et manipulations des pouvoirs financiers », il est aussi de toutes les aventures aux cotés de ses amis politiques. Voir aussi, dans la même veine, Paul Larkin ou Oren Boyle…

    « Or Rand pose comme postulat que par essence ce sont les masses, entrainées par les politiques, qui entretiennent le conservatisme et les blocages aux changements. »

    Non plus. Le livre est émaillé de pauvres gens, de gens du peuple – la jeune épouse de J. Taggart, le clochard du train (etc…) – qui sont du coté de Dagny Taggart et Hank Rearden (cf. la scène du procès de Rearden, les gens le long des voies lors de l’inauguration de la ligne John Galt etc…) et ont souvent une vision très claire de ce que cherche à dénoncer Rand.

    C’est, je crois, une mauvaise lecture de Rand que d’y voir une sorte de « lutte des classes ». Tout au long du livre, de riches industriels comme des gens ordinaires se laissent pervertir par le « code moral » des « pillards » que dénonce Rand tandis que d’autres riches industriels et d’autres gens ordinaires luttent et se débattent désespérément sans toujours savoir contre quoi.

    Il y a aussi le personnage d’Eddie Willers – le type « normal », ni prolo, ni patron – qui, du simple fait qu’il est bien placé pour comprendre ce qui se passe s’aligne naturellement du coté du « bien » (selon Rand).

    Il y a bien une forme d’élitisme dans la philosophie de Rand mais notez ce détail : de Rearden à Galt en passant par la quasi-totalité de cette élite, ce sont pratiquement tous des self-made men (Agny Taggart et Francisco d’Anconia étant pratiquement les seules exceptions qui me viennent à l’esprit). Galt, qui a un rôle disons prépondérant, est même issu d’un milieu misérable si je me souviens bien. L’élitisme de Rand c’est celui de la compétence, de l’intelligence et de l’esprit ; l’argent en est une conséquence, pas la cause.

    NB : c’est « A is A » et oui, ce passage est un peu lourdingue ;)

    RépondreSupprimer
  3. Certes, mon commentaire était un peu rapide, je me souvenais de fait des figures agent du grand capital ultra conservateur.

    Ce que je souhaitais souligner c'est qu'à aucun moment elle n'explore la raison qui conduit à l'émergence de James Taggart. Tous ses héros sont ultra positifs or dans la réalité, le principe de tout entrepreneur reste "ce qui est à moi est à moi, ce qui est aux autres est négociable" (j'ai piqué cette phrase à Alain Minc qui l'utilisait pour dresser un portrait de Stéphane Courbit.

    A un moment l'instinct de propriété d'une minorité ivre de sa propre puissance financière (acquise soit par savoir faire, soit par chance, soit par des méthodes pas toujours recommandables) ébrèche aussi fortement le moule de l'esprit d'entreprise que les masses frileuses.

    Cette voie là n'est pas du tout explorée par Rand. James Taggart est un rentier qui ne fait quasi rien de ses dix doigts. Dans la vie réelle, les Frères Koch eux sont actifs et peuvent se méprendre pour des héros de Rand. Pour autant leur contribution au bien commun est quasi-nulle....enfin c'est mon avis.

    Bill Gates est le moderne Galt (je me répète par rapport à un commentaire précédent, c'est aussi ça la magie du net : une exposition en continue de ses pensées névrotiques ;-) )

    Pour autant, je suis d'accord, il n'y a pas de lutte des classes chez Rand. D'ailleurs, ce n'était pas mon propos (enfin je ne m'attendais pas à ce que mon commentaire soit lu sous cet angle). Le code moral c'est la loi du nombre pas de la classe. Nous le savons la morale évolue avec la façon de penser de la majorité des individus.

    Lire Ayn Rand est essentiel pour comprendre le code moral américain. Elle est très lu outre atlantique et révérée. Ici nous sommes plus attiré par Zola et Balzac dont le peu de goût pour les gens de la finance est amplement documenté dans leurs œuvres.

    PS: bravo pour l'article des billes, c'est amusant j'avais eu par devers moi exactement la même idée il y a quelques semaines (à savoir faire le lien entre monnaie, création monétaire et troc dans les cours d'école).

    RépondreSupprimer
  4. A2LBD,

    Je crois que, dans l’esprit de Rand, James Taggart est un produit de son époque, un incapable, un hypocrite qui se drape dans une vertu offensée à chaque fois que quelqu’un évoque la notion de profits mais cherche par tous les moyens à bénéficier du système.

    Effectivement – et c’est un des défauts du bouquin comme de l’objectivisme – il y a cette croyance en un comportement « héroïque », des types qui adoptent un comportement vertueux (au sens de Rand) même si ce n’est pas dans leur intérêt. Ça existe certainement, mais de là à généraliser… C’est un petit peu ce qu’on retrouve dans la vallée secrète : une société idéale qui fonctionne avec des hommes idéaux qui respectent le même « code moral » ; on est finalement pas très loin du communisme ;)

    Cette notion de « code moral », chez Rand est une notion individuelle. Chacun à son propre code moral ; ce avec quoi je suis assez d’accord. Ce que tu décris relève plus d’une sorte de « norme morale » qui relève, j’en suis d’accord, de la loi du nombre.

    Contrairement à Rand, je ne crois pas aux héros.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le prix des sardines quand les pêcheurs ont des téléphones

Soit deux petits villages de pêcheurs de sardines du sud de l’Inde. Chaque nuit, les pêcheurs de chaque bourg partent jeter leurs filets en mer et, le matin venu, ils vendent leurs prises sur la plage à la population de leurs villages respectifs. Parce qu’ils sont relativement distants l’un de l’autre et ne disposent pas de moyens de communication rapide, nos villages vivent en autarcie. C’est-à-dire que leurs habitants n’achètent de sardines qu’aux pêcheurs de leur propre village qui, symétriquement, n’en vendent à personne d’autre qu’à leurs concitoyens.Dans l’état actuel des choses, donc, la ration quotidienne de protéines des habitants de nos villages dépend exclusivement de leurs pêcheurs respectifs. Si la pêche est fructueuse, il est probable que les sardines seront bradées au marché du matin et il n’est pas impossible que les pêcheurs se retrouvent même avec des invendus — c’est-à-dire des poissons bons à jeter. Si, au contraire, la pêche de la nuit a été mauvaise, vous pouvez …

Le paradoxe des oignons

Cette fois-ci, c’est l’inénarrable Paul Jorion qui s’y colle dans un article publié le 26 septembre 2013 sur challenges.fr : « il faut, nous assène l’histrion médiatique, supprimer la spéculation. »Nous-y revoilà. C’est une antique tradition. Déjà, sous l’Ancien Régime, on avait coutume de faire porter le chapeau des aléas climatiques et des politiques imbéciles aux accapareurs ; aujourd’hui, force est de constater que rien n’a changé et qu’on trouve toujours, à la barre du tribunal révolutionnaire, un accusateur public prêt à dénoncer les méfaits des spéculateurs. Si les prix montent, qu’on les pende ; si les prix baissent, qu’on promène leur tête au bout d’une pique ! Au royaume du mensonge, la dénonciation de l’ennemi du peuple tient toujours lieu de pensée.Plutôt que de rentrer dans un débat théorique, je vous propose une approche purement expérimentale, une vérification empirique qui, si elle ne satisfait sans doute pas les conditions requises sur une paillasse – c’est le lot com…